L'enquêteur Borduas, 0 en 4

Dans les dernières années, Normand Borduas a piloté... (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Dans les dernières années, Normand Borduas a piloté quatre enquêtes pour abus de confiance visant des policiers soupçonnés de parler à des journalistes. Aucune accusation n'a été portée.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il y a des choses parfaitement épeurantes qui sont sorties de la bouche de l'enquêteur du Service de police de la Ville de Montréal Normand Borduas, quand il a témoigné cette semaine à la commission Chamberland sur la protection des sources journalistiques.

D'abord, il a affirmé que des policiers du SPVM induisaient volontairement des juges en erreur. Je le cite : «Certains policiers connaissent les failles du système [...] Si le dossier n'aboutit pas à la cour ou qu'il n'y a pas de requête pour faire ouvrir votre mandat, jamais personne ne va savoir que l'information que j'ai donnée à la cour n'est pas exacte, erronée, qu'elle n'existe pas du tout», a-t-il déclaré mercredi.

C'est bien sûr du matériau de république de bananes. La fabrication de preuves a valu une douloureuse coloscopie à la Sûreté du Québec pour ses mensonges dans l'affaire Matticks, et plus on en apprend sur le SPVM - pensez aux enquêtes de la SQ en cours -, plus on peut se dire que la police de Denis Coderre est «due» pour une enquête publique : ses dérapages ne se limitent pas aux journalistes.

On a aussi pu déduire des propos de M. Borduas que le SPVM permet de lancer des enquêtes de nature criminelle contre des policiers - avec les moyens hyper intrusifs que cela suppose - sur la base de motifs gonflés à l'hélium.

Exemple numéro un : le policier Roger Larivière a été la cible d'une enquête criminelle parce qu'il a été vu - tenez-vous bien - attablé dans un restaurant avec l'analyste policier Stéphane Berthomet. 

Juste ça : vu en compagnie de M. Berthomet et, dès le lendemain, boum, M. Borduas s'est lancé à ses trousses.

On ne soupçonnait M. Larivière d'aucun coulage en particulier. Mais il a été vu en compagnie d'un homme qui faisait dans les médias des commentaires à propos de la police et ce fut suffisant pour que l'enquêteur Borduas soit autorisé par ses patrons à lancer une enquête où on a perquisitionné dans la résidence de M. Larivière et où son ordinateur a été doté, à son insu, d'un logiciel espion.

Exemple numéro deux : l'inspecteur des crimes majeurs Denis Mainville a reçu le journaliste de La Presse Daniel Renaud à son bureau, au vu et au su de tout son étage. Pas dans un parking souterrain, en cachette, loin des regards indiscrets; à son bureau, sous le regard de tous ses subalternes.

L'un de ceux-ci, le commandant Patrice Carrier, a «stoolé» son patron Mainville aux affaires internes en le voyant avec un journaliste. Une enquête criminelle a été lancée; M. Mainville a choisi de prendre sa retraite.

Qui l'a remplacé? Eh oui, le «stool», M. Carrier.

L'enquêteur Borduas est le fin limier qui a piloté ces quatre enquêtes. C'est aussi à lui qu'on a confié l'enquête qui a ciblé des policiers dans l'histoire du billet de circulation décerné au maire Coderre, affaire qui a mené à mon espionnage en 2015. C'est aussi l'enquêteur Borduas qui a enquêté sur des policiers soupçonnés de coulage, affaires qui ont mené à mon espionnage en 2016.

Dans cette dernière affaire, le très rusé Normand Borduas a mentionné dans une déclaration sous serment pour convaincre un juge de m'espionner plus avant que le policier Djelidi avait des contacts «avec des gens des médias». Il a inclus un appel de M. Djelidi à la station 98,5 FM. Ce numéro de téléphone était celui de la tribune téléphonique. J'ai ce scoop pour M. Borduas : M. Djelidi aimait beaucoup appeler Ron Fournier. 

Cet appel au 98,5 FM ne faisait pas partie d'un complot, mais Normand Borduas l'a quand même glissé dans sa déclaration sous serment à un juge... qui a mordu à l'hameçon.

M. Borduas a piloté quatre enquêtes pour abus de confiance visant des policiers soupçonnés de parler à des journalistes, en quelques années. Son taux de succès : 0%, c'est-à-dire que dans AUCUNE des enquêtes auxquelles M. Borduas a participé dans l'espoir de coincer des policiers qui auraient commis le «crime» de parler à des médias, quelqu'un n'a été accusé. Les dossiers qu'il a soumis à des procureurs de la Couronne pour faire accuser des policiers d'avoir parlé à des journalistes ont été jugés trop faibles par ces procureurs pour justifier des accusations.

J'ai déjà dit et écrit que selon moi, le SPVM a permis ces enquêtes de Normand Borduas et lui a fourni des ressources immenses pour les mener, pour envoyer le message à tout policier susceptible de parler à des journalistes que cela pourrait mener à leur destruction métaphorique.

Mais cette paranoïa a un coût, celui de toutes les enquêtes stériles de M. Borduas pour traquer des journalistes. On ne saura jamais le coût de ces enquêtes qui ont fait chou blanc...

Ce que l'on sait, c'est que pendant que le SPVM dépensait des sommes considérables pour obtenir 24 mandats de surveillance me ciblant, pendant qu'il déployait des agents doubles en espérant m'entendre discuter dans un bar avec un policier, le même SPVM scandalisait ses policiers en refusant à ses enquêteurs les ressources pour traquer un authentique danger public, un type soupçonné de meurtre qui n'hésitait pas à sortir son gun en public, histoire révélée en janvier dernier par Daniel Renaud.

Ça donne une idée de la paranoïa du commandement du SPVM envers les journalistes et les médias : cette paranoïa le détournait carrément de sa mission première, celle de protéger le public.

Mais je suis reconnaissant envers le Service de police de la Ville de Montréal : sa paranoïa face aux journalistes et aux médias a causé les scandales que l'on sait, scandales qui vont au final mieux protéger les journalistes, mais surtout leurs sources, des dérapages policiers.

Un, Québec a imposé des règles administratives qui empêcheront les cowboys comme M. Borduas de se lancer dans ce genre d'enquêtes stériles aussi facilement.

Deux, la commission Chamberland permet d'exposer publiquement les dérives de la police dans des sphères qui dépassent la seule traque des sources journalistiques.

Trois, le sénateur Claude Carignan a déposé un projet de loi qui risque de donner une protection juridique à la relation entre les journalistes et leurs sources.

Pour tout cela, merci au SPVM, merci à M. Borduas : en tentant de nous rendre la vie impossible, vous allez au final nous la faciliter.

Belle job, les boys.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer