Un Super Bowl dégonflé

L'amitié qui lie le commissaire de la NFL... (Photo Mike Segar, archives Reuters)

Agrandir

L'amitié qui lie le commissaire de la NFL Roger Goodell (photo) et le propriétaire des Patriots Robert Kraft constitue un conflit d'intérêts pour certains observateurs, notamment Richard Sherman, des Seahawks.

Photo Mike Segar, archives Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Bien sûr, je serai devant ma télé pour le Super Bowl, dimanche. Tenez, je vérifierai même si Idina Menzel chantera l'hymne national américain en plus de 2 minutes et 1 seconde, la durée établie par Vegas aux fins d'un pari. Oui, des gens gagent là-dessus.

Au coup d'envoi, une pointe de pizza à la main, j'aurai les yeux rivés à l'écran. Le début du Super Bowl est un moment attendu du calendrier sportif. On devine la tension chez les joueurs. Après deux semaines d'attente, ils peuvent enfin s'exprimer sur le terrain.

Oui, je serai au rendez-vous. Mais avec un peu moins d'enthousiasme que l'an dernier. Pas en raison de la qualité du duel, à l'évidence relevé. Mais plutôt à cause de la manière dont la NFL a enterré l'histoire des ballons sous-gonflés à l'approche du grand match.

Pour le commissaire Roger Goodell, protéger l'image de la ligue est une priorité absolue, loin devant la recherche de la vérité. Il l'a démontré dans des enjeux à forte portée sociale, comme les commotions cérébrales et la violence conjugale, sortant de sa torpeur uniquement lorsque la pression publique est devenue insoutenable. Il aurait été naïf de croire qu'il agirait autrement concernant l'intégrité sportive.

Je sais, les ballons sous-gonflés n'ont pas influencé le résultat du match éliminatoire à sens unique entre les Patriots de la Nouvelle-Angleterre et les Colts d'Indianapolis, il y a deux semaines. Mais la question n'est pas là. Les règlements existent pour être respectés. Et si un doute existe à ce sujet, l'enquête doit être menée avec diligence.

Croyez-le ou non, la NFL n'a toujours pas interrogé Tom Brady, le quart-arrière des Patriots! Pas question de nuire à sa concentration avant l'affrontement. Cette décision résume l'attitude de la NFL. Lorsqu'un message publicitaire de 30 secondes est vendu 4,5 millions US durant le Super Bowl, on pense d'abord à préserver la poule aux oeufs d'or.

***

La NFL a eu besoin de quatre longues journées pour réagir à la controverse des ballons. Un communiqué a été publié pour dire qu'une enquête était en cours et que des témoins avaient été rencontrés.

Le lendemain, Bill Belichick a convoqué un point de presse impromptu. Sans donnée scientifique, il a livré une fumeuse analyse sur la réaction des ballons aux changements de température, avant de conclure qu'il n'aborderait plus cette question. Triste à dire, mais son opération a été un coup de maître.

Le propriétaire des Patriots, Robert Kraft, a ajouté qu'il exigerait des excuses de la NFL si l'enquête exonérait son organisation qui, rappelons-le, a espionné les signaux des Jets de New York dans un match disputé en 2007. Il a ainsi complété la combinaison gauche-droite lancée par Belichick.

Les Patriots ont droit à la présomption d'innocence. Même si leurs ballons sont en cause, rien ne prouve leur responsabilité. Mais la NFL aurait dû accélérer l'enquête.

Durant la dernière Coupe du monde de soccer, les autorités ont vite sévi à l'endroit de Luis Suarez, coupable d'avoir mordu un rival. Et le baseball suspend rapidement les joueurs ayant enfreint les règles.

Ces cas illustrent que les autorités sportives peuvent agir avec célérité si elles le souhaitent. Si la NFL juge que l'affaire des ballons n'est pas assez grave pour justifier un traitement pareil, qu'elle le dise!

Au début du mois, l'ancien directeur du FBI, Robert Mueller, a déposé son rapport sur les agissements du circuit dans l'affaire Ray Rice. Sans condamner le bureau du commissaire, il a conclu que l'enquête initiale aurait dû être plus approfondie.

Hélas, la NFL ne se montre pas spontanément vigoureuse face aux affaires litigieuses. Voilà pourquoi des entités indépendantes devraient les examiner. L'enquête de Mueller, membre d'un bureau d'avocats proche de la NFL, ne répond pas entièrement à ce critère. Quant à celle sur les ballons, malgré la présence d'un avocat et d'une firme externe, la NFL en reste responsable.

***

Richard Sherman, le demi de coin des Seahawks de Seattle, a soulevé un débat pertinent cette semaine en déclarant que l'amitié entre Goodell et Kraft représentait un conflit d'intérêts.

Sherman a émis ce commentaire au moment où le magazine GQ publie un long reportage sur Goodell, illustrant notamment ses liens étroits avec Kraft. Celui-ci, vif défenseur du revenu annuel de 44 millions US du commissaire, aurait fait pression sur ses collègues propriétaires durant l'affaire Rice afin qu'ils soutiennent publiquement Goodell. Pour dépeindre l'influence de Kraft, un employé de la NFL le qualifie de «commissaire adjoint».

Cette semaine, des analystes ont noté que Goodell entretenait aussi des liens étroits avec d'autres propriétaires, comme si cette situation dédouanait Kraft. C'est plutôt une preuve supplémentaire que Goodell n'a pas la crédibilité requise pour enquêter sur les affaires du circuit, peu importe l'équipe en cause. Sinon, il y a apparence de conflit d'intérêts. Et qui dit apparence de conflit d'intérêts dit conflit d'intérêts.

La NFL a un problème de gouvernance.

***

Toute cette histoire des ballons fait du match de dimanche un Super Bowl dégonflé. Dommage, puisque deux formidables équipes s'affrontent.

Dimanche soir, Goodell remettra le trophée Lombardi à l'équipe gagnante. Et malgré les ennuis de sa ligue cette saison, il se consolera en pensant que 110 millions d'Américains auront regardé le match. Et que la NFL n'a jamais été si florissante financièrement. C'est évidemment pour cela que les propriétaires le paient 44 millions par année, rien d'autre.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer