Chronique

Si l'école était importante (11)

À l'occasion de la fin de l'année scolaire,... (PHOTO YAN DOUBLET, LE SOLEIL)

Agrandir

À l'occasion de la fin de l'année scolaire, notre chroniqueur Patrick Lagacé exprime « sa colère de voir l'école publique négligée » et constate un « nivellement par le bas » dans le système scolaire.

PHOTO YAN DOUBLET, LE SOLEIL

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

On sait que l'école est malmenée. On sait que le budget consacré à l'éducation a été charcuté depuis des années, par les gouvernements péquistes et (surtout) libéraux. On sait que cette approche comptable, depuis des décennies, plombe l'école. On sait que les réinvestissements ne comblent pas le gouffre.

On sait que les commissions scolaires et le gouvernement sont bien souvent engagés dans un bras de fer qui ne profite pas aux élèves. On sait que le gouvernement aimerait que la gestion d'une classe soit aussi simple que de faire tomber les blocs à la bonne place dans une partie de Tetris.

On sait que les services aux élèves en difficulté sont l'objet d'un rétrécissement délétère, dont les effets débordent dans les classes « régulières », bousillant la motivation de la plus dévouée des enseignantes.

On sait que les syndicats sont parfois un frein à l'innovation et au bon sens, en protégeant les plus nuls et en sacralisant certains acquis. On sait que la performance pédagogique est toujours vue, dans cette province, à travers le prisme des relations de travail, ce qui est parfaitement contre-productif.

On sait tout ça.

Mais aujourd'hui, alors que l'année scolaire 2015-2016 vient de prendre fin, je veux dire merci aux enseignants qui se donnent à fond, malgré tout. Qui décorent leurs classes en pigeant dans leurs poches. Qui consacrent un samedi matin à remplir un rapport exigé par la neuropsychologue du petit Thomas, passage obligé pour des séances d'orthopédagogie. Qui organisent le voyage de fin d'année en France. Qui consacrent quelques récréations à travailler avec Annabelle pour qu'elle comprenne enfin les divisions.

Merci de composer avec les parents parfois imbéciles, qui croient que votre rôle de prof est aussi d'élever leurs enfants, en plus de les instruire. Merci de contribuer à transformer en petits Québécois des enfants qui débarquent du bout du monde. Merci de répondre avec grâce aux courriels des parents exigeants.

Merci pour tout ça. Et profitez bien de ces semaines de congé pour recharger vos piles : la relation prof-élève est LE facteur le plus important dans la réussite d'un élève, nous avons donc besoin de vous pimpants et reposées.

***

Ces remerciements aux profs et aux autres artisans des écoles, ils viennent du fond de mon coeur de parentet de Québécois.

Comme parent : mon fils a quitté ces jours-ci une école formidable, l'école Saint-Joseph, dans le Plateau. Je sais l'importance d'une équipe-école dévouée, compétente, attentive. Je sais la différence que cela peut faire dans la vie d'un élève. Je sais que des équipes-écoles semblables, il y en a partout.

Comme Québécois : nous sommes sortis d'une pauvreté collective en nous donnant un véritable système scolaire public, en faisant de l'éducation un phare de la Révolution tranquille.

Si nous voulons être un peuple instruit, un peuple où le ti-cul d'Hochelaga-Maisonneuve a autant de chances de réussir qu'un ti-cul de Lorraine, ça passera par une revalorisation de l'école publique, par une école publique dont la qualité n'est ni aléatoire ni tributaire du code postal, comme c'est trop souvent le cas.

Quand j'écris sur l'école, il se trouve chaque fois un lecteur pour me rappeler, avec une pointe plus ou moins grande de fiel, que j'ai fait le choix d'envoyer mon fils à l'école privée. J'ai raconté les circonstances de cette décision en chronique (voir ci-dessous) il y a quelques années, une décision familiale qui a dû être prise rapidement. C'est une décision que je n'ai jamais regrettée.

Mes chroniques sur l'éducation sont motivées par une colère, celle de voir l'école publique négligée, justement. Comme parent, je suis en colère d'avoir eu à payer de ma poche pour un service que je paie déjà avec mes impôts. Comme Québécois, je suis atterré de voir que l'école publique est négligée et que cela pousse des milliers de parents à voter avec leurs pieds en choisissant la solution de rechange la plus simple : le privé. En cela, l'école est le reflet d'une tendance qui transcende l'école, tendance à laquelle le Québécois s'est habitué : aller au privé pour obtenir un service indisponible au public.

Je vous ai souvent parlé des services professionnels, ces orthopédagogues, orthophonistes, psychologues, etc., qui soutiennent l'enseignant de la classe « régulière », mais qui ont fait l'objet de coupes sauvages depuis 20 ans. Résultat : les profs doivent gérer cinq, six, sept élèves en difficulté, ce qui monopolise leur temps et dépasse leurs compétences. Mais ils aident ainsi l'État à gagner son match de Tetris comptable.

Personnellement, si mon enfant a par exemple besoin de services professionnels, je sors mon chéquier et je paie. Ce qui me met profondément en furie, ce n'est pas de payer pour ça. J'estime que mon job de parent est de m'arranger par tous les moyens pour que mon fils ait accès à ces services s'il en a besoin, et si cela implique de payer, eh bien, je paie...

Non, ce qui me fait prononcer beaucoup, beaucoup de mots d'église, c'est quand je pense à la question suivante : les enfants qui n'ont pas accès à ces services professionnels dans leur école publique et dont les parents n'ont pas les moyens de payer pour ces services, ils font quoi ?

Cette question me bouleverse et me fâche. Elle incarne une certaine tolérance aux inégalités dans la société. Parce que la réponse est claire : ces enfants-là, ils sèchent.

Collectivement, c'est aussi fou que si nous avions décidé de ne pas développer l'hydroélectricité parce que construire des barrages coûte trop cher. Ces enfants laissés dans la brume, ce sont des ressources dont nous nous privons. Nous les mettons sur une voie rapide vers le futur réservoir de cheap labor du Québec de demain.

L'école de mon fils était exceptionnelle à tous points de vue : ce type d'école devrait être la norme, même dans le public, pas l'exception.

Oh, comment ? Ça coûterait cher ? En janvier, l'économiste des HEC Robert Gagné plaidait pour des investissements massifs en éducation (voir ci-dessous), dont la maternelle 4 ans. Interrogé sur ce que tout cela coûterait, il a répondu ceci : « On s'en fout. Ça coûtera ce que ça coûtera. » Traduction : l'école, ce n'est pas une dépense. C'est un investissement.

Et la qualité d'une école ne devrait dépendre ni de son code postal ni de la capacité de payer des parents. L'État, qui tolère très bien des écoles insalubres, avalise cette mauvaise loterie dont nos enfants sont les grands perdants.

***

Il faut dire que le nivellement par le bas est fort, dans le système, au-delà des individus exceptionnels qui oeuvrent auprès de nos enfants. Il ne vient pas que de l'État. Un exemple, juste un : j'ai autrefois fouillé pour La Presse une histoire qui touchait une école publique, une école « internationale », comme on dit. Des parents se plaignaient d'une situation anormale impliquant une prof.

Dans une discussion à bâtons rompus avec un dirigeant syndical à propos de cette affaire, celui-ci a alors ironisé sur les exigences des parents de cette école. Je le cite : « Ils s'attendent à un service digne d'une école privée... »

Un jour, j'espère que ce ne sera pas un problème que des parents exigent de leur école publique un excellent service, « un service digne d'une école privée ». Si l'école était importante au Québec, une excellente école serait la norme, pas un coup de chance.

***

C'est le temps des vacances, chantait Pierre Lalonde, mort au moment où commençait ladite saison des vacances. Retour aux humeurs habituelles quelque part dans le mois d'août, chers lecteurs. Attention aux coups de soleil et aux pitbulls.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer