Journal d'un espionné (2)

Le sergent-détective Normand Borduas est ce policier qui enquête sur ses... (PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le sergent-détective Normand Borduas est ce policier qui enquête sur ses collègues du SPVM. C'est lui qui, en 2014, en 2015 et en 2016, dans deux affaires différentes, a obtenu le droit inusité dans ce pays d'espionner un journaliste... Moi.

C'est un drôle de sentiment de lire la prose de M. Borduas me concernant, dans ces « affidavits » qu'il a soumis à des juges pour justifier mon espionnage - ou celui d'autres personnes - en traquant le policier Fayçal Djelidi.

Tout ce qu'il voit, c'est que j'ai reçu un appel ici, que j'ai envoyé un texto là. L'enquêteur ignore le contenu de ces communications. C'est ce qu'on appelle des métadonnées : le contenant, pas le contenu des communications.

Alors Normand Borduas fait des liens avec tous ces numéros de téléphone. Le 20 décembre, j'y allais d'une image, dans « Journal d'un espionné (1) » : avec ces métadonnées, l'enquêteur a dessiné pour les juges un yéti, quelque chose d'effrayant...

Tenez, M. Borduas écrit dans un affidavit que le 26 décembre 2015, à 11 h 25, « un message texte est reçu sur le (514) 239-XXXX, de Fayçal Djelidi, en provenance du numéro de cellulaire appartenant au journaliste Patrick Lagacé... »

Suit une note : « L'affiant rappelle au juge autorisateur que l'interrogatoire mené par Fayçal Djelidi avec le suspect [du vol de données confidentielles dans l'auto d'un commandant de la police] a eu lieu le 24 décembre 2015... »

Voyez ? M. Borduas donne un sens sinistre à ce texto, un peu comme une diseuse de bonne aventure qui voit une ligne de vie trop courte dans votre main : si Djelidi a interrogé un suspect le 24 et que j'envoie un texto à Djelidi le 26, il y a forcément un lien avec l'article qui parle de ce vol, le 7 janvier suivant...

Même si cet article est sorti dans le Journal de Montréal, et pas dans La Presse... où j'écris depuis 2006.

***

Parlant de scoop, j'en ai un, pour l'enquêteur Borduas : je l'ai, le texto, du 26 décembre.

Et voici ce que je disais à Fayçal Djelidi, le 26 décembre 2015 à 11 h 25 : Hey ! Joyeux Noël en retard ! T'as été malade en même temps que moi, selon mes sources.

Voyez ?

C'est vertigineux, les métadonnées. On ne voit pas le contenu. Alors on peut dessiner ce qu'on veut avec cet amas de chiffres, avec les contenants... Y compris un yéti, qui est une bête bien effrayante, Votre Honneur...

Dans sa trame narrative des Fêtes de 2015 soumise à la juge, le sergent-détective Borduas introduit soudainement le journaliste Fabrice de Pierrebourg.

Pourquoi ?

Sais pas !

Fabrice n'est pourtant l'auteur d'aucun scoop cité par l'enquêteur pour justifier mon espionnage ou celui d'autres personnes. Le sergent-détective signale seulement à la juge que le 27 décembre, « Il y a eu cinq appels téléphoniques » entre mon téléphone et celui de Fabrice, qu'il décrit (faussement) comme un « journaliste à La Presse » (il a quitté le journal en 2014).

Mais c'est vrai, Fabrice et moi avons dû échanger quelques appels, le 27 décembre 2015 : ce soir-là, Fabrice organisait son souper annuel des Fêtes, chez lui, avec des amis. Je ne le nie pas.

J'ai dû l'appeler pour lui demander l'heure des agapes.

Il a dû me rappeler pour me demander quel cadeau acheter pour mon fils.

J'imagine que je l'ai appelé, la dernière fois, pour lui demander le numéro de buzzer de son condo : j'oublie tout le temps...

Ce soir-là, on a mangé du foie gras confectionné par Fabrice lui-même. En voici une photo exclusive, que j'ai envoyée à Vincent Larouche (absent pour cause de souper dans sa belle-famille) pour lui montrer ce qu'il manquait (pardonnez le T*****K, j'ignorais devoir un jour publier ce message).

Comme je vous disais, dans « Journal d'un espionné (1) », il y a quelques semaines : là où l'inspecteur Borduas a dessiné un yéti aux juges, il y avait souvent quelque chose de bien moins effrayant, comme une oie.

Ou son foie.

Qu'on a mangé, chez Fabrice, le 27 décembre 2015, jour où je l'ai appelé cinq fois.

***

Je lis les parties des affidavits me concernant et je comprends un peu mieux la game, remarquez : il faut impressionner les juges, leur faire comprendre l'urgence de signer les mandats.

Et le juge signe, presque toujours. 

Dans le cas des juges de paix : ils ont signé 98,6 % des mandats demandés par le SPVM depuis trois ans, alors on voit bien qu'ils ne sont pas difficiles à impressionner. On se dit que c'est pas la peine de leur présenter un yéti, une oie ferait l'affaire...

Reste que c'est quelque chose de solennel, un affidavit soumis à un juge. Un policier ne peut pas mentir, dans un affidavit. C'est flirter avec le parjure, affirmer quelque chose de faux, dans un affidavit.

Parjure, c'est une des accusations qui pèse sur les deux policiers arrêtés par M. Borduas dans le projet Escouade, d'ailleurs...

***

Dans la trame narrative qu'il soumet à la juge pour prouver que quand A parle à B qui parle à C, un article sur le SPVM apparaît dans les médias, Normand Borduas lui signale que j'ai appelé Vincent Larouche le 5 janvier 2016, un appel de 35 secondes.

Il note ceci : « les deux n'avaient pas communiqué à l'aide de ces appareils depuis le 13 décembre 2015 ».

Sauf que c'est faux.

Le lecteur attentif aura noté que j'ai envoyé un texto à Larouche le 27 décembre 2015. J'ai vérifié : nous avons aussi échangé d'autres textos les 19 et 28 décembre.

C'est quand même formidable : le sergent-détective Borduas, qui a demandé la permission inusitée d'obtenir toutes mes communications, n'est même pas foutu de les présenter correctement à la juge !

Omission volontaire ou oubli ?

Je l'ignore : M. Borduas a décliné ma demande d'entrevue, hier. Le SPVM ne veut pas commenter cette information fausse soumise à une juge par son enquêteur.

Dans les deux cas de figure, le résultat est le même : on a présenté une fausseté à une juge, en appui à des faits gonflés à l'hélium, pour les faire entrer dans une théorie du complot sur les fuites médiatiques.

Au final, M. Borduas a échoué dans ce pan de son enquête : Djelidi n'a pas été accusé d'avoir transmis de l'information aux médias. Le mal est ailleurs : le SPVM, dans ces deux enquêtes signées M. Borduas en 2014, 2015 et 2016, a pu espionner toutes mes communications pendant plus d'un an.

Dans une prochaine chronique, j'aborderai d'autres déductions saugrenues de Normand Borduas à l'appui de ses fabulations sous serment touchant les médias, dans ses enquêtes.

Dans l'intérêt de la justice, j'espère que le reste de son enquête du projet Escouade est plus solide que les parties touchant ma personne et mon travail.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer