Si l'école était importante (10)

De source syndicale, on apprend que ce serait... (photo edouard plante-fréchette, archives la presse)

Agrandir

De source syndicale, on apprend que ce serait 70 postes de psychologues, d'orthophonistes et de conseillers scolaires qui feraient les frais d'une nouvelle vague de compressions.

photo edouard plante-fréchette, archives la presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

C'est la dixième fois depuis un an que je chronique sur cette institution qui nous concerne tous, l'École. J'utilise le « E » majuscule à dessein. La première fois, je réagissais brutalement à une vague de compressions à la Commission scolaire de Montréal (CSDM).

Les professionnels sont à peu près toujours les... (PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE) - image 1.0

Agrandir

Les professionnels sont à peu près toujours les premiers à faire les frais de compressions dans les commissions scolaires. Pas seulement à la CSDM supposément mal gérée, mais également à Laval, où on a annoncé des suppressions de postes en janvier dernier, par exemple, écrit notre chroniqueur.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, ARCHIVES LA PRESSE

J'avais pris soin de dire que ma colère ne visait pas uniquement la CSDM. J'avais précisé ceci : les dérives et les ratés de l'École sont une affaire nationale, qui concerne d'abord et avant tout les différents gouvernements du Québec depuis une génération.

Cette dixième chronique de ma série récurrente « Si l'école était importante » constate une autre vague de compressions qui s'annonce à la CSDM. On n'en connaît pas encore tous les détails, mais ils commencent à percoler à la surface de l'actualité.

On parle de dizaines de postes de professionnels qui seront supprimés d'ici un mois, dans les écoles de la CSDM. De source syndicale, on apprend que ce sont 70 postes de psychologues, d'orthophonistes et de conseillers scolaires qui passeraient à la trappe.

Les syndiqués de la CSDM ont créé une page Facebook, « Le livre noir des coupes en éducation », où ils partagent des informations sur ces compressions qui seront officialisées le 26 avril et vraisemblablement avalisées le 11 mai par les élus scolaires.

Les professionnels, ce sont ceux qui occupent ces postes d'orthopédagogues, d'orthophonistes, d'éducatrices spécialisées, de psychologues qui font deux choses, dans une école.

Un, ils aident les élèves, particulièrement ceux qui ont des difficultés d'apprentissage, difficultés qui composent un arc allant du trouble du spectre de l'autisme à la dyslexie en passant par le déficit d'attention.

Deux, ils appuient ainsi les profs des classes ordinaires où ces élèves se retrouvent souvent - mais pas toujours -, en accord avec l'esprit de l'intégration des élèves en difficulté dans les classes ordinaires.

Or, les professionnels sont à peu près toujours les premiers à faire les frais de compressions dans les commissions scolaires. Pas seulement à la CSDM supposément mal gérée, mais également à Laval, où on a annoncé des suppressions de postes en janvier dernier, par exemple.

Pourquoi supprimer des postes de professionnels, essentiels à la bonne conduite des classes, capitaux pour la réussite d'élèves qui ont des difficultés d'apprentissage ?

Égide Royer, professeur en éducation à l'Université Laval, m'a confirmé ce que Johanne Pomerleau de la Fédération des professionnelles et professionnels de l'éducation m'a dit : quand les commissions scolaires doivent couper, elles coupent où elles peuvent couper. Elles ne peuvent pas couper dans les postes de profs, (heureusement) protégés par les ratios prof-élèves.

Les orthos, les psys et autres professionnels, eux, ne sont pas protégés par des ratios. « Alors on ferme des classes spéciales, on ferme des postes de professionnels. »

Québec n'a jamais accepté que les postes de professionnels soient protégés par des ratios, comme ceux des profs. Trop utiles, ces postes : ils constituent la marge de manoeuvre budgétaire quand il faut couper.

Le plan de redressement de la CSDM imposé par Québec prévoit encore 18 millions de dollars de compressions, pour 2016-2017. On avait déjà supprimé des postes de professionnels, l'an dernier, pour l'année scolaire courante. On en supprimera donc encore, m'a confirmé la présidente Catherine Harel Bourdon, hier. « On a commencé avec le muscle, on a continué avec l'os et là, on arrive à la moelle. »

Québec dira publiquement que la CSDM gère historiquement mal, de nos jours réconforté en cela par un sous-ministre qui arrive de la direction générale d'une commission scolaire voisine de la CSDM. La CSDM fait pourtant face à des défis de francisation, de pauvreté et d'intégration qu'aucune commission scolaire ne peut revendiquer. On peut en faire un débat comparatif entre commissions scolaires, sur fond de lutte de pouvoir entre Québec et la CSDM. On peut.

Mais pendant ce temps, des élèves vont se faire couper des services qui les aidaient. C'est plate, bête et cruel de même. Et ça, ça n'entre pas dans les paramètres des génies de Raymond Chabot Grant Thornton, qui ont imposé l'austérité à la CSDM.

Le fils de Catherine Lavarenne fréquente l'école Laurier, dans une classe pour enfants atteints d'un TSA (trouble du spectre de l'autisme). La semaine où on a appris que cette école était infestée par des souris, Mme Lavarenne a appris que l'orthopédagogue qui s'occupe des enfants comme son fils n'aura qu'une demi-tâche, l'an prochain.

Je cite la lettre qu'elle m'a envoyée (reproduite à la fin de ce texte) : « J'ai l'impression que nous assistons à une guerre de géants, à une chicane de bureaucrates qui ont perdu de vue le bien-être de nos enfants et la richesse de notre système d'éducation public. Le gouvernement laisse planer depuis assez longtemps la menace d'abolir la démocratie scolaire pour que nous croyions à sa bonne foi dans ce dossier compliqué. En contrepartie, la CSDM impose-t-elle un électrochoc au système pour montrer à quoi mènent les politiques d'austérité du gouvernement Couillard ? Il serait temps que ces deux-là s'entendent, et cessent de saboter notre système pour faire porter à l'autre le blâme de l'échec. La partie de bras de fer a assez duré, et les conséquences sont démesurées. »

Une grande partie des problèmes de l'école moderne est dans les mots de Mme Lavarenne : le bras de fer stérile et continuel entre les commissions scolaires et le gouvernement du Québec, dont les élèves font les frais.

Il y a un an, j'ai fait une montée de lait parce que la CSDM annonçait des compressions de postes et de services, au nom de l'atteinte d'un déficit zéro qui se fait fatalement sur le dos des élèves.

On peut blâmer les commissions scolaires. On peut. Je pense personnellement que c'est le Québec qui a les outils constitutionnels pour gérer ses écoles, que c'est le gouvernement du Québec qui incarne notre société. Au final, la réalité, c'est que nos taux de diplomation sont inférieurs à ceux de l'Ontario (85 % après cinq ans, 72 % au Québec). Ce 72 % est gonflé artificiellement par les bonnes performances des commissions scolaires anglaises, by the way.

Non, Québec a tous les pouvoirs pour créer les conditions gagnantes dans nos écoles, mais ne le fait pas, plaçant des insignifiants comme François Blais à la tête de ce ministère d'une importance vitale. Je répète ce que j'ai déjà écrit : les commissions scolaires sont des pare-feu trop utiles pour que le gouvernement du Québec s'en débarrasse. S'il s'en débarrasse, qui blâmera-t-il ?

On peut blâmer les commissions scolaires, on peut blâmer Québec. Permettez que je revienne à ce que j'ai dit il y a un an, dans cette toute première chronique sur l'école, qui allait devenir récurrente : si l'école était importante pour nous, Québécois, jamais nous n'aurions permis aux gouvernements successifs de la maltraiter ainsi, au fil des années. Jamais.

Mais nous sommes un ancien peuple de porteurs d'eau sous-éduqués, d'ouvriers édentés qui allaient gagner leur croûte après une sixième année forte, avant-dernier (après le Portugal) en Occident pour la scolarisation, à l'aube de la Révolution tranquille. Nous avons créé notre ministère de l'Éducation 100 ans après celui de l'Ontario. Ça laisse des traces, cette indolence face à l'École.

Cette indolence était un scandale il y a un an. C'en est encore un aujourd'hui.

***

LA LETTRE DE CATHERINE LAVARENNE 

C'est une mauvaise semaine pour l'école Laurier de la CSDM, qui est un point de service pour les élèves atteints d'un TSA (trouble du spectre de l'autisme).

Hier, après avoir lu dans les journaux que l'école était infestée de souris, j'apprenais que, suivant les coupes annoncées à la CSDM, notre orthopédagogue ne serait plus disponible qu'à mi-temps l'année prochaine. Cette nouvelle m'a ébranlée. Choquée. Effrayée. Puis, abattue. Qu'y puis-je ? C'est partout pareil. Ici des souris, là des moisissures, ailleurs un toit qui s'effondre ; partout, des coupures, des compressions, des dépressions.

On voudrait se battre, résister ; mais contre qui ?

Je voudrais raconter mon histoire, celle de mon fils autiste, de mes deux autres enfants et des dizaines d'enseignantes engagées, compétentes, dévouées et souvent épuisées qui ont croisé notre route depuis plus de dix ans. Mais rien de tout cela ne sortirait du commun. Vous avez déjà entendu cette histoire. Notre détresse est devenue banalité.

Qui est responsable de ce fiasco ?

D'un côté, le gouvernement annonce des investissements en éducation ; de l'autre, la CSDM coupe là où ça fait le plus mal : dans les services offerts à ces enfants amalgamés sans distinction sous l'étiquette fourre-tout EHDAA [élève handicapé ou en difficulté d'adaptation ou d'apprentissage]. C'est à n'y rien comprendre.

J'ai l'impression que nous assistons à une guerre de géants, à une chicane de bureaucrates qui ont perdu de vue le bien-être de nos enfants et la richesse de notre système d'éducation public. Le gouvernement laisse planer depuis assez longtemps la menace d'abolir la démocratie scolaire pour que nous croyions à sa bonne foi dans ce dossier compliqué. En contrepartie, la CSDM impose-t-elle un électrochoc au système pour montrer à quoi mènent les politiques d'austérité du gouvernement Couillard ? Il serait temps que ces deux-là s'entendent, et cessent de saboter notre système pour faire porter à l'autre le blâme de l'échec. La partie de bras de fer a assez duré, et les conséquences sont démesurées.

Quand je dis que l'on coupe là où ça fait le plus mal, ce n'est pas seulement parce qu'on s'attaque directement aux enfants les plus vulnérables.

Si Manon, l'orthopédagogue de notre école, n'est plus là pour aider au bon fonctionnement de la classe, qui, croyez-vous, devra prendre le relais ? Qui s'occupera des « crises » de mon fils ? Qui saura détecter ses possibles déficits d'attention et dyslexie, avant qu'il ne soit en échec ? À qui reviendra de faire le suivi avec nous et avec les intervenants du CLSC ? En plus de l'incroyable lourdeur de la tâche, les enseignantes n'ont pas la formation requise pour ce travail, qu'elles accomplissent toutefois avec les moyens du bord, bien souvent au prix de leur propre santé.

Si je décide d'écrire aujourd'hui, ce n'est pas pour me plaindre de la perte des services, dont nous souffrirons grandement, comme famille. Mon fils ne va pas arrêter du jour au lendemain d'avoir des besoins particuliers et d'exiger que nous les comblions, et nous continuerons à mettre les bouchées doubles pour assurer sa réussite sociale et scolaire. Nous avons le privilège de pouvoir nous battre, ce qui est loin d'être donné à tous.

Mais il faut dire que ceux qui vont aussi payer la note, ce seront les autres enfants de la classe, qui verront leur enseignante consacrer une partie disproportionnée de son temps et de son énergie à un enfant envers lequel ils éprouveront sans doute du ressentiment.

Et tout le monde en sortira perdant.

Dans tous ces projets de loi et ces annonces de budget, la voix qu'on entend le moins, c'est celle des enseignantes. Céline, Édith, Lise, Maya, Luce, Sylvie, Isabelle, Marlyn, Élise, Jerry, Ariane sont les personnes qui portent, à bout de bras, le fardeau auquel les fonctionnaires et les politiciens n'ont pas le courage politique de s'attaquer. Ce sont pourtant elles qui ont le meilleur portrait de la situation ; pourquoi sont-elles minoritaires aux conseils d'établissement ? Pourquoi ne sont-elles pas consultées quand vient le temps d'émettre des recommandations et de proposer de nouvelles lois ? Pourquoi la CSDM ne soutient-elle pas sans équivoque les luttes et revendications de ses employées ?

Une d'entre elles me confiait récemment combien le système fonctionne à l'envers : plutôt que d'écouter les demandes des gens qui travaillent en première ligne, on leur explique quels sont leurs besoins à coup d'organigrammes et de graphiques. Elle relevait ainsi l'hypocrisie d'un système qui prétend miser sur la prévention, mais qui ne se donne les moyens d'agir que lorsque l'échec est déjà annoncé.

La réalité, c'est que, advenant le départ de Manon, le temps et l'énergie consacrés à s'occuper de mon fils enlèveront directement aux autres enfants le soutien pédagogique dont ils ont besoin pour être stimulés, motivés, encouragés à continuer dans leurs études. Et j'en vois les conséquences au cégep où j'enseigne : nombreux sont les jeunes qui, bien qu'ayant en poche un diplôme d'études secondaires, sont en définitive des illettrés fonctionnels.

C'est à ce prix-là que nos institutions publiques cherchent à atteindre l'équilibre budgétaire ou à asseoir leur pouvoir politique. C'est à mon sens une folie, à laquelle nous avons le devoir de mettre fin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer