Ne pas avoir sa carte du magasin

Dans le récit de l'auteur Fabcaro, le crime... (Photo Edouard Plante-Fréchette, archives La Presse)

Agrandir

Dans le récit de l'auteur Fabcaro, le crime n'est pas tant le vol du poireau que l'oubli de la carte fidélité.

Photo Edouard Plante-Fréchette, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

J'ai reçu pour Noël une BD formidable sur le conformisme moderne, Zaï zaï zaï zaï (1), l'histoire d'un type recherché dans toute la France pour avoir commis un délit gravissime : avoir fait ses emplettes au supermarché... sans sa carte fidélité dudit supermarché.

Zaï zaï zaï zaï, de Fabcaro... (Photo Edouard Plante-Fréchette, archives La Presse) - image 1.0

Agrandir

Zaï zaï zaï zaï, de Fabcaro

Photo Edouard Plante-Fréchette, archives La Presse

Notre homme est prestement interpellé par la sécurité, il essaie de s'expliquer, mais rien n'y fait : le gardien du supermarché fait appeler les gendarmes, ça ne se fait pas de faire ses emplettes sans sa carte fidélité...

Gardien : « Veuillez me suivre, Monsieur, s'il vous plaît... »

Héros : « Non, mais je l'ai, mais elle est dans mon autre pantalon... »

Gardien : « Mais oui, bien sûr, et comme par hasard, vous avez changé de pantalon... »

Héros : « Ben oui, il était sale... »

Et notre héros s'enfuit avec un poireau qu'il avait agrippé pour repousser le gardien, ce qui donne lieu à une chasse à l'homme fantasmée et absurde dans toute la France.

Dans le récit de l'auteur Fabcaro, le crime n'est pas tant le vol du poireau que l'oubli de la carte fidélité. Toute la France s'émeut de cet oubli. Personne ne comprend pourquoi un homme sortirait comme ça, sans sa carte fidélité, pour faire ses emplettes.

Tout cela n'est que du délire, bien sûr : il n'existe pas de crime de non-possession d'une carte de points...

La métaphore de Zaï zaï zaï zaï est ailleurs, elle est dans le conformisme qui est désormais attendu de nous, dans une société qui transforme tout en transaction. 

Dans un monde qui fait de ses citoyens des consommateurs, la dissidence est suspecte, il nous faut tous chanter la même chanson...

Justement, quand il est pris en auto-stop par une famille qui s'en va en vacances, notre héros se fait demander de chanter comme tout le monde dans l'auto : « Est-ce que ça vous dérangerait de chanter aussi ? Parce que là, vous cassez la dynamique du départ en vacances... »

Et le héros de commencer à chanter.

La France de cette BD suit la traque du voleur de poireau sans carte fidélité comme une téléréalité. Personne ne doute du bien-fondé de la chasse à ce consommateur moins-que-parfait, tout le monde a assimilé l'urgence de lui mettre la main au collet, les nuances exprimées le sont à propos du châtiment à lui infliger...

Un homme, dans un bar, regardant les infos télévisées, dégoûté : « Et après ça, faut être contre la peine de mort... »

Son voisin de tabouret : « Et si c'était votre fils qui n'avait pas eu sa carte du magasin, vous seriez aussi pour la peine de mort ? »

L'autre : « Il va aller en prison, OK, d'accord, mais après, en sortant, qui vous dit qu'il ne va pas de nouveau ne pas avoir sa carte du magasin ? »

Dans une autre planche de Zaï zaï zaï zaï, un homme lit le journal. Roi de son foyer, il pense à voix haute, dit à sa femme qu'il trouve incroyable qu'un homme se balade sans sa carte fidélité : « On voit de tout », se désole-t-il...

Puis, il pose son journal et dit à sa femme - il vient d'avoir un flash, association d'idées à la volée :

« À ce propos, chérie, j'ai une nouvelle à t'annoncer.

- Tu m'inquiètes, Stéphane...

- Voilà, hier je suis allé faire les courses, j'ai utilisé ma carte et... Nous ne sommes plus qu'à 37 points de l'appareil à raclette !

- Ooooh, Stéphane ! »

Sur ce, mari et femme s'enlacent.

Elle : « Parfois j'ai peur que tout ça ne soit qu'un rêve. »

Lui : « Mon amour, je t'aime tant... »

Dans une autre scène, une famille dîne et le père pontifie sur ce fugitif : « Comme par hasard, c'est un auteur de BD. » Il décrète qu'il les « foutrait tous dans un charter » pour les déporter, Papy fait du profilage artistique comme d'autres font du profilage racial...

Sa fille pète les plombs, engueule son père réac, lui assène que c'est un « cliché dégueulasse » que de penser que tous les auteurs de BD n'ont pas leur carte fidélité : elle fait le débat sur le profilage-cliché de son père, pas sur le diktat de la carte fidélité...

Puis, la fille engueule sa mère qui lui dit de ne pas engueuler son père. L'ado hurle alors quelque chose de merveilleux, quelque chose qui dit tout ce qu'il y a à savoir sur la dissidence en cette ère de consommateurs-moutons : « Vous vous êtes même pas aperçus que j'avais mis des lacets de couleurs différentes pour exprimer mon refus de cette société pourrie ! »

Je l'ai déjà écrit : partout où on va, désormais, on entend la même musique, au milieu des mêmes touristes croisés à Florence ou dans le Vieux-Montréal l'année précédente. Un carrefour au centre de Rivière-du-Loup ressemble au carrefour du centre-ville de Sudbury avec son Esso et son Tim Hortons, sans oublier que de Sillery à Paris, on regarde les mêmes séries sur Netflix.

Bref, l'uniformisation des pensées est fulgurante et je ne dis pas cela pour m'en distancer, je ne suis pas au-dessus de cette uniformisation, non non, j'en suis, pas mieux qu'un autre...

C'est con à dire, mais j'ai eu l'idée de cette chronique sur Zaï zaï zaï zaï en tombant sur des reportages (2) sur les prénoms québécois les plus populaires de 2016, le palmarès est sorti le mois dernier...

C'est fou ce qu'on essaie d'être original quand on donne un prénom à un enfant. Un « vieux » prénom quasiment disparu qu'on secoue de sa poussière, un prénom dont on change le « i » pour un « y », des prénoms qu'on fusionne pour n'en faire qu'un seul, hybride, un prénom de super-héros de fiction hollywoodienne...

Comme si on essayait d'immuniser nos enfants contre le conformisme en leur donnant des prénoms originaux.

Au final, on sait bien que c'est une originalité de façade, un anticonformisme de plywood, l'équivalent dans le domaine de la subversion de porter des lacets de couleurs différentes : que tu t'appelles Lady-August, Liam ou Roberte-Jade, la matrice est plus forte que tout, on finit tous par rêver d'un appareil à raclette pas cher.

Et, idéalement, gratis.

(1) Éditions 6 pieds sous terre (2015)

(2) Le reportage sur les prénoms, plus fouillé, celui de Roberto Rocha




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer