Expos: l'acte de foi

Le maire de Montréal, Denis Coderre, aurait avantage... (Photo André Pichette, La Presse)

Agrandir

Le maire de Montréal, Denis Coderre, aurait avantage à offrir un rôle de consultant à Paul Beeston si le projet du retour des Expos est aussi sérieux qu'il l'affirme. Beeston quittera son poste de président des Blue Jays de Toronto à la fin de la saison.

Photo André Pichette, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À Montréal, Denis Coderre est l'auteur de la déclaration la plus intrigante de l'été dans le monde du sport. Lors de l'intronisation de Pedro Martinez au Temple de la renommée du baseball, en juillet, il a lancé: «Dans ma tête, les Expos de Montréal, ce n'est pas un "si", c'est un "quand".»

Un politicien habile et expérimenté comme M. Coderre ne se montre pas aussi affirmatif sans être convaincu de son affaire. On peut donc croire que le dossier avance, même si nous sommes toujours contraints à l'acte de foi. Car si le maire pousse la candidature de Montréal auprès du baseball majeur, aucune information substantielle ne filtre.

Qui sont les investisseurs intéressés? Comment financer la construction d'un nouveau stade? Le commissaire Rob Manfred, qui évoque ouvertement l'idée d'une expansion à l'extérieur des États-Unis, a qualifié le maire de «très persuasif». Manifestement, M. Coderre, lui, en dit plus qu'à nous.

Parallèlement aux efforts du maire, Warren Cromartie, président de «Projet Baseball Montréal», poursuit ses démarches. Lundi prochain, il sera au Fenway Park de Boston, où il rencontrera la direction des Red Sox.

«Je souhaite obtenir l'appui des Red Sox au retour des Expos, m'a expliqué Cromartie, en entretien téléphonique hier. Je rencontrerai John Henry, Sam Kennedy et David Dombrowski. Mon objectif? Qu'ils émettent publiquement un bon commentaire en ce sens.»

Cromartie est excité de revoir le Fenway Park, le seul stade de la Ligue américaine où il a frappé un coup de circuit dans sa carrière. C'était le 17 août 1991, année où il a réintégré les majeures après sept saisons au Japon. «Je jouais pour les Royals de Kansas City et j'ai cogné un circuit de deux points contre mon ancien coéquipier Jeff Reardon! La balle a atterri dans l'enclos des releveurs derrière la clôture du champ droit...»

La claque de Cromartie, au début de la neuvième manche, a permis aux Royals de remporter une victoire de 4-3. Vingt-quatre ans plus tard, il tentera de frapper un autre coup gagnant à Boston. John Henry est copropriétaire des Red Sox; Sam Kennedy est le chef des opérations et deviendra président du secteur administratif à la fin de la saison; et David Dombrowski est le nouveau président des opérations baseball.

L'organisation des Red Sox est influente dans le baseball majeur. À la même époque l'an dernier, le nom de Dombrowski, alors avec les Tigers de Detroit, était mentionné comme candidat potentiel au poste de commissaire, finalement obtenu par Manfred. Ancien DG des Z'Amours, Dombrowski a sûrement des idées arrêtées sur Montréal comme ville de baseball. On saura bientôt s'il croit aux néo-Expos.

***

Denis Coderre utilise souvent cette image en évoquant le retour du baseball majeur: «On ne tire pas sur une fleur pour la faire pousser plus vite.» C'est vrai. Mais un bon fertilisant peut favoriser sa croissance. Voilà pourquoi, à mon avis, le maire aurait avantage à éventuellement offrir un rôle de consultant à Paul Beeston, si le projet est aussi sérieux qu'il l'affirme.

Âgé de 70 ans, Beeston quittera son poste de président des Blue Jays de Toronto à la fin de la saison. Ce départ à la retraite a été confirmé au cours des derniers jours, lorsque le nom de son successeur a été annoncé. (Il s'agit de Mark Shapiro, actuel président des Indians de Cleveland.)

Si le possible retour des Expos est dans l'actualité, c'est beaucoup grâce à Beeston, qui a accepté que les Blue Jays disputent deux matchs présaison au Stade olympique en 2014. Le pari n'était pourtant pas évident. À l'époque, l'objectif était d'attirer 25 000 amateurs à chaque rencontre.

On connaît la suite: près de 100 000 personnes ont franchi les tourniquets. Et le même phénomène s'est reproduit au printemps dernier. Ce succès colossal a rappelé aux dirigeants du baseball majeur l'existence de Montréal.

Beeston l'a souvent répété: il appuie sans réserve le retour des Expos. Il croit avec raison que l'ajout d'une deuxième équipe au Canada serait extraordinaire pour le retentissement de ce sport partout au pays: participation des jeunes, cotes d'écoute à la télé, partenariats d'entreprises et couverture médiatique, les effets seraient positifs à tous les niveaux.

Or, personne au Canada ne connaît mieux les méandres du baseball majeur que Beeston. Premier employé des Blue Jays en 1976, il a été président de l'équipe à deux reprises. Dans l'intervalle, il a été chef de la direction du baseball majeur durant cinq ans. Dans un récent entretien avec le USA Today, Jerry Reinsdorf, le proprio des White Sox de Chicago, a rappelé à quel point il était apprécié de tous.

Bien sûr, Beeston ne mènerait pas le dossier à Montréal. Mais personne ne serait mieux placé que lui pour guider les investisseurs d'ici dans l'élaboration de leur plan d'affaires et dans leurs discussions concrètes avec les dirigeants du baseball majeur, si le dossier atteint ce stade.

***

Cela dit, il faudra bientôt que M. Coderre en dise plus long sur le projet pour en démontrer le véritable sérieux. Si son évaluation est juste, et que nous en sommes déjà au «quand» plutôt qu'au «si», cela signifie que beaucoup de travail a déjà été accompli en coulisses.

Dans la mesure où du financement public serait envisagé pour bâtir un nouveau stade, les contribuables devront en savoir davantage. C'est une simple question de transparence.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer