| Commenter Commentaires (65)

Mensonges, grands et petits

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ainsi donc, le ministre Bernard Drainville a menti. Pour appuyer sa Charte, il disait que le gouvernement possédait des avis juridiques en appuyant la constitutionnalité. C'était faux. Pas d'avis.

Pourtant, Drainville et Pauline Marois avaient tous deux évoqué ces avis pour appuyer la Charte. Et qui dit «avis» dit «avis juridique» en bonne et due forme, du genre «couché sur papier par les fonctionnaires du ministère de la Justice avec notes de bas de page pis toute». Pas du genre «une citation d'une ex-juge de la Cour suprême tirée d'une entrevue à la radio».

Depuis, je lis certains de mes collègues, et on croirait que le père Noël en personne a envoyé aux enfants de la planète un Snapchat de lui-même ne portant qu'un kit de Victoria's Secret...

Hein, quoi?! Un ministre a menti?! Ciel, je me sens faiblir, nooooooon...

Ma camarade du Journal de Montréal, Lise Ravary, est celle qui a grimpé le plus haut dans les rideaux du commentariat. Elle a exigé la démission de Drainville.

Extrait: «Imaginez une telle affaire en France, aux États-Unis, au Royaume-Uni, et ensuite, imaginez la réaction, il y aurait eu une levée de boucliers...»

D'abord, Lise, je t'en conjure, calme-toi!

Et descends des rideaux, allez!

La tringle est sur le point de céder.

***

Une levée de boucliers aux États-Unis, Lise?

Les politiciens américains mentent constamment et ils ne sont jamais inquiétés. Pas parce que ce sont des politiciens américains. Parce que ce sont des politiciens, point.

Tu te souviens de la guerre d'Irak, right? Il fallait absolument dégommer Saddam parce qu'il allait faire sauter la planète avec ses armes de destruction massive. Bush, Rumsfeld, Perle, Cheney, Powell, Rice: ils chantaient tous la chanson des armes de destruction massive. WMD, WMD, WMD...

Y en avait pas d'armes de destruction massive. Saddam n'était qu'un salaud, un salaud comme il en existe de dizaines d'autres à la tête de dizaines d'autres tyrannies.

Pourquoi le cibler, lui? Parle au psy de Bush.

Des milliards de dollars engloutis là-bas, des centaines de milliers de vies anéanties, une génération de djihadistes galvanisée...

Où ça, la levée de boucliers aux États-Unis devant le mensonge du siècle, Lise?

Bush a été réélu en 2004. Et ni lui ni ses complices ne seront jamais inquiétés par la justice internationale ou américaine. Depuis, leur Parti républicain n'a pas souffert de ce mensonge.

Pourquoi ils mentent?

C'est évident: ils mentent parce que nous sommes collectivement un peu cons, faciles à effrayer, très bien manipulés, salement bien divertis et que pour la moyenne des ours, les rouages du monde ne constituent pas une préoccupation à temps plein.

***

Pour tout dire, le mensonge de Bernard Drainville passerait mieux dans ma gorge si ses anciens collègues étaient minimalement catastrophés.

Tsé, si un ancien ministre péquiste sortait et disait: «Ceci n'a pas d'allure»...

Sauf que non. Du tout.

Je pense à Pierre Duchesne, député-ministre battu dans Borduas, qui est allé dire ceci à l'émission Les coulisses du pouvoir: «Je ne me souviens pas d'avoir entendu qu'il y avait un avis formel d'exigé...»

Ce qui est rigoureusement vrai: rien n'oblige un gouvernement à demander des avis juridiques quand il prépare une loi.

Sauf que ça n'a aucun rapport. L'enjeu, ici, est le suivant: Bernard Drainville a dit qu'il avait des avis juridiques appuyant sa Charte. C'était faux.

Bref, à un mensonge, Pierre Duchesne répond donc par de la bullshit...

Je trouve ça poétique, quasiment.

Au fait, êtes-vous allés voter?

***

VÉLO - Lundi matin, 7h30, des cyclistes vont se recueillir sur Saint-Denis, à l'endroit où Mathilde Blais, 33 ans, a été tuée par un fardier, lundi dernier.

Il y a tant à dire... Pour l'instant, je vais dire deux choses.

Un, les choses s'améliorent. Entre cyclistes et automobilistes, je veux dire. Je n'ai pas dit que c'est parfait. C'est pas Woodstock, mais c'est pas Bagdad. Quinze ans que je roule dans cette ville en auto; cinq en vélo. Chaque été, les deux groupes s'apprivoisent un peu plus.

Et plus il y aura de cyclistes, plus ça s'améliorera, plus notre présence deviendra «normale». Plus il y aura d'automobilistes qui, des fois, pédalent.

Deux, le Code de la sécurité routière doit s'adapter à la pratique cycliste, tabarslak.

La semaine passée, Gabriel Béland a rapporté dans La Presse qu'un automobiliste pris à klaxonner de joie pour célébrer le balayage de Tampa Bay par le CH s'est fait coller une amende de 158 $ par la police.

L'été dernier, une cycliste a été victime d'un emportiérage sur l'avenue du Parc: un automobiliste a ouvert sa portière sans regarder, bang, la cycliste a percuté ladite portière, est tombée sur la chaussée et un autobus lui est passé sur le corps.

Elle est morte.

Amende: 30 $.

Je ne dis pas que l'automobiliste devrait être mis en prison. Je dis qu'à 30 $, ça ne frappe pas l'imaginaire. Pourquoi on saute tous sur les freins quand un bus scolaire déploie son signal d'arrêt obligatoire?

Réponse: 9 points d'inaptitude et quelques centaines de dollars d'amende.

Ça, ça frappe l'imaginaire. Inflige 9 points d'inaptitude et 500$ d'amende pour avoir ouvert ta portière dans la face d'un cycliste: les gens vont regarder dans le rétroviseur avant de l'ouvrir...

C'est un exemple. Il y en a mille. Mais pour achever la révolution culturelle du vélo au Québec, il faut un Code de la sécurité routière de 2014, pas de 1974.

Pédalez-vous, M. Robert Poëti, nouveau ministre des Transports?




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer