Je ne serai pas candidat

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À chaque élection, c'est la même chose. Mais non, je ne parle pas de l'économie comme priorité toute-puissante de tous les grands partis. Je parle des journalistes qui font le saut et qui se mettent la face sur un poteau.

À chaque élection, c'est la même chose. Mais... (PHOTO SEAN KILPATRICK, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE) - image 1.0

Agrandir

PHOTO SEAN KILPATRICK, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Notre chroniqueur a déjà été approché pour aller... (PHOTO PETER MCCABE, AGENCE FRANCE-PRESSE) - image 1.1

Agrandir

Notre chroniqueur a déjà été approché pour aller grossir les rangs d'un parti politique, autant au fédéral qu'au provincial.

PHOTO PETER MCCABE, AGENCE FRANCE-PRESSE

Les 42es élections fédérales ne font pas exception: Réjean Léveillé et Pascale Déry, anciens de TVA, veulent être élus sous la bannière du parti fédéral qui, de nos jours, méprise le plus ouvertement les journalistes et le journalisme, j'ai nommé le Parti conservateur. Et mon ancien collègue du Journal de Montréal Martin Leclerc veut devenir député NPD. J'en oublie sûrement.

Voici comment ça se passe quand on est approché par un grand parti politique. J'ai été approché trois fois. Permettez que je taise l'identité des protagonistes, le contraire serait cheap, je pense.

***

La première fois, c'est un député qui, après une entrevue, dans une discussion à bâtons rompus, me demande, sourire en coin : « T'as jamais pensé à te présenter ? »

C'est, je dirais, le degré zéro du flirt de candidat potentiel. La porte ouverte. Monte-prendre-un-verre-et-plus-si-affinités...

La seconde fois, c'était lors d'un dîner sollicité par le chef d'un parti pour me parler de son livre. Parle-parle, jase-jase, la conversation dévie loin du bouquin et rendu au dessert, il me confie la difficulté du recrutement...

- PIS VOUS ! s'exclame-t-il, alors, ça vous tenterait pas ?

- Euh...

- Je vous verrais bien, vous êtes une bonne tête, vous avez du bagout...

La troisième fois, le premier contact s'est fait par message privé, sur Twitter. Genre : « Salut, j'ai lu ta chronique. On peut se parler au téléphone ? » La chronique n'évoquait ni le chef ni son parti, mais ouate de phoque, OK, parlons au téléphone...

Au téléphone, pas un mot sur la chronique, il est allé droit au but : « Écoute, on n'a pas toujours été d'accord, toi et moi, mais je voulais te dire que si jamais tu pensais à te présenter en politique, j'aimerais bien que tu penses à nous... »

Trois partis différents, au provincial et au fédéral.

Voilà. Vous savez (presque) tout.

J'ai toujours dit non.

Et j'ai toujours dit non tout de suite. D'abord, parce que j'aime mon métier et que je le fais sur plusieurs tribunes dans des conditions qui relèvent plus du rêve mouillé que du labeur.

Ensuite, je vais le dire brutalement : je n'ai pas envie de devenir une plante verte. Et être député, en cette ère du tout-au-chef, c'est être un peu, beaucoup, une plante verte.

Au Canada anglais, la question de l'érosion du rôle du député est un enjeu régulièrement abordé dans la sphère publique. Andrew Coyne, du National Post, en a par exemple fait un thème récurrent de sa chronique.

Je cite Coyne, commentant en 2013 le sort du député conservateur Mark Warawa, qui fut empêché par le Bureau du premier ministre (BPM) de soumettre une résolution à la Chambre des communes et qui fut ostracisé par les hommes de Harper pour s'être entêté : « Voici ce qu'est devenu le rôle de député. Ces gens que nous élisons pour nous représenter, qui sont censés porter nos vues et défendre nos intérêts. Ils ne peuvent, dans la majorité des cas, voter que dans le sens ordonné par leur chef. Et ils ne peuvent plus, depuis cette semaine, soumettre de projets de loi privés ou de résolution, sauf s'ils sont autorisés par le chef. »

Ce week-end, dans le Globe and Mail, le chercheur Donald Savoie, titulaire de la chaire de recherche du Canada en gestion des affaires publiques de l'Université de Moncton, signait une tribune qui illustre à quel point, désormais, tout l'appareil d'État obéit au doigt et à l'oeil au « centre », le Bureau du PM, manie jadis initiée par Pierre Trudeau et « qui s'est intensifiée depuis ».

Analysant les courriels dévoilés au procès du sénateur Mike Duffy, M. Savoie constate l'évidence : « Si les officiels du BPM peuvent dire au Sénat comment travailler, imaginez ce que ce doit être pour les ministres et leur personnel, pour les hauts fonctionnaires dont les carrières dépendent directement des voeux du PM. »

Ce qui me ramène à Coyne : « La seule chose qui reste aux députés, c'est de lire des déclarations ou des questions écrites pour eux dans le bureau du chef, de répéter des "lignes" d'attaque dans des émissions politiques et d'applaudir leur chef qui répète ces lignes au Parlement. »

***

Je leur dis toujours non, donc.

Parce que la fonction de député n'est pas importante. On en a fait des robots obéissants, sauf exception exceptionnellement exceptionnelle. Je pense que la politique préfère des gens qui ne pensent pas trop, qui ont du talent dans la peinture à numéros. Relisez ici le témoignage de Julie Boulet - ex-ministre d'une grande province d'un grand pays du G7 - à la commission Charbonneau, si vous voulez comprendre. Il y a mille exemples de députés heureux de s'asseoir sur les genoux du ventriloque en fonction au bureau du chef.

Mais je m'égare. Où m'en allais-je avec mes pots de Ficus benjamina ?

Ah oui...

Le contrôle de l'information n'a pas commencé avec Stephen Harper, mais le contrôle de l'information, le mépris des journalistes et l'évitement systématique de leurs questions ont atteint sous son règne des proportions jamais vues à Ottawa.

Or, Le Journal de Montréal a récemment demandé aux ex-journalistes Gérard Deltell, Réjean Léveillé et Pascale Déry ce qu'ils pensaient du contrôle de l'information exercé par leur chef...

Y a zéro scoop ici, mais... ils n'en pensent rien de mal. Bien au contraire.

I rest my case, comme ils disent à Ottawa.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer