Je cherche le fond

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Naguère, je faisais de la plongée sous-marine. Je suis un chicken, alors je ne plongeais jamais bien plus creux que 15, 20 mètres. À cette profondeur, tu plonges en maillot de bain, les rayons de soleil dansent entre les poissons et c'était assez d'émotion pour moi. Oh, regarde, une tortue...

D'autres mélangent des gaz dans leurs bonbonnes pour plonger plus creux. Plus tu descends, plus c'est noir. C'est un autre trip.

Un jour, dans une mer du Sud, on nous a fait plonger aux abords d'une fosse de 7000 pieds.

Tu regardes et... Et y a pas de fond. La légende veut que des plongeurs meurent en «tombant» dans des fosses du genre, on dit qu'il y aurait des gens qui, en fixant le vide, en deviennent hypnotisés. Le fond les attire.

Bref, je suis allé aux abords de ladite fosse. J'ai regardé au fond. J'ai eu le vertige comme je n'avais jamais eu le vertige, comme je n'ai jamais eu le vertige depuis. Du haut d'un édifice, quand tu regardes en bas, tu sais que le vertige a une fin, qu'il y a un fond. Pas là.

Je suis remonté.

Paris et ses 120 morts hier, même chose. Même vertige.

Y est où, le fond?

L'horreur, ce sont les 120 morts et ses 200 blessés. Enfin, 120 morts, façon de parler: au moment d'écrire ces lignes. On en trouvera peut-être d'autres.

Le vertige, c'est le reste. Le vertige, c'est de penser à Paris, Paris outragé, Paris brisé, Paris martyrisé, pour paraphraser de Gaulle, à la Libération. Paris, si proche du Québec, quasi-banlieue fraternelle, des fois.

Le vertige, c'est de penser à la facilité logistique avec laquelle ces crimes ont été commis. L'Homme dépense des milliards en porte-avions, en drones, en avions de chasse, en bombes, en missiles de croisière, en lance-roquettes, en tanks, en hélicoptères d'assaut, pour quoi? Pour tuer, ultimement. Et une kalachnikov coûte, selon les lieux, selon les moments, entre 350$ et 1350$. Le vertige, c'est se rappeler qu'ils appellent ça sans rire une arme «légère». Paris, hier: massacre low-cost.

Le vertige, c'est essayer de comprendre les raisons de ces fêlés, les raisons qui font que tu entres au Bataclan pour jouer au tir au pigeon d'argile. Oui, oui, bon, ils diront que c'est une rétorsion pour les bombardements de l'Occident maléfique en Syrie et en Irak...

Mais hier, c'était à cause de l'Irak.

Avant-hier, c'était parce qu'il y a des troupes américaines en Arabie saoudite.

Avant ça, la présence française en Algérie.

Le vertige, c'est quand je pense à l'abysse qui attire ces fous-là vers le fond.

Le vertige, c'est quand j'écoute une partie de la gauche progressiste, pour qui l'Occident a toujours une responsabilité directe quand des fous d'Allah tuent des Occidentaux... Je me demande ce que pensent de ça les dizaines de musulmans tués par un kamikaze musulman à Beyrouth, cette semaine.

Le vertige, c'est de penser à la quasi-impossibilité de prévenir des attaques du genre. Quelques attaquants, «légèrement» armés, prêts à mourir: comment veux-tu te défendre contre ça sans créer un État policier?

Le vertige, c'est accepter la part cruelle de chance dans cette loterie, cette part de chance qui fera que le travail de renseignement, que le travail policier permettra de déjouer ces carnages en amont...

Ou pas.

Comme hier.

Je regarde dans l'abysse, 120 morts, 200 blessés, c'est noir comme les yeux du diable.

Je cherche le fond.

Je trouve pas.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer