Stéréo flop

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il y a quelques semaines s'est achevée la troisième saison de Deux hommes en or, l'émission que je coanime à Télé-Québec. Avec ces huit années aux Francs tireurs, ça me fait 11 années de télévision depuis 2005. Permettez une confession, pourtant: je ne connais pas grand-chose à la télévision.

Je sais qu'il y a une chose que je fais bien, à la télé, une seule: poser des questions.

La télévision est un vrai média d'équipe, de groupe. La réalisation est un art en soi. La recherche, un autre. La direction de production, essentielle. Savoir qui embaucher dans les postes indispensables de techniciens: c'est un talent en soi. Et si vous n'avez pas LA monteuse créative et efficace: bonne chance...

Et je n'ai pas d'expertise dans ces domaines.

Je vous raconte tout ça parce que je veux offrir une note discordante au concert d'éloges qui a accueilli la sortie du chanteur Pierre Lapointe à Tout le monde en parle, dimanche, irrité par la suppression de son émission de musique Stéréo pop et par le culte de la vedette à Radio-Canada.

Deux hommes en or est une coproduction entre Attraction Images et une firme que j'ai créée avec Pierre-Louis Laberge, un idéateur en télé. J'ai eu mon mot à dire à chaque étape de la création de cette émission. Après l'émission-test, ce qu'on appelle le «pilote», on m'a demandé ce que je pensais du réalisateur.

Réponse: «Bof.»

Je me basais sur à peu près rien, un feeling dont le socle était une journée où je m'étais probablement levé du mauvais pied. Pierre-Louis, lui, crée des émissions depuis 25 ans. Il m'a dit: «Sais-tu quoi? J'ai revisionné le pilote. Ce gars-là a fait tout un travail.»

Si je m'étais entêté à écarter Yannick Savard du projet - et j'étais en position de le faire -, c'eût été une erreur d'une stupidité abyssale de ma part: Yannick est extrêmement doué, l'émission porte son empreinte. Il croule d'ailleurs sous les offres d'emploi.

Bref, j'ai fait ce qu'on devrait faire quand on ne sait pas de quoi on parle: j'ai écouté ceux qui savent.

Je vous dis ça parce que j'ai regardé Pierre Lapointe raconter sa vérité sur l'échec de son émission de musique à Tout le monde en parle. J'ai décortiqué ce qu'il a dit. Je me suis rappelé tous les échos qui ont circulé sur son comportement de diva pendant la production de Stéréo pop. J'ai lu le papier que vous présente Richard Therrien sur la vie difficile de cette éphémère production. Et...

Et c'est une évidence, pour moi: Pierre Lapointe est un excellent chanteur, mais il ne connaît pas grand-chose à la création d'une émission de télévision.

Ce que j'ai entendu depuis un an et ce que Therrien rapporte dans son papier concordent: Pierre Lapointe n'écoutait personne; d'autorité, il imposait ses choix et il choisissait mal ses batailles. Un one-man-show ingérable dans une machine qui fonctionne en équipe.

Ça a donné ce que ça a donné: un flop. Stéréo flop, en fait: le surnom clandestin de l'émission dans les entrailles du paquebot télévisuel...

Selon les sources de Richard, Radio-Canada avait aimé le pilote de Stéréo pop. Mais Pierre Lapointe, lui, a insisté pour qu'on écarte le réalisateur dudit pilote. Il a fini par imposer son choix: Yannick Savard - celui que j'évoquais plus haut - a été éjecté et c'est un autre réalisateur, qui n'avait pas la même expérience en télé, qui a eu le poste. Mais la question se pose, au-delà des sparages et des déclarations théâtrales: quelle expertise particulière Pierre Lapointe avait-il en télé pour imposer ainsi ses choix?

Réponse: aucune.

Et il n'a pas su écouter ceux qui, autour de lui, possédaient cette expertise. Ou alors ceux qui avaient cette expertise ont rapidement compris qu'ils n'avaient rien à gagner à essayer de travailler avec quelqu'un qui pense avoir tout le temps raison dans un domaine auquel il ne connaît rien. Si Guy A. Lepage sait s'entourer de gens forts à TLMEP - et les écouter quand ils le contredisent -, je pense que ç'aurait été bon pour Pierre Lapointe aussi...

Pierre Lapointe est un «A», il l'a dit lui-même à Tout le monde en parle. Personnellement, je pense qu'on devrait laisser ce genre de chose être décrété par autrui, mais qu'importe, le chanteur a raison: il est une star, c'est un «A».

Et une star de calibre «A» comme Pierre Lapointe, dans une boîte comme Radio-Canada, n'est pas qu'un vulgaire figurant dans la vie d'une émission, sorry. C'est quelqu'un qui peut imposer ses choix à l'intérieur d'une production. Et l'histoire montre qu'il en a imposé, des choix, dans la saga de Stéréo pop.

L'échec de Stéréo pop, c'est aussi celui de Pierre Lapointe. Pas seulement le sien, mais il ne peut pas s'en dédouaner totalement, peu importe le nombre de jurons qu'il utilisera. C'est aussi celui du diffuseur, du producteur. J'ai la coquetterie bien personnelle de penser que le leader de l'équipe - l'animateur - porte une responsabilité particulière.

Pour l'enjeu de la prolifération des vedettes à Radio-Canada, évoquée par Pierre Lapointe: c'est un débat parfaitement légitime.

Le diffuseur public doit s'attendre à être scruté plus attentivement que Canal Vie. Et le débat  - un peu, beaucoup lancé par Roméo Bouchard dans Le Devoir  - est en train de se faire. Mais je trouve qu'un gars qui vit manifestement une amertume encore à vif avec ledit diffuseur public est légèrement mal placé pour en parler.

J'anime des émissions de télévision depuis 11 ans. C'est un privilège exceptionnel, pour lequel je suis très bien traité. Et si jamais un jour j'anime une émission qui se plante, je jure devant Dieu, Allah et Darth Vader que je ne vais pas tenter d'enrober ma colère dans un débat de société, je dirai seulement: «Vous m'avez confié un rôle de leader dans cette équipe, j'assume tout ce qui a été mis en ondes. Merci pour tout, je suis un privilégié. Prochaine question.»

Toute autre réponse, de la part de quelqu'un qui ne fait que poser des questions à la télé, me semblerait parfaitement indécente.

Transparence totale: 

Deux hommes en or est coproduite par la même boîte que Stéréo pop, soit Attraction Images: les deux émissions étaient diffusées en même temps, la saison dernière.

- Je coanimerai dans la prochaine année une émission à Radio-Canada qui ne contiendra aucune trace de vedette, A ou C, que des gens qui ne sont pas membres de l'Union des artistes.

- Je ne connais pas Pierre Lapointe, et il fut charmant quand il est venu à Deux hommes en or.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer