Le pet de cerveau de Mr Potter

La tempête ayant frappé le Québec la semaine... (PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

La tempête ayant frappé le Québec la semaine dernière continue de faire sentir ses effets : une chronique sur le sujet publiée par le magazine Maclean's sous la plume d'Andrew Potter a suscité la colère de nombreux lecteurs, qui la considère comme exagérée et malhonnête.

PHOTO PATRICK SANFAÇON, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Lundi soir, après avoir lu son texte intitulé How a Snowstorm Exposed Quebec's Real Problem : Social Malaise sur le site du Maclean's, un texte qui analyse le Québec par le prisme de la tempête de la semaine passée, j'ai écrit un petit mot en privé à Andrew Potter.

Pour les exemples quantifiés de déficit en capital social des Québécois, ai-je écrit au directeur du programme d'études canadiennes de McGill, c'est instructif.

Et c'est vrai, ces parties-là du brûlot de Potter frappent l'imaginaire...

- Le Québec est le champion canadien de l'économie souterraine ;

- 28% des Québécois de plus de 75 ans disent n'avoir aucun ami (la moyenne canadienne est de 11 %) ;

- les Québécois sont ceux qui font le moins de bénévolat au Canada ;

- et nous caracolons en tête de liste du palmarès de la méfiance face à autrui (seulement 36% des Québécois disent pouvoir faire confiance à la «plupart» des gens - la moyenne canadienne est de 54%).

Ce que je viens d'énumérer fait partie de ces indices qui composent ce qu'on appelle le «capital social» : on peut penser que le Québec affiche un déficit de «capital social», si on se compare. En tout cas, ça se discute.

Parfois - pas tout le temps, mais parfois -, il faut un outsider pour voir les travers d'une société. Et Potter est un authentique outsider : il travaille à Montréal depuis janvier 2016 seulement, après des années à Ottawa, où il a été rédacteur en chef du Ottawa Citizen.

Et quand il s'en tenait aux faits quantifiés, Potter tenait une sacrée chronique.

Mais dans cette chronique, Potter s'est mis à jongler avec les anecdotes pour jazzer son argumentation et, ce faisant, il a mis un pied dans le piège à ours de l'impressionnisme et s'est tiré dans l'autre à grands coups de généralisations...

J'ai donc ajouté, dans mon message : «Mais je suis dubitatif face à certaines de vos déductions et observations...»

Un, il affirme qu'il est courant à Montréal que les restaurateurs vous offrent de payer cash, sous la table...

Je mange au resto minimum une fois par jour, et depuis 2010, depuis que Revenu Québec a serré la vis aux restaurateurs, ça ne m'est jamais arrivé. Ce qui ne veut pas dire que ça n'arrive jamais à Montréal, mais de là à en faire un travers courant... Courant? Non.

Deux, il écrit que ceux qui insistent pour être payés cash sont aussi «les médecins et les cliniques d'imagerie médicale»...

Est-ce que ça arrive? Oui. J'ai entendu ces histoires de médecins qui voulaient que leurs frais accessoires leur soient payés cash. Mais est-ce généralisé? Je l'ignore, et Potter ne fournit pas de données dans son texte.

Trois, sur la tempête elle-même, je ne vois aucun signe de fragmentation sociale dans le fait que deux camionneurs auraient refusé de se faire remorquer, comme l'affirme Andrew Potter.

Au contraire. Ce que je retiens, c'est ce que Caroline Duval m'a raconté pour ma chronique de jeudi : la belle entraide des gens sur l'A13. Mme Duval a aussi été interviewée dans les téléjournaux, invitée à TLMEP : ce n'est pas comme si cette solidarité sur l'A13 était une sorte d'aberration inconnue...

Le chroniqueur Andrew Potter... (PHOTO JÉRÔME LESSARD, FOURNIE PAR LE OTTAWA CITIZEN) - image 2.0

Agrandir

Le chroniqueur Andrew Potter

PHOTO JÉRÔME LESSARD, FOURNIE PAR LE OTTAWA CITIZEN

Andrew Potter m'a répondu. Et je ne veux pas rendre publique une conversation privée, mais disons que j'ai senti qu'il savait dès lundi soir qu'il avait fait un long dérapage métaphorique avant de se ramasser dans le champ, avec son texte. Et qu'il aurait besoin des pinces de désincarcération pour s'extirper des décombres de sa chronique...

Puis, hier, le ressac a été violent contre son texte, y compris de la part d'Anglo-Montréalais qui n'ont pas plus reconnu leur société que moi en lisant Potter dans le Maclean's...

Je n'ai donc pas été surpris qu'Andrew Potter répudie ces pans impressionnistes de son texte dans un message publié hier midi sur Facebook.

Je ne connais pas Andrew Potter. Mais je le suis depuis des années sur Twitter, depuis l'époque où il dirigeait le Citizen. Mon impression : une bonne tête de journalisme - juré! -, le genre à faire la part des choses, pas un excité, un type chez qui je n'ai jamais senti de propension au Quebec-bashing, je veux dire par là qu'il n'est ni le clone de Barbara Kay ni le tailleur de Don Cherry. Ce texte m'a étonné, venant de lui.

Ce n'est bien sûr pas la première fois qu'une publication anglo-saxonne laisse passer des sottises sur le dos des Québécois (Jan Wong et Mordecai Richler sont deux cas célèbres de saloperies sans fondement écrites sans qu'un editor n'émette un timide «Are you sure about that?»), et ce ne sera pas la dernière...

Mais à ma connaissance, dans le cas d'Andrew Potter, c'est la première fois qu'un journaliste s'excuse ainsi pour des affirmations complètement divorcées du réel, et qu'il le fait aussi rapidement.

Donc, dans le cas de Potter, je veux bien croire que ce texte dans le Maclean's est ce que les Anglais appellent joliment un brain fart - un pet du cerveau -, un truc qu'on échappe malgré soi...

C'est ce que ça sentait, en tout cas.

Votre Montréal

Pour l'année du 375e anniversaire de Montréal, les chroniqueurs de La Presse font appel à vos lumières : présentez-nous donc votre Montréal.

Un lieu, une impression, un souvenir, un immeuble disparu, un enjeu, une personne, un flash, une odeur, une rue, une couleur...

Qu'importe : l'idée, c'est de nous montrer ce Montréal qui est le vôtre. Soyez notre guide, quoi...

Pour participer à cet appel à tous, rien de plus simple : vous nous envoyez quelques lignes qui résument votre Montréal à vous. Marie-Claude, Francis, Yves, Nathalie, Rima, Michèle, Philippe, Jean-Philippe, Stéphanie, Marc, Hugo, Mario et moi allons plonger dans ces suggestions pour pondre une série sur votre Montréal.

Écrivez-nous à votremtl@gmail.com, en incluant les coordonnées pour vous joindre facilement.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer