Maquillages

De toute évidence, ici, la commission scolaire ne... (PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

De toute évidence, ici, la commission scolaire ne veut tout simplement pas admettre Jeanne dans une classe spéciale. Pourquoi? Parce que ces classes coûtent cher. Plus d'élèves admis dans ces classes égale plus de coûts, écrit Patrick Lagacé.

PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

C'est l'histoire d'une fillette qui ne s'appelle pas vraiment Jeanne, mais que nous appellerons ainsi pour lui éviter des ennuis dans un futur rapproché. Jeanne a un trouble d'apprentissage sévère. Son retard scolaire est tout aussi sévère.

Jeanne est suivie par une pléthore de professionnels. Son orthopédagogue, que nous appellerons Philippe, a fait une demande à la commission scolaire pour que Jeanne soit placée dans une classe spéciale, une classe adaptée.

Demande refusée.

Philippe est étonné, pour ne pas dire ahuri. Le trouble d'apprentissage de Jeanne est dûment diagnostiqué. Si une élève devait être dans une classe adaptée, c'est bien Jeanne.

Philippe insiste, appelle à la commission scolaire.

C'est lui qui raconte l'échange : 

«Bonjour, j'aimerais savoir pourquoi Jeanne a été refusée en classe spéciale.

 - Cette élève est beaucoup trop forte.

 - Pardon?

 - Elle a 55% au bulletin. Elle est trop forte.

 - Vous savez bien que le bulletin administratif ne nous permet pas de mettre plus bas que 55%. Elle est en échec. "Échec" signifie : "Ne réussit pas, même avec aide".

 - Ce n'est écrit nulle part. Je vois 55% au bulletin. »

J'appuie sur «pause», ici, pour un peu de contexte.

Les écoles du Québec maquillent les notes de façon régulière, pour toutes sortes de raisons. Certaines écoles, et certaines commissions scolaires, ne permettent pas de donner 30 ou 45% à un élève, même si c'est la note qu'il mériterait.

Le logiciel d'entrée des notes fixe bien souvent une barre sous laquelle on ne peut même pas descendre. J'ai plusieurs témoignages en ce sens.

Ce maquillage se pratique aussi à grande échelle, au ministère de l'Éducation : Radio-Canada révélait récemment que Québec a inclus dans les taux de diplomation des élèves qui ne devraient tout simplement pas en faire partie. Résultat? Il n'y a pas moins de jeunes Québécois sous-scolarisés... Mais les statistiques disent le contraire.

Fin de la pause-contexte. Retour à l'échange entre Philippe et la commission scolaire...

«Cette élève a déjà doublé. Elle a trois rapports neurologiques qui confirment sa lenteur intellectuelle et sa dysphasie. Elle est suivie au privé par un orthopédagogue, une orthophoniste, une ergothérapeute.

 - Elle n'a qu'une dysphasie modérée. Ça prend "sévère" dans les critères pour l'admettre en classe spéciale.

 - Soit. Elle a aussi un retard global de développement, deux ans de retard en mathématiques et en français; elle ne suit rien en classe. Elle est vue par des spécialistes 10 heures par semaine... »

DIALOGUE DE SOURDS

Rien à faire, Philippe était coincé dans un dialogue de sourds dont les codes relèvent de la mauvaise foi. De toute évidence, ici, la commission scolaire ne veut tout simplement pas admettre Jeanne dans une classe spéciale. Pourquoi? Parce que ces classes coûtent cher. Plus d'élèves admis dans ces classes égale plus de coûts.

Alors les commissions scolaires font avec les classes spéciales ce qu'elles font pour l'accès aux services de professionnels comme des orthophonistes ou des orthopédagogues pour les élèves en difficulté dans les classes ordinaires : elles font une lecture étroite des besoins de ces élèves pour refuser le service au plus grand nombre.

C'est épouvantable d'un point de vue social, parce que les Jeanne du Québec vivent de la détresse tout au long de leur parcours scolaire, en plus d'être sur la voie rapide vers le décrochage. C'est également nocif pour les élèves qui ne sont pas en difficulté : l'attention des profs est évidemment accaparée par les élèves comme Jeanne.

Mais d'un point de vue bureaucratique, c'est génial : à 55%, ces élèves en difficulté sont toujours très près de la réussite, fixée à 60%. Et souvent, justement, on les fait passer. Pourquoi? Pour plein de raisons. Parce que les profs ne veulent pas se faire emmerder par leur direction d'école. Parce que les parents vont gueuler si l'enfant ne «passe» pas. Parce que la commission scolaire ne veut pas avoir un taux de diplomation moins reluisant que sa voisine...

Je vous parle des écoles, mais ce genre de maquillages bureaucratiques se pratique partout, tout le temps.

Voyez cette nouvelle parfaitement absurde sur les statistiques d'attente aux urgences du Québec, sortie il y a quelques jours : sommées par le ministre Gaétan Barrette d'éliminer l'attente aux urgences en une semaine, les directions d'hôpitaux ont dû bouger...

Elles ont donc commencé à parquer des patients dans des salles de réunion (ils ne sont pas aux urgences, donc pas dans les statistiques d'attente aux urgences!) ou à donner des congés en vitesse (ils ne sont pas aux urgences, donc pas dans les statistiques d'attente aux urgences, bis!)...

Et qu'est-ce qui s'est passé, vous pensez? Ben oui, vous l'avez deviné : «Une semaine plus tard, écrivait Ariane Lacoursière de La Presse, plusieurs urgences présentent des statistiques plus reluisantes...»

C'est absurde, c'est malhonnête et c'est même un peu soviétique comme approche, mais qu'importe : la réalité a été maquillée et la bureaucratie a sauvé son honneur. En plus, le ministre ne lui tapera pas dessus : il pourra dire que les services sont donnés, et bien donnés : tenez, déclarera-t-il aux journalistes, j'ai même des statistiques pour vous le prouver...

Et Jeanne, elle, dans tout ça?

On s'en fout royalement, de Jeanne. Même qu'elle pourrait se forcer un peu, elle est si proche de 60%...




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer