Je cherche l'injustice, mais...

Les Témoins refusent les transfusions sanguines.... (Photo Mathieu Waddell, Archives La Presse)

Agrandir

Les Témoins refusent les transfusions sanguines.

Photo Mathieu Waddell, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La semaine dernière, une jeune Beauceronne membre des Témoins de Jéhovah est morte d'avoir accouché. Elle aurait suivi à la lettre les diktats de cette secte en refusant une transfusion sanguine.

Elle s'appelait Éloïse Dupuis, elle avait 27 ans. Le bébé, un garçon, a survécu.

Les Témoins de Jéhovah citent des passages de la Bible pour justifier le refus des transfusions sanguines. Entre autres : Genèse 9 : 4, Lévitique 17 : 14 et Actes 15 : 20, où il est question de ne pas manger, de ne pas boire de sang.

Les fidèles sont donc invités à porter sur eux une carte de refus de transfusion sanguine à l'intention du personnel médical, dans l'éventualité où ils ne pourraient pas exprimer clairement cette volonté.

Éloïse Dupuis avait signé cette carte, semble-t-il. Les tribunaux canadiens ont reconnu la validité de cette carte des Témoins de Jéhovah : nul adulte n'est tenu d'accepter un traitement médical s'il est en mesure d'offrir un refus de traitement éclairé.

***

Dans l'affaire d'Éloïse Dupuis, le coroner fait enquête. Le Journal de Québec a parlé à ses proches, et des versions contradictoires du fil des événements ont été présentées au journaliste.

D'un côté, la meilleure amie de la défunte, Marilou Riendeau (elle-même Témoin), affirme que son amie a refusé la transfusion alors qu'elle était lucide. Marilou Riendeau affirme que son amie est de toute façon morte d'une infection pulmonaire, pas de son refus de la transfusion (je note ici l'évidence : seule une autopsie pourra déterminer la cause de la mort de la jeune mère).

De l'autre côté, deux proches qui ne sont pas Témoins de Jéhovah, Cassandra Zélézen (une amie) et Manon Boyer (une tante, qui a porté plainte à la police), affirment que Mme Dupuis ne respectait pas à la lettre les diktats de la religion et qu'elle avait émis des ambivalences sur un refus de transfusion, dans le passé.

Et il semble qu'au chevet d'Éloïse Dupuis, selon le JdeQc, les non-Témoins aient été tenus à l'écart. Si c'est vrai, cela réduisait bien sûr d'autant les chances que quelqu'un fasse entendre raison à Éloïse Dupuis, si elle refusait en effet une transfusion capitale.

L'Hôtel-Dieu de Lévis, lui, affirme qu'un comité composé de médecins et d'avocats se penche sur les cas semblables de refus de traitement.

***

Il y a toutes sortes de morts.

Il y a des morts injustes qui découlent de réels accidents. Le type qu'on pensait en bonne santé, qui fait une crise cardiaque au volant et qui va frapper des piétons. Mais il y a aussi des morts injustes qui auraient pu être évitées : le patient victime d'une erreur médicale, par exemple.

Il y a aussi des gens dont la mort est d'une réelle tristesse, mais qui ne recèle aucune injustice. La jeune femme qui fait du car surfing. L'entêté qui passe au travers du pare-brise après une collision et qui ne voulait jamais s'attacher. Le soldat qui s'engage librement dans une armée de volontaires et qui meurt au combat.

Et la jeune femme adulte qui choisit de rester dans une secte comme celle des Témoins de Jéhovah. Et qui meurt au bout de son sang après un accouchement qui se complique. C'est triste. Mais je ne vois pas d'injustice là-dedans.

(On verra si ce fut le cas de Mme Dupuis, on verra si elle a offert son consentement librement dans les dernières heures de sa vie. Comme je dis, l'enquête est en cours. Mais des cas de décès par refus de transfusion sanguine chez les Témoins de Jéhovah sont recensés ponctuellement partout dans le monde.)

Je l'ai dit dans le passé, je vais le répéter : il y a des gens qui renient leur religion, il y a des gens qui sortent des sectes. Le prix à payer est bien sûr très élevé et ce prix est souvent la rupture des liens avec tes proches, ta famille et tes amis. Mais ça se fait. Il y a des gens qui sortent des Témoins de Jéhovah.

Choisir de rester dans des communautés religieuses qui ont des vues rétrogrades basées sur une interprétation d'un livre saint, c'est un droit et c'est un choix. La liberté de culte, ça fait partie de la liberté. L'État n'a pas à dire à qui que ce soit comment vivre sa foi.

Adulte, Éloïse Dupuis a eu neuf ans pour remettre en question le refus du monde moderne des Témoins de Jéhovah. Tout indique qu'elle a librement choisi de rester dans une communauté qui croit que Lévitique 17 : 14 a préséance sur une transfusion sanguine, même une transfusion sanguine qui peut vous éviter la mort.

En ce sens, la mort d'Éloïse Dupuis me semble bien sûr d'une tristesse manifeste.

Mais est-ce une injustice ?

Je ne vois pas d'injustice ici, désolé. Mme Dupuis a fait le choix de ne pas sortir d'une religion qui met une interprétation de versets de la Bible au-delà de la vie humaine.

S'il y a une injustice, ici, c'est dans la naissance de ce bébé venu au monde dans une communauté de joyeux sautés qui utilisent un livre écrit il y a plusieurs siècles comme un mode d'emploi pour la vie au XXIe siècle.

Ça, c'est d'une injustice qui fait hurler.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer