Jean Dorion, l'anti-Djemila Benhabib

Jean Dorion... (Photo archives La Presse)

Agrandir

Jean Dorion

Photo archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

C'est à la page 28 de l'essai Inclure. Quelle laïcité pour le Québec?: «Soyons honnêtes. La vraie cible, c'est le foulard des musulmanes.»

Djemila Benhabib... (Photo: Sylvain Mayer) - image 1.0

Agrandir

Djemila Benhabib

Photo: Sylvain Mayer

Tout est là. Dans ces deux phrases de Jean Dorion, ancien président de la Société Saint-Jean Baptiste, ex-député bloquiste.

Tout ce débat sur «nos» valeurs, sur l'«urgent» besoin de laïciser le Québec, je veux dire.

Car le hijab est la trame subliminale qui pose tout le débat, il incarne le «péril» musulman.

«Il me paraît évident que c'est l'apparition au Québec, écrit encore M. Dorion, au cours d'une période relativement brève et récente, de quelques milliers de femmes portant le foulard qui a été le déclencheur de campagnes dites de laïcisation.»

On l'aura deviné, Jean Dorion sert avec Inclure une mise en échec au Parti québécois. Cet essai scelle sa rupture avec le PQ, annoncée peu après le scrutin du 4 septembre 2012, pour cause d'excès de zèle laïco-identitaire.

Jean Dorion a la prose de sa voix.

Sans éclat, plutôt feutrée, peut-être terne. Je veux dire par là qu'il n'est pas porté aux coups de gueule.

Ça fait de moins bonnes clips dans les médias, comme bien souvent les positions nuancées...

Alors si vous êtes dans le fan-club de Djemila Benhabib, vous allez grimper dans les rideaux avant même d'avoir fini ce passage signé par M. Dorion:

«Il est excessif de voir dans le foulard, au Québec, un symbole d'humiliation et de domination de la femme: ma fille, qui a passé 18 mois de sa petite enfance dans une famille musulmane que nous fréquentons toujours, n'en croit rien. Elle sait que des conjoints musulmans peuvent s'aimer et se respecter comme tout autre couple. Les origines du foulard sont très discutées, mais, quelles qu'elles soient, les origines d'un symbole n'en déterminent pas la portée pour toujours.»

Bref, Dorion est l'anti-Djemila Benhabib.

Et dans ce débat sur les valeurs québécoises, soit vous êtes Dorion, soit vous êtes Benhabib.

Appelez-moi Patrick Dorion, même si je n'ai pas de moustache.

Je sais que le voile peut être un symbole d'asservissement de la musulmane. Je sais aussi que le voile est multiple, qu'il ne signifie pas nécessairement la même chose d'une femme à l'autre, d'une famille à l'autre, d'une société à l'autre.

Jean Dorion: «Beaucoup de nos concitoyens sont convaincus que des pères ou des maris abusifs forcent leurs filles ou leurs femmes à porter le foulard. En Afghanistan, oui, mais chez la plupart des musulmanes du Québec? C'est difficile à croire...»

Là-dessus, je suis avec Jean Dorion. Je hurle quand vous m'envoyez par courriel des histoires de petites Yéménites mariées de force à 9 ans.

Je capote quand vous m'écrivez EN MAJUSCULES que seuls les idiots ne voient pas que LA CHARIA EST À NOS PORTES, ici, au Québec, au XXIe siècle...

Je suis avec Jean Dorion, là-dessus: «Oui, il y a des extrémistes islamistes au Québec, et même parmi eux quelques individus très dangereux, mais je suis sceptique sur l'ampleur du rôle qu'on leur prête. Ces allégations rappellent trop les «agents communistes omniprésents» de Duplessis...»

Autres temps, autres peurs.

Comme homme, Jean Dorion voit dans la Charte des valeurs québécoises une injustice «principalement dirigée contre les femmes». Comme indépendantiste, il y voit un boomerang qui va faire du tort à l'idée de pays, et pas seulement parce qu'elle irrite souverainement des minorités qui pourraient voter PQ.

«Dans les pays aux origines protestantes, la liberté de conscience est une valeur fondamentale, et elle inclut la liberté de dire son appartenance religieuse. Aux États-Unis, laïcité veut dire séparation des Églises et de l'État, et non interdiction pour le citoyen d'afficher ses croyances.»

Traduction: le PQ envoie un mauvais message au concert des nations quand il ostracise les croyants. Les Américains, les Israéliens et les pays musulmans de la Francophonie - pour ne nommer que ceux-là - vont s'en souvenir, au lendemain d'un Oui, insinue Jean Dorion...

«Voilà le genre de considérations, écrit-il, qui devraient intéresser un gouvernement vraiment préoccupé à faire l'indépendance.»

En entrevue, Jean Dorion dit que le PQ "perd" des gens comme lui, dans son combat laïco-identitaire.

«Oui, me dit-il au bout du fil, il va aller chercher une partie de ces gens qui ont peur de la nouveauté. Mais ces gens-là sont-ils souverainistes? Par définition, vous savez, la souveraineté est la nouveauté...»

Jean Dorion assume sa dissidence. «Vous savez, il y a des personnalités importantes du mouvement indépendantiste, importantes historiquement, qui partagent mes vues...»

Il refuse de me dire à qui il pense. Impossible de ne pas penser à Jacques Parizeau, monstre sacré de la famille souverainiste, qui préparerait une lettre sur la Charte...

Et qui était au lancement de l'essai de M. Dorion, jeudi dernier.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer