Sur les infirmières de Victo, pas un mot

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Peut-être que je ne comprends rien, peut-être que la game politique est si compliquée qu'elle dépasse mes modestes capacités intellectuelles. Mais hier, j'ai regardé la période des questions à l'Assemblée nationale et je crois comprendre pourquoi ça s'appelle « la période des questions ».

Parce qu'il n'y a pas de réponses !

Donc, le nouveau chef de l'opposition officielle Jean-François Lisée se faisait les dents sur le mollet du premier ministre Philippe Couillard en lui balançant des questions sur les conséquences des compressions du gouvernement dans certains coins du Québec...

Et le chef péquiste d'y aller de cas précis, de compressions à Saint-Jérôme, puis à Victoriaville où, avança M. Lisée, « 25 infirmières ont été mises à pied à cause de lui »...

C'est le théâtre parlementaire ordinaire, le chef de l'opposition qui se lève et qui pose des questions, le PM qui se lève et qui répond, les députés des deux bords qui se font aller le bonnet en guise d'approbation ou de réprobation, des murmures de sarcasme ou de triomphe, le président de l'Assemblée qui rappelle à chacun de se calmer le pompon...

Chacun joue son rôle. J'entends que si Jean-François Lisée était premier ministre et que Philippe Couillard était chef de l'opposition, ils joueraient leurs rôles : le premier ne répondrait qu'à côté des questions du second...

Mais ce qui est fascinant avec les libéraux en Chambre, c'est qu'ils jouent toujours le même texte, il n'y a semble-t-il qu'une seule page sur leur scénario, et sur la page il n'y a qu'un seul mot, et ce mot, c'est SÉPARATION.

Le chef de l'opposition pose au premier ministre une question sur des coupes de postes d'infirmières à Victoriaville, c'est un enjeu plutôt bien balisé, me semble-t-il : 25 postes d'infirmières à Victoriaville.

Et Jean-François Lisée demande au chef du gouvernement « Qu'est-ce qu'il va faire avec les infirmières qu'il a mises à la porte ? Va-t-il les rétablir ? »

L'enjeu étant bien balisé, la question étant précise - ce n'est pas une question sur le boson de Higgs -, la palette des réponses disponibles n'est pas, le lecteur s'en doute, d'une largeur infinie.

Je peux penser à deux réponses.

Genre : « Oui. »

Genre : « Non. »

Comment ? Vous dites que je ne comprends rien à la game politique ? JE SAIS ! C'est ce que j'ai écrit dans le premier paragraphe de cette chronique : mes capacités intellectuelles sont dépassées par la complexité de la game ! Ne venez pas me reprocher de ne rien comprendre, je vous en ai fait la confession !

Donc, le PM aurait pu répondre à la question du chef de l'opposition et si j'avais l'absolu bonheur d'être résidant de Victo, je crois que je trouverais que c'est quand même une bonne question, ça, sur les 25 infirmières de mon coin qui ont perdu leur job, gracieuseté de la rigueur budgétaire des libéraux...

La réponse de M. Couillard s'est articulée en deux points, sur neuf phrases, que je vais paraphraser comme suit...

Un, les péquistes de Lucien Bouchard ont mis des milliers d'infirmières à la retraite.

Deux, votre parti veut la séparation.

Voilà.

Sur les infirmières de Victo, pas un mot. Sinon, dans une réponse précédente, pour dire que son parti s'occupe de l'agrandissement de l'hôpital d'Arthabaska, ce qui ne dit foutrement rien sur ces 25 infirmières. Mais dans toutes les réponses, M. Couillard s'assure de lire et de répéter le seul mot qui semble figurer dans le scénario de la pièce de théâtre où il tient le rôle du PM libéral : « Séparation. »

On peut ne pas aimer l'idée que le Parti québécois souhaite faire du Québec un pays. Je regarde les résultats électoraux du PQ depuis 1998, je regarde les sondages sur l'appui à la souveraineté et il ne faut pas être le devin dans Astérix pour dire ceci : une majorité de Québécois n'a pas trop, trop envie de faire du Québec un pays.

Ça n'empêche pas le PM de crier « SÉPARATION » chaque fois que l'opposition lui pose une question. Il y a là-dedans comme un mépris du réel à répondre « SÉPARATION » quand on vous pose une question sur des postes d'infirmières coupés à Victoriaville.

Et j'aimerais souligner ici que la mise à la retraite des infirmières sous le premier ministre Lucien Bouchard - à laquelle M. Couillard a fait allusion encore hier - a eu lieu en... 1998.

En 1998, Bill Clinton était président des États-Unis. Tassez-vous de d'là des Colocs trônait au sommet des palmarès. L'iPhone n'existait pas. La France a gagné le Mondial de football. Alta Vista était encore un moteur de recherche prisé. En 1998, vous lisiez encore les chroniqueurs de La Presse sur des arbres morts.

Pensez-y : M. Couillard qui blâme en 2016 le PQ de 1998, c'est comme si Jean Charest de 2003 blâmait le PQ de René Lévesque. Quand on pense que les libéraux ont occupé le quasi-monopole du pouvoir depuis 2003 - exception faite de l'interlude de Mme Marois -, c'est vraiment culotté de blâmer des décisions prises en 1998 pour quoi que ce soit. Ce système de santé qui est le nôtre, c'est celui des libéraux, essentiellement...

Évoquer les infirmières mises à la retraite par le PQ de 1998, c'est un peu comme blâmer Windows 98 parce que ton iPhone plante en 2016. Dans le réel, ce serait fou ; en politique, c'est parfaitement normal.

Je n'allais même pas écrire là-dessus, mais hier sur Twitter les non-réponses du PM ont été défendues par un militroll du Parti libéral (bonjour, Karl W. Sasseville !) avec la foi zélée d'un officier politique soviétique divorcé du réel dans les tranchées de Stalingrad.

Là que je me suis dit : en plus, ils se croient !

Mais comme je vous dis : je ne comprends rien à la game politique. Peut-être que c'est moi l'épais. Peut-être qu'on me prend, aussi, pour un épais.

Ceux qu'on prend pour des épais, en tout cas, ce sont les gens de Victo : ils se demandent pourquoi ça prend plus de temps pour changer leur cathéter et la réponse est... « SÉPARATION ».

L'expression WTF, ça existait en 1998 ?

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer