| Commenter Commentaires (34)

Des militants et des slogans

Vous êtes lourds, les militants.

Ah, et puis non, j'essaie de rester diplomate. Permettez que je reprenne...

Vous êtes lourds, les militants, et surtout les militants péquistes...

Voilà, c'est dit.

En tant que producteur d'opinions, j'ai vécu sous les deux régimes, dans deux journaux. Sous le PLQ, sous le PQ; au JdeM, à La Presse. Et sachez ceci: les militants péquistes sont 10 fois plus teigneux que les militants libéraux. Je ne sais pas à quoi ça tient.

J'ai beau avoir écrit, entre 2008 et 2012, au moins mille chroniques pourfendant les libéraux - Tomassi, Normandeau, Hamad, etc., etc. -, il suffit que j'écrive UNE chronique négative sur le gouvernement péquiste pour que, soudain, ces mille chroniques n'existent plus!

Soudain, dans ma boîte de messagerie et dans les médias sociaux, je suis un traître à la nation, je suis un mauvais journaliste, je suis un instrument du fédéralisme Canadian. Les chefs ont leurs slogans, les militants ont leurs slogans. Même air, différentes paroles.

Ma faute, bien sûr, de laisser les militants me jouer dans la tête. Car on ne peut jamais discuter avec un fanatique. Pour le fanatique, le journaliste n'est pas objectif tant qu'il n'écrit pas que son camp a entièrement raison et le camp adverse - le camp ennemi, pardon -, entièrement tort. Comment ne peut-il pas avoir entièrement tort, l'ennemi, d'ailleurs: il a des cornes sur la tête et si le journaliste ouvrait les yeux, il les verrait.

Et, comme le diable, il en partage la couleur...

J'ai un ami souverainiste. Dans sa jeunesse, il a pris congé pour militer, à l'automne 1995. Son but: convertir des indécis. C'était son obsession. Et croyez-moi, pour être souverainiste en Outaouais, région rouge comme le diable, il faut être résilient.

Quand ses camarades souverainistes chialaient contre l'univers qui, comme chacun le sait, complote contre l'idée d'un Québec souverain, lui, il leur répondait deux trucs.

Un: combien de cartes de membre as-tu vendues, cette semaine?

Deux: combien d'indécis as-tu tenté de convaincre, aujourd'hui?

Traduction: plutôt que de t'apitoyer sur ton sort, ta gueule pis travaille.

Donc, pour revenir aux militants souverainistes qui s'agitent sur les médias sociaux, qui étudient chaque virgule publiée dans La Presse au microscope pour y trouver la preuve d'un complot contre le PQ, je me demande combien de cartes de membre ils ont vendues cette semaine...

Parce qu'à voir le temps qu'ils passent à scruter La Presse à la loupe, doivent pas avoir ben, ben d'heures à consacrer à autre chose.

C'est toi que j'm!

Sinon, parlant de cette campagne lassante, pourquoi parle-t-on de campagne «électorale» ?

C'est une campagne de marketing qui se déroule devant nous. Les slogans sont conçus par les mêmes faiseurs d'images qui, d'ordinaire, trouvent des slogans pour nous vendre des autos, du déodorant ou des festivals.

Des débats?

Des fois, il y en a. Il y en aura un demain. Il n'en a que le nom. Car comme toujours, ils vont torturer les chiffres, ils vont triturer le bilan de l'ennemi, ils vont vanter leur beau programme, chacun de façon égale. Ce ne sera pas tant un débat qu'un concours de chant en silos: chaque chef va chanter sans écouter les autres.

Comment je le sais?

C'est toujours comme ça!

Il n'y a pas de véritable débat dans une campagne de marketing, euh, électorale. Il y a des slogans. Il y a des formules simples. Pourquoi le référendum est-il un enjeu si important depuis 10 jours?

Mais non, pas parce que Pierre Karl Péladeau a affirmé sa foi souverainiste.

Parce que c'est simple à comprendre, un référendum, la souveraineté, le pays, tout ça. Tout le monde comprend. C'est pas complexe. T'es pour ou t'es contre.

C'est pour ça que les gaffes, en campagne, retiennent tellement l'attention. Elles sont simples à comprendre, même si t'es dans les 49% d'analphabètes fonctionnels.

Le libéral Sam Hamad qui pourfend l'installation de pneus d'hiver à date fixe, une mesure (intelligemment) décrétée par... le gouvernement dont il faisait partie, en 2008.

La bizarre obsession du prépuce de l'essayiste Louise Mailloux qui, dans sa nouvelle vie de candidate péquiste, doit se défendre d'avoir comparé la circoncision au viol. (Et qui s'excuse avec le slogan éculé: je m'excuse si vous avez été offensés...)

Un candidat caquiste générique qui s'est jadis fait prendre en photo le cul à l'air...

Ça fait les manchettes. Les adversaires retweetent la nouvelle. Ça spinne. C'est simple à comprendre, les gaffes.

La complexité, elle, est soluble dans les slogans de marketing électoral. Prenez la santé. Notre système tousse. Pourquoi? Je l'ignore.

Ce que je sais, c'est que l'écosystème de la santé est hyper complexe. Il a besoin d'une physiothérapie doublée d'une chimiothérapie. Les solutions ne s'expliquent pas en 140 caractères. Pourtant, le message des partis est à peu près le même: élisez-nous, et on va vous régler ça! C'est notre priorité! Les deux mains sur le stéthoscope!

J'entends ça, je souris et je pense: Philippe Couillard, François Legault et Pauline Marois ont tous été ministres de la Santé.

On dira qu'ils nous prennent pour des cons. Nous le sommes un peu, quand même.




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer