Bêtes de cirque

Les autorités du zoo de Cincinnati ont dû... (Archives AP)

Agrandir

Les autorités du zoo de Cincinnati ont dû abattre un gorille après qu'un enfant de 4 ans est tombé dans la fosse séparant l'enclos du public. Sur notre photo : un garçon pose une gerbe de fleurs à la mémoire de la bête tuée, Harambe.

Archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Évidemment qu'il fallait tuer le gorille. Ce n'est même pas un enjeu. Le gorille ou l'enfant ? L'enfant, 100 fois sur 100. Come on.

Je parle bien sûr de ce gorille que les autorités du zoo de Cincinnati ont dû abattre après qu'un enfant de 4 ans s'est faufilé dans l'enclos des gorilles du zoo de la ville. Tous les gorilles ont fui quand les gardiens les ont refoulés dans un recoin de l'enclos.

Tous, sauf un. J'oublie son nom, et on s'en fout : un gorille, c'est un gorille.

Ce gorille-là s'est saisi de l'enfant et l'a traîné dans son enclos comme une fillette colérique traîne sa poupée de chiffon par la patte. Beding, bedang. Sauf que le gorille pesait 400 livres.

Bang, on l'a abattu. L'enfant a été sauvé.

C'est un fait divers, un fait divers qui n'aurait pas survécu une seule journée, jadis. Mais la scène a été filmée, et elle a été relayée partout dans les internets. Ce voxpop semi-planétaire que sont les réseaux sociaux occidentaux s'est enflammé, de mots-clics en pétitions.

Plusieurs personnes ont même affirmé qu'il s'agissait d'un « assassinat », prouvant du coup que même les primates sont capables de tweeter et de facebookiner...

Ah, vous me trouvez insensible ?

Un peu. Je ne me rappelle plus qui a eu cette formule géniale, mais disons que quand un boa constrictor tombe dans le milieu du salon, ce n'est pas le moment de parler des droits des animaux...

L'humain avant les animaux. Enfin, je ne vais pas répéter ma chronique de lundi sur les pitbulls...

(L'humain avant les animaux, la plupart du temps. Il y a certains humains pour qui j'hésiterais au moins une seconde avant de tirer sur le gorille métaphorique, si je devais choisir. Qui ? Ah, une plainte au Conseil de presse étant si vite arrivée, je vais garder l'identité de ces personnes pour mes Mémoires, mais je vous rassure tout de suite : probablement qu'en fin de compte, je tirerais le gorille...)

J'ai l'air insensible, mais je vous jure que ce n'est qu'en surface. Pendant que vous vous demandez pourquoi on n'a pas endormi l'animal avec un tranquillisant, pourquoi le zoo n'a pas installé de meilleures clôtures, pourquoi les parents n'ont-ils pas mieux surveillé leur ti-cul, moi, un autre « pourquoi ? » m'anime...

Pourquoi les zoos ?

Il y a deux, trois, cinq ans, je n'aurais jamais eu cette interrogation. Les zoos sont là, et puis basta, ça fait partie du paysage comme le Carrefour Laval. Mais il y a comme un changement de (attention, cliché) paradigme en train de s'opérer sous nos yeux, dans le rayon de nos relations avec les animaux.

Je parle de l'exploitation des animaux pour le divertissement des humains. Et le zoo, c'est exactement ça.

Enfermer des animaux dans un décor de carton-pâte pour distraire des enfants : c'est cruel.

Sur l'exploitation des animaux aux fins de divertissement, il y a des réflexions partout. Il y en a sur les zoos, sur les cirques, il y en a sur les Marineland de ce monde. Il y en a sur les corridas espagnoles, qui se soldent par la mort d'un animal à coups d'épée...

Aparté : le comédien britannique Ricky Gervais a une des positions les plus provocatrices en ce domaine : il applaudit quand un toréador est blessé par un taureau. À la guerre comme à la guerre, dit-il : le taureau ne fait que se défendre, dans un combat où sa tête est mise à prix pour gonfler l'ego du toréador. Bref, les humains avant les animaux, mais il y a une ou deux « clauses nonobstant » (bonjour, M. Bourassa) touchant ceux qui courent après le trouble (bonjour, les propriétaires de pitbulls), tiens...

Sous nos cieux, la réflexion s'est amenée sur les pavés du Vieux-Montréal depuis un an ou deux : faut-il interdire les calèches au nom du bien-être des chevaux ?

Oui, éventuellement, dans l'ordre (bonjour, Denis Coderre !).

Encore là, parce que c'est cruel d'obliger des bêtes à tirer des attelages contenant des touristes du Rhode Island au milieu des voitures, dans des températures pas possibles. Un jour, on va trouver ça aussi fou que quand on fumait à l'hôpital.

Ce changement de paradigme, c'est un élargissement de l'empathie humaine qui me réjouit, personnellement, tant qu'on ne commence pas à prêter des traits humains aux bêtes, ce qui s'appelle de l'anthropomorphisme, ce qui est très répandu à la SPCA et qui est parfaitement sot.

Revenons à l'idée même de la calèche : qu'elle circule dans un quartier pittoresque de Montréal ou de Florence, il s'agit probablement de la chose la plus quétaine du monde. 

Oubliez les chevaux une seconde, c'est étonnant qu'on ne milite pas pour son abolition au nom de la simple dignité des êtres humains qui sont assis derrière le cocher, un peu comme on a interdit le lancer du nain, au grand dam des nains eux-mêmes...

Bon, j'ai l'air de ne penser qu'aux humains, mais vous ne me ferez jamais croire que le cheval ne souffre pas un peu du ridicule de la situation lui aussi. On me chuchote d'ailleurs que les chevaux tirant les calèches avec des guedis roses sont souvent en burn-out, presque plus souvent que les pingouins du Biodôme...

Mais oui, le Biodôme aussi exploite des animaux pour le divertissement. Pensez-y une seconde : le Biodôme, c'est quoi, à part une patente qui sert à divertir les enfants quand il pleut le dimanche après-midi ? Je doute que le pingouin soit heureux de se produire pour un public qui a le nez collé sur la baie vitrée pour le regarder plonger...

Au moins, aucun enfant ne risque de se faufiler sur sa banquise artificielle...

Enfin, on l'espère.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer