Bye bye BananeBanane_69

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur son blogue du Journal de Montréal, ma collègue Marie-Claude Ducas pose la délicate question de la pertinence des commentaires des lecteurs sur les sites des médias d'information.

Puis-je oser une réponse, en tant que consommateur de sites d'information et en tant qu'ex-blogueur?

Voici donc: il n'y a aucune espèce de discussion possible - je parle ici d'une discussion intelligente - sur les blogues d'un média le moindrement achalandé. Cela a déjà été possible, quand les blogues étaient une nouveauté encore exotique. Dans les médias québécois, je pense à 2005-2006.

Trois raisons pour cela:

1- La discussion dans un blogue se déroule devant public. Personne ne dira jamais, devant public: «Ah oui, tu as raison.» Même sur un point de détail.

2- La discussion se déroule devant public, bis. Le «débat» est un prétexte à la performance. Ce qui compte, c'est le mot qui tue, la phrase assassine.

3- L'anonymat garantit une impunité quasi complète à BananeBanane_69: les règles de politesse - sans parler du respect élémentaire des faits - foutent le camp dans le 2.0.

Je parle des blogues, mais mon constat s'étend à l'ensemble des sections commentaires chevillées à des articles et à des chroniques dans des sites de médias. À cause des points 1, 2 et 3 cités précédemment, le niveau général des discussions dans la plupart des sites bien fréquentés (j'inclus La Presse dans le lot) est à faire brailler Chuck Norris. Résultat: ceux qui voudraient de bonne foi apporter des éclairages intéressants constatent rapidement que la section commentaires ressemble plus à Vol au-dessus d'un nid de coucou qu'à La Société des poètes disparus. Alors ils disparaissent.

Je ne dis pas que le public est con. Le public n'est pas con. Je le sais parce qu'en plus de 10 ans de chroniques dans le JdeM et dans La Presse, je suis aux premières loges des humeurs du public. Constat: les courriels que je reçois dans ma messagerie sont 95 fois plus intéressants que ceux que je recevais sur mon blogue. J'inclus évidemment les courriels de gens qui sont en désaccord avec mes vues, parfois en vif désaccord.

La différence?

1- Le courriel est privé: quand Jos Public m'écrit, il n'essaie pas d'impressionner BananeBanane_71 (qui est en réalité BananeBanane_69, lequel s'est réinscrit sur le blogue sous un autre nom, après en avoir été banni). Ça ne se passe pas devant public. Ça calme le pompon.

2- La plupart des gens qui m'envoient un courriel le font d'une adresse qu'ils utilisent régulièrement. Donc, sous leur vrai nom (surprenant, je sais). Ça donne des échanges plus civilisés.

Personnellement, je pense que je suis en faveur de l'abolition pure et simple des sections commentaires dans les sites des médias. Au-delà de l'hygiène numérique, je prône cela pour une raison bien simple: le public a désormais l'embarras du choix pour s'exprimer. Il n'a plus besoin des médias.

Fut une époque où - hors des sondages, des élections et des manifs - la parole citoyenne était largement tributaire des médias. Une lettre au journal, un commentaire dans une tribune téléphonique: la parole publique était avalisée par un employé d'une radio, d'une télé, d'un journal.

Cette époque est terminée. En ce début de millénaire, nous vivons une fantastique ère de prise de parole. L'opinion publique n'a jamais été aussi... publique. Présente. Vociférante. Avec tout ce que cela a de bon, de moins bon et de puant.

Mais au final, avec Facebook, Twitter et les blogues, si vous avez quelque chose à dire, il y a une tribune quelque part pour vous permettre de le dire. Il n'y a jamais eu plus grand porte-voix pour la parole des citoyens. Cette constellation de petites tribunes constitue un média de masse en soi.

Bref, Jos Public n'a plus besoin des médias pour s'exprimer. Les médias devraient cesser de remplir leurs ondes et leurs pages avec l'opinion de Jos Public, sauf exception.

Quand une journaliste hautement entraînée de la télévision montre son tableau interactif à la fine pointe de la technologie pour me dire ce qui se passe sur Twitter, j'ai envie de hurler...

Parce que si j'ai envie de savoir ce qui se passe sur Twitter - SCOOP! -, je vais aller... sur Twitter!

Idem quand un reporter - de la TV, de la radio ou de l'imprimé - se plie à cette singerie médiatique qu'est le vox pop. Un citoyen qui n'avait probablement pas consacré cinq minutes à réfléchir à la question du jour se fend pourtant d'une réponse qu'écoute un (e) journaliste qui s'en fout complètement (en 15 ans de métier à Montréal, je n'ai JAMAIS connu de journaliste qui voyait les vox pop comme autre chose que du manger mou médiatique servant à remplir de l'espace-temps et à donner une illusion de proximité avec Jos Public).

Est-ce que ça veut dire qu'il ne faut pas inclure les réflexions du public dans nos pages, sur nos ondes? Bien sûr que non. Mais il faut faire le tri. La mère de famille monoparentale d'un garçon autiste qui écrit 800 mots à La Presse, furieuse de voir les services à son garçon tronçonnés? Bien sûr que tu les publies, ces 800 mots. Quand quelqu'un prend la peine de t'envoyer un texte sur un sujet qui lui tient à coeur, et qu'il le fait intelligemment, et que c'est d'intérêt public, on est à des années-lumière des jérémiades de BananeBanane_007.

(Et avant de publier la lettre de cette mère, tu envoies un photographe prendre une photo d'elle et de son Kevin. Et tu suggères à Katia Gagnon d'en faire le point de départ d'une série.)

Mais le vox pop à la sortie du Tim Hortons pour demander aux gens ce qu'ils pensent du dernier budget fédéral? Non seulement c'est une démarche non scientifique, mais c'est du gaspillage de ressources journalistiques. Être proche du monde - ambition médiatique universelle et intemporelle -, ce n'est pas faire le pied de grue à la porte d'une beignerie pour récolter des commentaires à chaud qu'on fait semblant de trouver intéressants.

Alors, c'est non. Phoque le vox pop. À mort le vox pop.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer