C'EST LUNDI, ON JASE...

Le Canadien et la confusion

Pour le Canadien, l'heure limite des transactions tombe à pic. L'intérêt généré par cette journée est tel qu'il relaie au second plan son rendement désastreux.

Encore une fois hier contre la Floride, le Canadien s'est écroulé dès la première difficulté. Mais vous savez quoi? Je ne suis pas convaincu que la direction reconnaît le pétrin dans lequel se retrouve l'équipe.

J'ai plutôt l'impression que Geoff Molson, Pierre Gauthier et Bob Gainey, dont le rôle au sein de l'organisation demeure plus important qu'on ne le croyait, estiment que l'absence prolongée de joueurs-clés, notamment Andrei Markov et Brian Gionta, explique en bonne partie cette chute. Bref, que leur travail n'est pas directement responsable de cette saison lamentable.

Pierre Gauthier a-t-il toujours la confiance de Geoff... (Photo: Marco Campanozzi, La Presse) - image 2.0

Agrandir

Pierre Gauthier a-t-il toujours la confiance de Geoff Molson?

Photo: Marco Campanozzi, La Presse

Ce refus de regarder la réalité en face est évidemment le danger qui guette toute organisation aux prises avec des difficultés, peu importe son secteur d'activités.

Examiner en profondeur ses décisions, et comprendre pourquoi et comment des erreurs ont été commises, représente une étape essentielle vers un redressement de la situation.

L'attitude des dirigeants du Canadien depuis le désastre qu'a constitué la nomination de Randy Cunneyworth me laisse croire que le trio Molson-Gauthier-Gainey n'en est pas rendu là. Ce qui, malheureusement, n'est bien de bon augure pour la suite des choses.

Aujourd'hui, en début de soirée, Pierre Gauthier fera le bilan des dernières semaines. Son ton se voudra à l'évidence rassurant. Nous n'aurons cependant pas la réponse à la seule question qui importe: a-t-il toujours la confiance de Geoff Molson?

Si c'est le cas, le président du Canadien devrait le dire haut et fort dès maintenant. Sinon, l'incertitude persistera et l'organisation renforcera l'image de confusion qui la définit de plus en plus.

Rory McIlroy a bien commencé sa journée d'hier au Championnat Accenture, une compétition par trou. Il a battu Lee Westwood en demi-finale, une victoire qui lui a sûrement fait grand plaisir.

Les relations entre les deux golfeurs, jadis excellentes, se sont envenimées l'an dernier. Au point où McIlroy, dit-on, s'est désabonné des messages Twitter de Westwood. Eh oui, il s'agit de la manière moderne de dire à quelqu'un qu'il nous embête.

Westwood a d'abord déclaré que, sous pression, son jeune rival avait «un mauvais crochet de gauche dans son sac». Puis, après que McIlroy eut changé d'agent, Westwood a écrit sur Twitter: «Décision bizarre.» Les deux golfeurs étaient jusque-là représentés par le même homme, ce qui explique le commentaire de Westwood.

Mais revenons à la journée d'hier. Après avoir vaincu Westwood, McIlroy a perdu en finale contre l'Américain Hunter Mahan. Il a ainsi raté sa chance d'atteindre le premier rang du classement mondial.

Âgé de 29 ans, Mahan joue dans l'ombre de plusieurs vedettes. Mais il est un excellent golfeur. Ses chances de remporter un tournoi majeur en 2012 me semblent meilleures que celles de Tiger Woods.

À tous ceux qui souhaitent le retour des Nordiques, encerclez la journée de jeudi sur votre calendrier. On en saura plus long à propos de l'avenir des Kings de Sacramento, de la NBA.

Quel rapport, vous demandez? C'est très simple. Si les Kings et la Ville de Sacramento ne s'entendent pas sur le financement d'un nouvel amphithéâtre au plus tard le 1er mars, la NBA pourra autoriser l'équipe à déménager. Seattle semble être la destination de choix.

Un tel scénario accélérerait le projet de construction d'un nouvel amphithéâtre dans cette ville, qui deviendrait alors une très grande rivale pour Québec dans la course à l'obtention d'une concession de la LNH. À Seattle, de la NBA à la LNH, les vases sont communicants.

Aimez-vous la campagne publicitaire de l'Impact? Moi, oui.

Les affiches avec les joueurs armés de boucliers sont très réussies. Impossible de les manquer, notamment à la station de métro Berri-UQAM lorsque le train s'arrête au quai. Les slogans («À la défense du Nord» et «À l'attaque du Sud») sont comiques et efficaces.

Sur tous les plans, l'Impact est passé en vitesse supérieure. Déjà hâte au premier match au Stade olympique le 17 mars... en espérant que ça ne finisse pas 0-0.

Je ne suis pas un grand fan de Nascar. Mais hier, j'ai néanmoins eu envie de jeter un coup d'oeil au Daytona 500, la première course de la saison.

Surtout pour voir comment Danica Patrick, nouvelle tête d'affiche du circuit, se débrouillerait. Elle participera à 10 courses de la série Sprint cette année. Malheureusement, la pluie a forcé la remise de l'épreuve à aujourd'hui.

Pour Nascar, difficile d'imaginer plus mauvaise nouvelle. Le Daytona 500 est une des courses majeures de la saison et cette remise réduira son retentissement.

Derrick Rose est la vedette des Bulls de Chicago. Il vient de signer un contrat de 260 millions pour 14 ans, selon le Chicago Tribune. Non, pas avec son équipe, mais plutôt avec Adidas.

Sur une base annuelle, la somme moyenne de cet accord de commandite est semblable à celui du nouveau contrat de 10 ans de la LNH avec NBC. Pas mal, non?

Le message Twitter de la semaine est de Geoff Molson, président du Canadien: «Les rumeurs du congédiement de Pierre Gauthier sont fausses.»




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer