Du sang sur les murs

La semaine passée, sur sa page Facebook, Luc... (PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

La semaine passée, sur sa page Facebook, Luc Ferrandez a signé une montée de lait contre les baisses d'impôts prévues, en opposant les services publics à la consommation privée.

PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Demain, le ministre des Finances Carlos Leitao va annoncer une « mise à jour économique » dont le fait saillant sera un surplus budgétaire de 1,8 milliard.

Déjà, Québec parle de « réinvestir » en éducation, en santé, en développement économique.

Et en baisses d'impôt.

Le chef de la Coalition avenir Québec François Legault a eu vent de la nature des baisses d'impôts libérales, mais il les trouve bien timides. Il veut une stimulation de l'économie par une baisse d'impôts de 500 $ par personne, « 1000 $ par famille ».

Parfait, c'est formidable, les baisses d'impôts. On veut tous payer moins de taxes, moins d'impôts. Mais j'aimerais qu'on m'explique un jour comment on va financer les services publics si l'État renonce de plus en plus à l'argent des impôts.

À moins qu'on ne poursuive le démantèlement des services, comme c'est le cas depuis des années.

Un bain toutes les deux semaines, plutôt qu'un bain par semaine, pour les vieux en CHSLD ?

Encore moins d'orthopédagogues dans les écoles, pour mettre encore plus d'élèves en difficulté dans les classes ordinaires ?

Encore plus de roulement de personnel dans les centres jeunesse, ce qui fragilise encore plus les plus fragilisés ? Des délais de 30 mois plutôt que 22 dans les différents tribunaux administratifs ?

Encore plus d'abus de Revenu Québec dans ses vérifications fiscales déjà décriées par les tribunaux et la protectrice du citoyen ?

C'est ça, la réalité : moins d'impôts, autant de services, mais moins accessibles.

Ce n'est pas la première fois que je défends l'impôt en faisant écho à ce juge américain mort depuis longtemps pour qui payer des impôts achète de la civilisation : en 2014, j'avais invité Pauline Marois à m'imposer davantage, moi et ceux qui ont le privilège d'être parmi les plus nantis.

C'est ici que Luc Ferrandez intervient. La semaine passée, sur sa page Facebook, le maire du Plateau a signé une montée de lait contre les baisses d'impôts prévues, en opposant les services publics à la consommation privée. Je le cite : 

« Nous n'avons pas besoin de plus de télévisions à écran plat, plus de SUV (hausse des ventes de 65 % au Québec), plus de véhicules récréatifs, plus de fifth wheels, plus de cuisines de magazine ; plus de chalets-maisons ; plus de voyages ; plus de ski-doo ultra-performants, plus de vélos à 5000 $. Nous avons besoin d'une hausse du salaire minimum pour les 100 000 Montréalais qui consacrent plus de 50 % de leurs revenus à un logement ; plus de programmes d'intégration pour les immigrants et les réfugiés qu'on appelle en plus grand nombre tout en fermant le robinet des services ; plus de maisons de chambres pour les personnes dans la rue ; plus d'investissement dans les écoles débordées de la CSDM ; plus de CPE et plus de considération pour nos aînés les plus pauvres... »

J'ai lu l'élu le plus connu de Projet Montréal et je me suis senti moins seul dans ma gang. Bien sûr, je l'ai invité à prendre un café pour aller au-delà de ces 131 mots...

« Quand j'étais chez Hydro-Québec, dit-il, j'ai déjà demandé à un boss comment il savait s'il avait trop coupé. Sa réponse : "Y a du sang sur les murs." Exemple : tu ne peux plus donner les services, tes employés qualifiés quittent, ton taux de panne augmente... Là, au Québec, c'est ce que je constate : il y a du sang sur les murs. »

Et le barbu maire du Plateau se lance dans une énumération de tous ces services de l'État qui ont subi des reculs, ces dernières années : les organismes communautaires, les bains dans les CHSLD, la francisation des immigrants, le soutien aux parents d'enfants qui ont des problèmes de développement comme l'autisme, le logement social, le réseau de transports en commun qui pousse les gens « à arriver à 6 h au stationnement incitatif pour être sûrs d'avoir une place dans le train de banlieue... », les écoles de la CSDM aux toits troués et aux murs pleins de champignons, l'aide aux sans-abri...

« Et 40 % des Montréalais qui sont sous le seuil de la pauvreté travaillent à temps plein ! On les aide comment, eux ? », demande-t-il en citant une récente étude de Centraide et de l'INRS.

Ce qui irrite le plus Luc Ferrandez, c'est le discours selon lequel il faut réduire les impôts pour pousser le citoyen à consommer. Recul du citoyen, regain du consommateur, alors que, dit-il, l'homo quebecensis consomme déjà à outrance. « Pierre-Yves McSween l'a bien dit : en as-tu vraiment besoin ? »

Et Ferrandez se lance dans une autre énumération : les ventes de véhicules de luxe et utilitaires sport qui ne connaissent pas de reculs depuis des années, « va au Grand Défi Pierre Lavoie et si tu trouves des vélos en bas de 3000 $, appelle-moi », la mode des cuisines laboratoires grandes comme des musées, le voyage obligatoire à la relâche scolaire (préférablement dans le Sud), les chalets « qui ne sont plus des chalets, il ne reste que quatre chalets au Québec, les chalets sont des maisons désormais »...

Bref, pour un peuple « pris à la gorge », on vit dans l'opulence, dans l'abondance. Vrai. Jadis, ce pays n'était pas un pays, c'était l'hiver. Désormais, le Québec, c'est le DIX30.

« Pourquoi on consomme plus ? Parce que c'est beau, ce qu'on consomme, poursuit Luc Ferrandez. Parce que les autres autour de nous en ont. Parce que tu ne peux plus recevoir au pain de viande. Les besoins individuels, on les voit. Mais les besoins collectifs, on ne les voit pas. »

Ma traduction : passer d'une Audi A3 à une A4, ça te donne une satisfaction immédiate et tangible. Payer des impôts qui embauchent des orthopédagogues qui évitent le décrochage à des ti-culs qui n'iront pas 10 ans plus tard défoncer ton A4 - ton A8, rendu là - par désoeuvrement ou par besoin, ça, ça ne se voit pas, c'est immatériel.

Ça ne fait pas un bon slogan préélectoral, quoi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer