| Commenter Commentaires (20)

Québec serait un meilleur choix

Partager

À trois jours de la date butoir du 31 janvier, Greg Jamison n'a pas complété l'achat des Coyotes de Phoenix. Du coup, la question a réapparu: la ville de Québec pourrait-elle retrouver ses Nordiques?

Hélas, un miracle ne semble pas dans les cartes. Jamison, ancien président des Sharks de San Jose, est un type sérieux, proche de Gary Bettman et familier des arcanes du pouvoir dans la LNH. Les chances qu'il boucle la transaction demeurent excellentes.

Il n'en reste pas moins que la situation à Glendale est intrigante. Lorsque le lock-out dans la LNH a pris fin, on croyait que Jamison confirmerait l'acquisition de l'équipe dans les jours suivants. Ce ne fut pas le cas.

Le nouveau maire de Glendale, Jerry Weiers, est lui-même étonné du silence de Jamison. Dans une entrevue au quotidien Arizona Republic, il a demandé: «S'il détient les sommes nécessaires, pourquoi retarder l'annonce?»

Excellente question! La seule réponse plausible, c'est que Jamison peine à attacher tous les fils du dossier. Ce n'est pas étonnant: sauver le hockey dans le désert semble en soi une recette pour perdre de l'argent. Le maintien de la LNH en Arizona est une entreprise farfelue.

***

Gary Bettman sera le premier à féliciter Jamison s'il enlève le morceau. Ce sera pourtant une mauvaise nouvelle pour la LNH.

Le commissaire aura certes préservé son héritage, soit l'implantation du circuit dans le sud des États-Unis, mais il aura surtout prolongé une situation malsaine où une équipe est incapable de subvenir à ses besoins sans l'appui massif des organisations les plus riches.

La LNH n'a aucune bonne raison de maintenir une équipe dans un marché où le hockey demeurera toujours un sport mineur. Sans les 308 millions promis par la Ville de Glendale au cours des 20 prochaines années, Jamison aurait d'ailleurs abandonné son projet depuis longtemps.

Il n'est pas rare qu'une administration publique investisse dans la construction d'un stade ou d'un amphithéâtre. Mais cette fois-ci, Glendale va beaucoup plus loin.

Ce contrat de gestion du Jobing.com Arena, conditionnel à l'achat de l'équipe, cache plutôt une aide directe aux activités des Coyotes. On n'investit plus dans le béton, mais carrément dans l'épicerie.

Dans ce contexte, le nouveau conseil municipal n'accordera pas de délai à Jamison s'il n'a pas finalisé l'achat de l'équipe jeudi. Voilà pourquoi cette échéance est si importante.

***

Le renouvellement à long terme de la convention collective devrait normalement fournir une occasion en or à la LNH. Le moment est idéal pour élaborer une stratégie axée sur une augmentation marquée des revenus. La NFL, par exemple, veut plus que doubler les siens d'ici 2027, selon le Sports Business Journal.

À son échelle, la LNH pourrait aussi viser un objectif de croissance ambitieux.

Mais en multipliant les efforts pour sauver les Coyotes, Gary Bettman démontre qu'il ne s'agit pas de sa priorité. La concession générerait en effet des revenus beaucoup plus importants à Québec, une ville où un nouvel amphithéâtre est en construction et où un géant des communications, Québecor Média, souhaite implanter une équipe.

Ainsi, la saison dernière, les Coyotes ont attiré 12 500 amateurs par match, qui ont en moyenne versé 36$ pour leur billet. C'est donc dire que l'organisation a touché environ 18,5 millions aux guichets. Il s'agit d'une estimation généreuse, compte tenu des nombreuses promotions de l'équipe pour attirer des spectateurs.

Comparons ces chiffres à ceux de Winnipeg, le plus petit marché canadien dans la LNH. La moyenne d'assistance est de 15 000 personnes et le coût moyen d'un billet est supérieur à 80$. En clair, les Jets ont généré près de 50 millions aux guichets à leur retour dans la LNH.

Sur le plan de la commandite d'entreprise et des droits de télévision locaux, Winnipeg empoche beaucoup plus d'argent que les Coyotes. Les Jets ne font d'ailleurs pas appel au programme de péréquation de la LNH pour boucler leur budget.

Si Winnipeg représente un aussi grand succès sur le plan financier, il n'y a aucune raison pour que Québec ne fasse pas aussi bien... si on lui en fournit l'occasion!

L'économie de la capitale nationale est en expansion, le taux de chômage est bas et la passion du hockey demeure très forte.

Une ligue en santé est composée d'organisations financièrement solides. Or, les Coyotes continueront d'être le canard boiteux de la LNH. Le groupe de Jamison ne fournira pas de remède miracle. Au plan hockey, les caractéristiques fondamentales du marché de l'Arizona ne changeront pas.

En fait, si Jamison annonce l'achat des Coyotes cette semaine, une seule chose sera sûre: les organisations à hauts revenus, comme les Rangers de New York, les Maple Leafs de Toronto et le Canadien, continueront de les subventionner pendant des années.

Il s'agit d'un bien curieux modèle d'affaires. Surtout dans la foulée de ce transfert réussi des Thrashers d'Atlanta à Winnipeg.

***

Au quotidien Arizona Republic, Jamison a indiqué hier que malgré la complexité de la transaction, il s'attendait toujours à la compléter avant la date butoir.

Compte tenu de tous les efforts consentis par la LNH pour sauver les Coyotes, le contraire serait étonnant. Gary Bettman veut qu'ils demeurent en Arizona. Attendons-nous donc à une annonce confirmant la vente au groupe de Jamison dans les prochaines heures.

Dommage, parce que Québec serait un bien meilleur choix pour l'avenir de cette concession.

Partager

publicité

Commentaires (20)
    • à DanDumais: le village bien cute dont tu fais mentions, et bien au cas ou tu le saurais pas, c'est ici que ce prennent les décisions pour la province au complet, et c'est aussi la plus ancienne ville de la province et même du pays et des villages avec une agglomération de plus de 700 000 personnes j ai jamais vu cela!!!!! et quelle ville demande sans cesse de l aide au gouvernement pour ne pas s'écrouler ah oui...... montreal...... bonne journée mon simple d'esprit

    • ce que je n'aime pas, c'est la similitude qui existe entre québec et glendale, dans les 2 cas, c'est le gouvernement qui finance, sinon pas de hockey.
      glendale 308 millions , québec 400 millions minimum
      ce qui m'inquiète encore plus a québec, c'est que le contrat passé entre québec et québécor est une entente secrète, secret protégé par la loi.
      donc magouillage en vue.ils y a des millions qui s'évaporeront a chaque années.millions provenant des fonds publics.
      je n'ai jamais été d'accord avec le principe de subventionner des équipes de sport professionnel.
      si elles ne peuvent s'autofinancer, soit que leur produit n'est pas bon, soit que le prix demandé aux clients est trop élevé.qu'elles prennent action pour corriger la situation.et ce n'est pas aux gouvernement de les subventionner.
      m.Cantin dites vous bien que; betman,jamison,labaume et péladeau; même combat.
      notre produit n'est pas rentable?, faisons payer le gouvernement.
      m.cantin, vous êtes intrigué par ce qui se passe a glendale?vous devriez l'être pour Québec aussi.c'est exactement la même situation.
      Hasdrubal


    • Et puis si Québec obtenait une franchise de la LNH, on ne serait plus ''obligé de prendre'' pour les Canadiens de Carré Prix...

    • @Brillant1981: Expliquez-moi pourquoi on ne déménage pas l'équipe à Houston? Houston est un marché télévisuel plus important que Pheonix. En plus, Houston est le parfait compétiteur de Dallas...Sur la liste de grandeur des marchés, Houston est 10e, Pheonix est 12e, Seattle-Tacoma est 14e, Atlanta 8e. Il n'y a donc pas de véritable raison logique pour insister sur Pheonix, il y a probablement quelques magouilles en jeu...

    • Quebec :petit village tres cute qui vit aux crochets du gouvernement

    • Il y a anguille sous roche en ce qui concerne les Coyotes de Phoenix... Quand on compare avec la situation des Thrashers :
      - Les Thrashers avaient un groupe de proprios disfonctionnels. Les Coyotes n'ont pas de proprio et sont sous tutelle par la ligue.
      - Selon wikipedia, les deux agglomérations sont entre la 10e et la 15e plus populeuses aux É-U. (Seattle aussi d'ailleurs)
      - Les deux sont des villes du Sud des États-Unis, donc les Thrashers étaient autant "l'héritage" de Bettman que les Coyotes...
      S'il ne s'agissait que de Gary Bettman et de son obstination à maintenir des équipes dans le Sud des États-Unis, pourquoi est-ce que ça a pris 4 secondes déménager les Thrashers, alors que ça fait 4 ans que les Coyotes sont sans propriétaires ?
      Si c'était si évident que la ligue ferait plus d'argent (30 à 40 millions par année) en déménageant la concession à Québec, mais que Bettman s'entêtait à ne pas le faire par orgueil, les propriétaires (ses patrons) l'auraient tassé, non ?
      Alors, de deux choses l'une :
      1- La LNH n'a pas confiance au marché de Québec. Peut-être qu'ils pensent qu'une grosse partie de l'argent dépensé auprès des futurs Nordiques n'est pas vraiment de l'argent neuf (pigé dans les poches du CH). Même chose pour le Sud de l'Ontario avec les Maple Leafs. Ils préfèrent peut-être attendre qu'un propriétaire potentiel se manifeste ailleurs aux É-U, par exemple à Seattle.
      2- Sinon, forcément, il y a quelqu'un qui a un avantage à ce que les Coyotes restent à Glendale, mais qui ?

    • J'aimerais simple ajouter une chose que tous ne semblé pas connaître, la seul et unique raison du maintient de l'équipe est Glendale découle des contrats de télédiffusion au États-Unis. Ces contrats sont construits sur le nombre de marché important que la LNH détient au États-Unis. Donc le calcul est simple, si les déficits des Coyotes est inférieur au profit généré par les contrats de télédiffusion dû au maintient de l'équipe dans ce marché, cette équipe restera dans ce marché. Avant d'être un sport, la LNH est avant tout une industrie de divertissement voué à faire de l'argent. Alors tant que Glendale sera rentable indirectement (par les différents contrats) aucune équipe de se plaindra de la péréquation qu'elles doivent y versé. La LNH est une industrie et les amateurs ne comptent que pour une petite part de ces revenus, comparativement aux contrats de diffusion et les contrats d'exclusivité (Nike, Molson) et autres.

    • A toi non plus mon cher :mister_cafe je ne te petterai pas ta bulle mais fait attention Gary Bettman joue son avenir dans la LNH avec son support trop fort a cette équipe.je crois que ce sera la derniere année a bettman car il fait contre la logique de la LNH en approuvant un club qui est et sera encore déficitaire et aucune administration n'acceptera un anministrateur agir de cette façon. Go Nordique Go

    • Actuellement le seul endroit que la LNh peut transférer les écoyotes rapidement c'est Québec, le vieux colisée est prêt immédiattement et la LNH l'a accepté, le seul loctaire du colisée ce sont les Remparts et je suis certain qu'il serait facile d'accommoder tout le monde, même cette saison, à Seattle dans le vieux amphinthéâtre pour le hockey les asistance possible sont de 12,000 spectateurs et pour le basketball 13,500 tout en consid.rant que 35% des spectateurs sont derrieres des colonnes, et l,amphithéâtre est encore plus vétusse que celui des Islanders.
      Il y a bien Kansas-City ,mais l,amphonthéâtre est déj;a loué à 80% pour les trois prochaines années, les seuls endroits aux USA où il y a des amohithéâtres conforment Milwaukee un club de la NBA et hockey LAH, Portland un club de la NBA et hockey junior WHL, Houston un club de la NBA et Hockey LAH, et aussi New-Orleans club de la NBA seuelement.

    • Je veux pas casser la bulle de ceux qui croit au retour de nordiques, mais je doute fort que si la NHL décider de tirer la plogue sur les Coyotes, ceux-ci seront déménagé dans la vielle Capitale. L'image de Bettman serait beaucoup moins entâcher si Phoenix déménagerait au USA que dans une ville canadienne. Pour moi il est clair que les Coyotes demeuront dans l'ouest surtout que Winnipeg évolue déjà dans l'assossiation Est. C'est sur que ceux ci pourrait être transféré dans l'ouest si une équipe arrive à Québec mais pour moi la logique serait que Phoenix déménage à Seattle et que peut-être deux nouvelle équipe s'ajoute comme Qc et Markkanen. C'est deux nouvelle équipe pourrait évolué dans l'est et Winipeg pourrait se retrouver dans l'association de l'ouest.

    • une chose que la LNH ne semble pas avoir saisi , est que pour implanter un sport professionnel dans une région il faut qu'à la base il y existe déjà un bon bassin de ligues amateurs dans cette région . ce qui n est pas le cas en arizona

    • Ce que vous oubliez de mentionner c'est que la LNH veut maintenir la franchise dans l'ouest à tous prix. Les clubs de l'ouest voyagent déjà beaucoup plus que les autres clubs. Si les Coyottes quittent Phoenix ce sera pour aller à Seattle, n'en doutez pas un instant.
      JB
      Pasadena, CA

    • Il faudrait être naif pour croire que Phoenix sera déménagé à Québec. Jamison n'est certes pas dans toute cette saga pour terminer à ....Québec. Seattle semble tout à fait logique.

    • Il est gênant pour une ligue de sport professionnelle que ses plus petits marchés (en soi, le Canada en est un par rapport aux États-Unis) supportent financièrement ses plus grands.
      Un tien ne vaut-il pas mieux que deux tu l'auras?
      On n'est pas un VRAI businessman lorsque notre égo prend le dessus. Et c'est malheureusement le cas avec Bettman...

    • Le problème reste le maudit repêchage universel.
      Que les franchises les plus riches subventionnent les marchés en difficulté, on peut vivre avec. Que ces marchés récoltent année après année 90% des stars du hockey à venir, de par leur gestion médiocre et le désintéressement, est une aberration masochiste.
      Durant ce temps, les franchises riches et méritoires, justement supportées dans l'allégresse par leur base de supporteurs fidèles, récoltent à 90% des joueurs de second ou troisième trio.
      Pierre Tremblay

    • Que Jamison achète ou pas les coyotes à temps, les coyotes seront tout de même le Waterloo de Gary Bettman, j'aimerais savoir combien dans une enveloppe brune peut-être recevra de Jamison Bettman, puisse que la seul façon de faire des profits avec les coyotes est la revente ;a quelqu'un d'autre peu importe l'endroit.
      Même si jamison en vient à acheterl'équipe pour le 31 janvier, voyons voir s'il demande aux autorités de Glendale de résiller leur contract si la ville va refuser, posez la question c'est y répondre, mais qu'arrivera si jamais Jamison n'y arrive pas, ded un le contract est caduque, de 2 les coyotes devront payer un loyer ne fusse d'un dollar, et de 3 si les écoyotes y jouent toute la demi saison ce sera une perte sèche de 50 millions pour la LNH.
      Mais la question est-ce que la LNH eut transféré l'équipe quelque part à partir du 1er février.

    • M. Cantin, je ne sais pas si les raisons de l'acquisition des Coyotes par Greg Jamison vous intéressent, mais si oui, je vous invite à lire cet article, référé par l'internaute "_boulga" qui a écrit beaucoup de commentaires sur les coulisses économiques du lock-out sur le blogue de Mathias Brunet :
      http://business.time.com/2012/03/09/why-1-5-billion-for-the-dodgers-might-turn-out-to-be-a-bargain/
      Cela permet de voir un peu pourquoi cette acquisition peut être bénéfique pour Jamison. Comme vous vous en doutez peut-être, la valeur des Coyotes ne cessera pas d'augmenter alors lors de la revente, Jamison va faire du profit (beaucoup). Quant aux pertes enregistrées chaque année, elles auront servi à diminuer ses revenus imposables. Au bout du compte, cette possession lui aura permis de sauver de l'impôt (à condition de savoir comment bien manipuler le profit qu'il fera à la revente).
      Cela dit, c'est vrai que du point de vue de la LNH (et strictement de son point de vue à elle), le maintien d'une équipe à Glendale n'a pas de sens.
      Je demeure d'avis qu'il y aura du hockey de la LNH à Seattle avant Québec.

    • @ fraub
      En fait, Jamison essaie de récolter la somme nécessaire via le programme d'immigrants investisseurs des États-Unis. Selon ce programme, en retour d'un investissement de 1 million US, l'investisseur se verra octroyer une carte verte. C'est ce que fait miroiter Jamison à ces investisseurs potentiels. D'autre part, l'ancien conseiller de Glendale opposé à la subvention à Jamison, Phil Lieberman, a déclaré que selon ses sources, il manquerait encore de 30 à 40 millions à Jamison. Et lors de leurs deux dernières parties à domicile, les Coyotes n'ont attiré que 8,500 spectateurs.

    • Très bon article monsieur Cantin. Cependant, ne vendez pas la peau du coyote avant de l'avoir abattu. Jamison respectera probablement la date butoir pour présenter son offre d'achat, seulement, il semble clair que son dossier sera incomplet. Jamison s'apprête à faire un
      "do or die" et cette transaction est loin d'être complétée quant à moi. Il semble maintenant évident que Greg Jamison rassemble une multitude de personnes pour financer son fantasme, d'où les difficultés à tout arrimer. S'il y arrive, j'ai bien hâte de voir qui siégera sur le conseil des gouverneurs de la ligue et ce que les autres gouverneurs diront de son plan d'affaire.
      Si Greg Jamison s'était acoquiné avec de vrais joueurs du monde de la finance, il y aurait eu des fuites sur leur identification il y a de cela belle lurette. La seule chose qui peut expliquer le néant concernant les soi disant investisseurs de Jamison est que ces derniers sont en quelque sorte des particuliers voulant placer une partie de leur REER à haut risque.
      Oh non monsieur Cantin, cette transaction n'est pas complétée. Oui il y aura annonce, mais peut-être pas pour annoncer l'apposition des signatures finales sur le contrat de vente. À suivre et merci pour votre soutien aux futurs Nords!

    • QUEBEC ALL THE WAY!

Commenter cet article

Les commentaires sont maintenant fermés sur cet article.

Veuilez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box
la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer