Le «crime» du Canadien de Montréal

Samedi soir, le Canadien de Montréal a perdu... (PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Samedi soir, le Canadien de Montréal a perdu 6-0 contre les Maple Leafs de Toronto, «une honte totale», écrit notre chroniqueur.

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patrick Lagacé 
La Presse

Le titre du quotidien londonien The Guardian semblait sorti tout droit du site de fausses nouvelles satiriques The Onion : «Les fans de West Ham sont priés de ne plus appeler le 9-9-9 pour se plaindre des performances de l'équipe.»

West Ham est un club de la Premier League de soccer. Un club poche.

Le 9-9-9 est le 9-1-1 britannique.

La police de la région de l'Essex a été obligée de signifier par tweet la perte de temps que cela représente pour la police...

Le Canadien de Montréal est un club de la Ligue nationale de hockey. Un club poche.

La police de Montréal n'a pas tweeté à propos d'appels de fans au 9-1-1 se plaignant de la médiocrité du CH.

***

Avant la saison, je me suis engagé à acheter quelques billets du CH à un ami qui possède un abonnement de saison. Appelons-le La Plume. J'ai fait un chèque à La Plume, la semaine passée, un chèque écrit dans la douleur, vous l'avez bien deviné...

Puis, samedi, le CH a perdu 6-0, au Centre Bell, un samedi, contre Toronto.

La honte, la honte totale et nationale.

J'ai texté La Plume, hier : «Étais-tu au Massacre du Samedi Soir, samedi?»

Lui : «Non, j'avais vendu les billets. Contre Toronto, ça se vend bien.»

Moi, à moitié sarcastique : «Ton acheteur a-t-il demandé un remboursement?»

On niaise, mais il est étonnant que les fans du Canadien n'aient pas commencé à faire comme les fans de West Ham, que nous n'ayons pas encore appelé en masse le 9-1-1. 

On pourrait, je sais pas, moi, on pourrait dénoncer une fraude(1), une fraude qui se résume en une phrase, celle de Marc Bergevin, le DG, avant la saison : «Nous avons une meilleure défensive que l'an dernier.»

Mais le crime est ailleurs et il est plus profondément enraciné qu'en cette seule saison 2017-2018 : cette saison de misère s'ajoute à une demi-douzaine de saisons quelconques depuis 1995, l'année où le CH a échangé Patrick Roy, l'année où la débandade a commencé, l'année de la Malédiction du Casseau...

J'ai fouillé dans le Code criminel et j'ai trouvé le crime dont le Canadien de Montréal est, selon moi, coupable, l'accusation de méfait, article 430 : 

(1) Commet un méfait quiconque volontairement, selon le cas : 

a) détruit ou détériore un bien ;

b) rend un bien dangereux, inutile, inopérant ou inefficace ;

c) empêche, interrompt ou gêne l'emploi, la jouissance ou l'exploitation légitime d'un bien...

Inutile, inopérant, inefficace : voilà qui résume bien le Canadien de Montréal moderne, non?

Et quelqu'un, quelque part, gêne la jouissance de ce bien public qu'est le Canadien de Maurice, de Ken, de Guy, de Larry, de Doug, de Serge, de Boum Boum et cie...

À propos du Canadien, Loco Locass a chanté ces paroles magnifiques dans la chanson Le but(2) : 

«Ils diront jamais tel quel aux nouvelles

Mais le tissu social de Montréal

C'est de la Sainte-Flanelle

Quand y est question de hockey

Nous on fait pas dans la dentelle, OK?

C'est plus qu'un sport : 

c't' une métaphore de notre sort

C'est ça qui nous ressemble

C'est ça qui nous rassemble

Anglo, franco peu importe ta couleur de ta peau

Si tu détestes Toronto le sang qui bouge dans tes artères...»

«Plus qu'un sport», écho de la devise catalane du mythique FC Barcelone «Més que un club» : façon de dire que le Canadien de Montréal fait partie du club sélect des équipes sportives tricotées à même le tissu social, historique et politique de leur société.

Et si, en effet, dans le sous-texte, le Canadien des dernières années était une métaphore de notre sort, une métaphore de notre tolérance collective à la médiocrité, je veux dire?

On tolère les pires attentes en Occident dans les salles d'urgence. On tolère de nos écoles des taux de diplomation bien moins reluisants que ceux de nos voisins. On tolère des routes et des ponts qui tombent en ruine.

On s'habitue à cette médiocrité, on chiale un peu, mais depuis 2003, fidèlement, nous reportons - sauf une fois, très brève - les libéraux au pouvoir, même si depuis 2003, ce parti gère les routes, les écoles, les hôpitaux.

Parallèlement, depuis 1995, les fans du CH s'accommodent des ratés de leurs favoris, ils continuent à «voter» pour le club en achetant des billets, en continuant à regarder les matches à la télé, en continuant à acheter des bébelles du Canadien.

Il n'y a pas longtemps, le ministre de la Santé Gaétan Barrette s'est publiquement vanté d'avoir fait passer le temps moyen d'attente aux urgences de 15,6 heures à 13,6 heures. Je le cite, redéfinissant involontairement la notion de succès : «Il y a toute une différence.»

Ça m'a fait penser au CH : avant 1995, le club ne gagnait pas tout le temps, mais il était dans le coup. Avant, la définition du succès, c'était de gagner la Coupe. Aujourd'hui, le succès, c'est de faire les séries. Ce qui fait frémir la ville, aujourd'hui, c'est de passer le premier tour.

Il y a toute une différence, you bet...

Et cette différence est dans nos têtes : nous nous sommes habitués à la médiocrité. C'est vrai pour le CH, vrai pour les routes, vrai pour les écoles, vrai pour les hôpitaux. Les fans sont des citoyens. Et vice-versa.

***

Je m'inclus dans ceux qui se sont habitués à la médiocrité : j'ai payé beaucoup de bidous pour le privilège d'aller voir le CH se faire (encore) planter cette année, club cocu de sa stratégie de gagner 1-0 sur la foi des exploits du meilleur-gardien-de-but-au-monde. C'est la nostalgie qui tenait mon crayon. Je l'aime, ce club. Peut-être que c'est l'écho des souvenirs de l'enfance auxquels je l'associe que j'aime, au fond...

Nouveau texto de La Plume, un homme du monde qui aime à la fois le Canadien et le philosophe Spinoza, un homme qui lit Le Monde diplomatique pour se détendre...

«Je me dis qu'en même temps, c'est moins dangereux de manger un hot-dog à 20 $ au Centre Bell que de traverser la Méditerranée quand tu viens du Mali...»

Il y a des misères plus grandes que d'autres, La Plume, c'est vrai.

Mais j'ai quand même envie d'appeler le 9-1-1, des fois.

(1) Ceci est une blague, de l'hyperbole : je ne suggère pas d'appeler le 9-1-1 pour signaler un crime, en ce qui a trait à sa médiocrité, je sens le besoin de le souligner, l'air du temps étant à tout prendre au pied de la lettre...

(2) La chanson a été larguée cette année, au profit d'une toune générique sans âme dont j'ai oublié le nom.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer