Pas Charlie pantoute

Mike Ward... (Archives La Presse)

Agrandir

Mike Ward

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

C'est peut-être le texte le plus soft de l'Histoire de l'humour qui a été censuré par le Gala Les Olivier. Ai-je dit censuré ? Non, je me trompe. L'avocate de l'assureur du gala - oui, une telle chose existe - et l'équipe de contenu ont multiplié les demandes de changements et d'adoucissements au duo Mike Ward et Guy Nantel.

Guy Nantel... (Archives, La Presse) - image 1.0

Agrandir

Guy Nantel

Archives, La Presse

Ward et Nantel ont fini par jeter l'éponge. Ce n'est donc pas, techniquement, de la censure. À force d'usure, le résultat ressemble pourtant à ça.

À qui la faute ?

À Radio-Canada ?

Au producteur du gala, l'Association des professionnels de l'industrie de l'humour ?

À l'avocate inconnue de l'assureur anonyme, assureur qui paiera les frais juridiques en cas de poursuite en diffamation ?

Probablement tout le monde, à parts plus ou moins égales.

Mais permettez une réponse alternative...

Radio-Canada, l'Association des professionnels de l'industrie de l'humour et l'avocate inconnue de l'assureur anonyme vivent dans l'air du temps.

Il est comment, l'air du temps, côté liberté d'expression ?

Pourri, je dirais.

Qui crée ça, l'air du temps ? Nous tous. Nous tous qui ne sommes pas Charlie pantoute, nous tous qui hurlons quand un mot est dit de travers, quand un juron est échappé, quand le dernier terme à la mode désignant une minorité autoproclamée n'est pas utilisé en public avec suffisamment de célérité.

Vous savez, quand Mike Ward a été traîné devant la Commission des droits de la personne par Jérémy Gabriel ?

La réaction collective a été immature : c'est devenu un référendum sur Ward lui-même. Alors qu'au-delà de la chicane Ward-Gabriel, c'est le forum même utilisé par « le petit Jérémy » qui est épeurant : le tribunal d'une Commission qui n'a pas été créée pour traiter de cas de liberté d'expression et qui s'immisce précisément dans cela.

Vous savez, ce Bye Bye 2008 ?

Avez-vous oublié les réactions hystériques, pendant une semaine ? Les lignes ouvertes ? Les pages frontispices à répétition ? Les plaintes au CRTC ? Des Noirs ont vu du racisme où il y avait une dénonciation du racisme, une chanteuse populaire aurait été offusquée : une semaine d'hystérie collective et de suivis sur les réactions à l'hystérie collective.

On n'a pas idée de ce que ça coûte, une poursuite en diffamation. J'ai été poursuivi. L'affaire ne s'est jamais rendue devant un juge, mais elle a traîné des années dans les antichambres de la justice. Autour de la cinquième année, me semble-t-il, j'ai demandé à un de nos - nombreux - avocats à combien s'élevait la facture de notre défense. Réponse : des centaines de milliers de dollars. Heureusement, La Presse défend vigoureusement ses journalistes.

Il faudra bien, un jour, régler le problème de la facilité - j'insiste, de la facilité - avec laquelle on peut utiliser les tribunaux, Commissions des droits et autres organismes réglementaires pour faire taire des gens qui utilisent, tout bêtement, leur liberté de parole.

On n'imagine pas la frilosité que cela entraîne dans le choix des mots, des sujets, des enquêtes, des blagues, des dessins.

Donc, dans le cas du Gala Les Olivier, l'avocate inconnue de la compagnie d'assurance anonyme, elle baigne dans ce climat-là. Elle s'en contre-crisse, de la liberté d'expression, tout ce qu'elle a à coeur, c'est ce que tous les avocats de la terre ont à coeur : l'intérêt de son client.

Et c'est quoi, l'intérêt de ce client, la compagnie d'assurance qui assure la production du Gala Les Olivier en cas de poursuite ?

De limiter au minimum les risques d'avoir à payer une traître cenne en frais juridiques. L'avocate de l'assureur, elle ne veut pas payer 300 000 $ en avocasseries si quelqu'un est offensé par un gag de Ward et Nantel.

Pour ce faire, c'est simple : out les jokes de juifs, les jokes de Tim Hortons, les jokes de grosses, les jokes sur la Commission des droits de la personne.

Reste quoi ?

Reste des jokes électroménagères. Et encore là, dis pas « Maytag », dis donc juste « lave-vaisselle », moins de chances que Maytag se fâche et nous envoie une mise en demeure...

Ce que je dis, c'est que notre propension collective à être si facilement offensés, par tout et par n'importe quoi, est l'incubateur de ces avocasseries qui créent cet air du temps délétère pour la prise de parole.

Nous sommes farouchement d'accord pour que les propos avec lesquels nous sommes d'accord soient diffusés. Nous sommes farouchement contre la diffusion des propos qui nous heurtent. Pétitions, mot-clic, chaînes de lettres, plaintes et poursuites : on veut tuer la parole jugée « déplacée », « offensante », « blessante ».

Ça commence avec une lettre d'un organisme qui décrète que tu ne peux plus dire « nain ».

Ça se poursuit avec les islamistes qui traînent un caricaturiste ou un auteur devant un tribunal des droits de la personne, tribunal qui accepte d'être ainsi utilisé.

Et ça culmine avec un numéro soft qui est trop hard pour le Gala Les Olivier, ironiquement commandé pour honorer la liberté d'expression.

Il y a encore des zones dans lesquelles on peut s'exprimer librement...

Des dossiers sur les meilleurs t-shirts en coton, des amateurs qui poussent des classiques de la pop en prime time, des blagues sur les filles qui ont de la misère à choisir leurs talons hauts le samedi soir : là-dessus, pas de doutes, la liberté est totale.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer