Des ados et des robots

First Lego League a pour mission d'initier les... (PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE)

Agrandir

First Lego League a pour mission d'initier les jeunes à la robotique et à la programmation : 32 000 équipes dans 88 pays participent aux compétitions.

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il y a quatre ans, Sarah Laprise a lancé une équipe de compétition de robots en Lego à l'école secondaire où elle enseigne, Monseigneur-Richard, à Verdun.

L'équipe RoBuck de l'école secondaire Monseigneur-Richard.... (PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE) - image 1.0

Agrandir

L'équipe RoBuck de l'école secondaire Monseigneur-Richard.

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Des robots ? En blocs Lego ?

Oui, une telle chose existe sous l'égide de la FLL, pour First Lego League, qui a pour mission d'initier les jeunes à la robotique et à la programmation : 32 000 équipes dans 88 pays participent aux compétitions.

La gang de Sarah avait du fun et du succès, mais les jeunes ont rapidement constaté qu'au-dessus de la FLL, il y a la FRC, la FIRST Robotics Competition : la compétition des « gros » robots.

« Et chaque fois que nous participions à la finale provinciale des petits robots en Lego, dit Sarah, mes jeunes voyaient les gros robots de la FRC... »

Vous connaissez les ados. Qu'est-ce qu'ils disaient à leur prof en voyant ces gros engins ? ? Eh ! oui, ils lui disaient : « Mais Madame, nous aussi, on veut faire des gros robots ! »

Des gros robots, des gros robots...

Ok, c'est facile à dire, pensait Sarah, mais comment ?

D'abord, ça coûte un prix de fou, avoir une équipe de FRC - 30 000 $ la saison pour l'équipement et les frais reliés aux tournois -, et ensuite, les gros robots, c'est évidemment plus complexe que les robots en Lego : « On tombe dans la conception, l'électricité, le design, la mécanique, l'électronique, la programmation... Moi, je suis juste prof de biologie ! »

Sarah rechignait un peu, se faisait tirer l'oreille, mais les jeunes insistaient : « Madame, ce serait tellement cool ! »

Sarah avait le vertige : elle enseigne dans un milieu dit défavorisé, et pour accéder à la FRC, il faudrait trouver des mentors comme des électromécaniciens et autres qui veulent faire du bénévolat dans l'école-à-la-mauvaise-réputation du coin...

Mais Sarah s'est lancée, au diable le trouble et les défis.

Ses RoBucks - c'est le nom de l'équipe de robotique de Monseigneur-Richard - fabriqueraient des « gros robots », advienne que pourra...

Des mentors, Sarah en a trouvé (des parents, son chum Gilles) et du fric, elle et ses RoBucks en ont amassé : « Les 24 et 26 décembre dernier, on emballait les emplettes des clients à l'épicerie pour amasser les fonds nécessaires aux inscriptions, pour acheter des pièces pour fabriquer le robot. »

Et en mars dernier, à l'institut polytechnique Rensselaer de Troy, dans l'État de New York, à leur deuxième saison de gros robots en FRC, les ti-culs de Monseigneur-Richard - ils s'appellent Alexandre Mallet, Philip-James Walker, Alexendra Adams, Anaïs Meddahi, Roberto Jimenez, Anthony Chrétien-Contreras, Élénor Tremblay, Loïc Lachapelle, Vincent Côté, Christopher Badrossian, William Hébert, Loïc Roy-Ménard, Samuel Côté et Ricky Chen - ont mené leur robot BB8 à la victoire.

Gagner aux États-Unis, alors « que nous étions comme les Jamaïcains qui voulaient aller aux Jeux olympiques en bobsleigh », dit Sarah Laprise, contre des équipes qui ont une immense expérience de ces compétitions où il faut a) fabriquer le robot ; b) le programmer pour qu'il fasse des tâches précises ; et c) manipuler le robot dans des matches disputés contre d'autres robots...

Inutile de vous dire que les RoBucks de Monseigneur-Richard ont un peu, beaucoup, immensément capoté !

« Mon Dieu, se souvient Philippe-James, on n'avait vraiment pas en tête de gagner... »

Anaïs n'en revient pas encore : 

« - À Troy, on a joué contre des équipes qui existent depuis 25 ans !

- Vous ?

- Depuis deux ans ! »

Sarah Laprise : « Lorsque le match final s'est terminé, des jeunes ont pleuré dans mes bras, ont hurlé leur joie d'avoir gagné. »

Ils ont entre 13 et 17 ans, ils ont toutes sortes de profils scolaires : certains vont bien, d'autres, moins bien. Ils sont à peu près tous passés par le programme Science 2.0 animé par Sarah Laprise. Et « le robot », comme ils disent tous en parlant de ce BB8 qu'ils doivent sans cesse améliorer, il a pas mal changé leur vie...

Carl Tremblay, papa d'Élénor, mentor de l'équipe : « Ma fille a un trouble d'apprentissage. Quand un jeune a un TDA, s'il peut trouver quelque chose qui le passionne, il va trouver les outils pour passer par-dessus les difficultés. »

***

Je suis allé voir Sarah Laprise et ses RoBucks au Centre Claude-Robillard lors du Festival de robotique de Montréal, une compétition FRC chapeautée par Fusion Jeunesse. Une atmosphère de kermesse électrique régnait lors des matches du tournoi où les robots faisaient des choses que je n'ai pas encore tout à fait comprises, comme avaler des balles jaunes et aller grimper un fil de fer...

Ce n'est pas une chronique sur la robotique, détrompez-vous. J'aurais pu vous parler de jeunes qui trippent impro ou théâtre, basket ou soccer : c'est une chronique sur l'importance de la passion, qu'importe la passion, chez les ados.

On ne dira jamais assez l'importance de tripper sur quelque chose qui vous détourne du malaise de grandir et qui vous fait voir plus loin que le cours de maths de 10 h 45. Ado, avoir une passion, c'est un marchepied pour entrevoir le monde autrement.

Et c'est ce que j'ai vu, en ce samedi de mars au Centre Claude-Robillard : des centaines de jeunes électrisés par la science qui crée des robots et par la compétition entre ces robots. D'autres écriront la chronique sur l'importance de la science : j'insiste ici sur l'aspect salvateur d'une passion qui pousse l'ado à se lever le matin...

Eux, les élèves de l'équipe RoBucks de Monseigneur-Richard, Alexandre, il se trouve que leur passion, c'est un robot. Mais c'est plus qu'un robot, si vous voyez ce que je veux dire...

Roberto, 16 ans : « Si ce n'était pas du robot, l'école serait la pire chose du monde. Là, je me lève et je pense au robot. Je pense à améliorer le robot. »

Christopher, 15 ans, qui passe tous ses temps libres « sur le robot », s'est découvert une passion pour « le code », la programmation informatique, au contact de BB8 : « Quand j'ai rien à faire, je pense au robot. Même dans la douche ! »

***

Grâce à leur victoire à Troy, les RoBucks ont gagné une place aux Mondiaux de compétitions de robots FRC. Ils vont donc se lever à 3 h du matin, mardi prochain, pour prendre un vol matinal, direction St. Louis, au Missouri. Pour la plupart des RoBucks, ce sera un premier voyage en avion.

C'est une chronique sur les passions qui accrochent les ados à la vie. C'est aussi une chronique sur ces profs comme Sarah Laprise pour qui être prof, c'est pas être un robot.

Mélanie Lachapelle, mère d'Alexandre, a tout résumé l'impact de profs comme Sarah : « Mon fils a changé complètement. Il avait des problèmes de comportement, ses notes n'étaient pas géniales. Là, Alex s'est trouvé une passion : la programmation. Cette classe a tout changé pour lui. Ce sont des profs comme Mme Laprise qui font la différence. »

-30-




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer