| Commenter Commentaires (54)

Évitons de glorifier un geste criminel

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

En 2007, deux ans après les attentats dans les transports publics de Londres, Sir Ken MacDonald était alors le Director of Public Prosecutions de Grande-Bretagne - quelque chose comme le directeur des poursuites criminelles - et il a ressenti le besoin de dire l'importance du choix des mots, dans la lutte contre le terrorisme.

«Londres n'est pas un champ de bataille. Et les innocents assassinés le 7 juillet 2005 n'étaient pas des victimes d'une guerre. Et ceux qui les ont tués n'étaient pas, malgré ce qu'ils ont vaniteusement affirmé, des "soldats". Ils étaient des narcissiques débranchés du réel. Ils étaient des criminels. Nous devons être clairs là-dessus.»

Sir Ken ne banalisait pas les dangers de l'islam radical. La menace islamiste, a-t-il déclaré à l'époque, «a toutes les caractéristiques d'un death cult», une secte qui idéalise la mort. «Mais la lutte contre le terrorisme dans les rues britanniques n'est pas une guerre. C'est de la prévention du crime, c'est l'application de la loi et tenter d'obtenir justice pour ceux qui souffrent des entorses à la loi.»

Sir Ken a mis les mots sur le malaise quand, hier après-midi, est sortie la nouvelle qui associait le mot «terrorisme» à la folie de Martin Rouleau.

***

Ce qu'a fait Martin Rouleau est un crime. Sortir le mot «terroriste» pour des minables comme Martin Rouleau, c'est compréhensible, mais c'est aussi, malheureusement, leur donner raison, valider leur divorce avec le réel.

Je ne vais pas appeler Martin Rouleau par le nom arabe qu'il s'était apparemment choisi. Martin Rouleau était de toute évidence un être dérangé, comme il en existe dans toutes les sociétés, et qui a manifestement choisi la lecture la plus extrême de l'islam pour canaliser sa folie.

L'idée n'est pas de banaliser le phénomène de la radicalisation. Le phénomène existe et notre meilleur espoir de détection reste encore le travail de police et de renseignement qui s'effectue dans l'ombre.

Non, l'idée, c'est d'éviter de glorifier involontairement les gestes criminels de fêlés comme Martin Rouleau en amplifiant la portée de leurs gestes.

Et quand le premier ministre du Canada se lève à la Chambre des communes pour inférer que le drame qui a blessé deux soldats est du terrorisme, on envoie un signal clair à tous les coucous comme Rouleau: vous êtes à un geste de provoquer une réaction officielle du gouvernement du Canada.

***

Le 13 mai 2013, le soldat Lee Rigby a été tué à Londres par deux citoyens britanniques - Michael Adebolajo et Michael Adebowale - convertis à l'islam radical. Les deux crapules se sont postées près de la caserne militaire du Royal Regiment of Fusiliers et ont attaqué le premier venu. Ce fut Rigby. Ils ont d'abord lancé leur auto sur Rigby, ne lui laissant aucune chance. Puis, ils l'ont affreusement mutilé au couteau, en pleine rue.

Le modus operandi de Michael Adebolajo et Michael Adebowale - lancer une voiture sur un soldat - ressemble à celui de Martin Rouleau, qui n'a pas attaqué ses victimes au couteau, mais qui en possédait un. Le brandissant en sortant de son véhicule, il a été abattu par la police de Saint-Jean.

À Londres, les deux ordures ont tenté de transformer leur procès en pièce de théâtre politique. La justice britannique n'a pas joué leur jeu: ils ont eu droit à un simple procès criminel, comme ceux réservés à des suspects de crimes de droit commun.

Le procureur représentant l'État les a traités comme tels. Dans sa plaidoirie finale, il a eu ces mots: «Tuer pour des motifs politiques, pour effrayer le public, pour pressuriser un gouvernement ou pour manifester de la couleur est un meurtre et reste un meurtre même si le gouvernement en question est bon, mauvais ou très mauvais.»

Et les deux débiles de Londres croupissent en prison, fort probablement pour le reste de leurs vies, comme des criminels de droit commun.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer