L'Irak, l'arnaque du siècle

Partager

Il y a 10 ans, les États-Unis envahissaient l'Irak. L'administration Bush attaquait le dictateur Saddam Hussein, qui présentait selon elle un danger immédiat pour la sécurité du monde.

Mais c'était une arnaque. L'arnaque du siècle.

Car on le sait désormais: Saddam n'avait pas d'armes de destruction massive. Il n'était pas sur le point de produire des armes nucléaires, pas plus que des armes chimiques ou bactériologiques. Il n'était pas allié à des terroristes comme Al-Qaïda.

Bref, tout ce que les hommes de Bush - les Powell, Cheney, Rumsfeld, Perle, Tenet et cie - avaient martelé pendant des mois à propos de l'Irak était tout simplement faux.

L'arnaque du siècle, disais-je. Mais juste parce que le XXIe siècle était tout neuf: le XXe fut truffé d'arnaques américaines, d'invasions directes et indirectes de pays étrangers sous le couvert de mensonges plus ou moins grossiers.

L'erreur, c'est de croire que l'invasion d'Irak en 2003 était une aberration. C'était business as usual en matière de politique étrangère américaine.

***

Il s'est écoulé à peine 30 ans entre la fin de la guerre du Vietnam et le début de la seconde guerre d'Irak. On a pourtant oublié que l'implication américaine en Indochine était elle aussi basée sur une autre arnaque.

En 1964, sur fond de tensions entre le Nord-Vietnam communiste et les États-Unis, deux destroyers américains sont attaqués par trois navires ennemis dans le golfe du Tonkin. L'opinion publique américaine est ulcérée. Les législateurs aussi. Le président Lyndon B. Johnson mise sur cette colère et obtient une résolution, la Tonkin Gulf Resolution, lui permettant de déclarer la guerre sans l'autorisation préalable du Congrès.

On le sait désormais: il n'était absolument pas clair à l'époque que les destroyers USS Maddox et USS Turner Joy avaient été attaqués par les Nord-Vietnamiens. Les Américains avaient tiré les premiers. Mais le président Johnson n'hésita pas à se servir de cette demi-vérité pour envoyer des milliers de soldats au Sud-Vietnam. Ce fut le début de l'escalade.

En 1971, Daniel Ellsberg, analyste civil à la RAND Corporation, refila au New York Times les «Pentagon Papers», une analyse top secret de l'implication des États-Unis au Vietnam, de 1945 à 1967. Que démontraient les «Pentagon Papers» ?

La vérité, bêtement.

Notamment que l'administration Johnson avait systématiquement menti au sujet de la conduite de la guerre, tant au public américain qu'aux législateurs.

Aucun responsable politique ou militaire américain ne fut jamais inquiété par la justice pour l'agression vietnamienne, menée à coups de mensonges. Comme Bush et sa bande, pour l'Irak.

***

Mais là encore, les mensonges de Johnson n'étaient que la suite de l'utilisation de demi-vérités, d'inventions et de faux prétextes par les chefs politiques américains pour aller «libérer» des peuples, au fil des décennies, au Mexique, aux Philippines, en Iran...

Ah, l'Iran! Beau cas. En 1953, Mohammad Mossadegh en était le premier ministre démocratiquement élu. Il nationalisa les ressources pétrolières de son pays, exploitées surtout par la Grande-Bretagne. La CIA a donc organisé la déstabilisation de Mossadegh, qui mena à un coup d'État. Mohammad Reza Pahlavi, le Shah d'Iran, fut installé au pouvoir.

Le Shah d'Iran était un coupeur de couilles. Mais les États-Unis ne s'en formalisaient pas: le Shah, un peu comme Saddam avant 1990, était «ouvert» aux intérêts commerciaux américains. N'oublions pas que les États-Unis ont financé et armé le coupeur de couilles Saddam quand il a agressé l'Iran en 1980, une guerre qui dura huit ans.

Le régime dictatorial du Shah favorisa une grogne qui pava la voie à la révolution de 1979. Cette révolution fut harnachée par les islamistes qui, dans un certain imaginaire américain, détestent les États-Unis sans raison...

Et c'est parce que les islamistes iraniens détestent l'Amérique, parce qu'ils tentent de fabriquer une bombe atomique et parce qu'ils n'aiment pas la liberté qu'il faudra bien que les États-Unis attaquent un jour l'Iran. Il faudra bien un jour «libérer» les Iraniens comme hier les Irakiens.

Car les États-Unis ont toujours une bonne raison pour bombarder et envahir. Quand ils n'ont pas été «attaqués», il y a ici un peuple à «libérer», il y a là la démocratie à «exporter», comme il y avait jadis les communistes qui menaçaient ici et là...

Désormais, c'est la «guerre» au terrorisme qui justifie tout. Il y aura un ressac: comme le coup d'État de 1953 a pavé la voie aux fous d'Allah en Iran, qui sait l'effet boomerang qu'auront les frappes de drones au Pakistan et au Yémen de nos jours? Réponse dans 10, 15 ou 20 ans.

***

Mais je chipote pour rien. Les Américains «sont» le bien. Le sénateur John McCain, dans le documentaire de Eugene Jarecki Why we Fight: «Les États-Unis sont la plus grande force pour le bien dans le monde.»

Or, quand tu «es» le bien, tu peux faire quoi? Tout.

Robert McNamara, ex-secrétaire à la Défense sous Kennedy et Johnson, grand pusher de mensonges vietnamiens, était plus lucide en livrant son testament politique à Errol Morris dans The Fog of War. Il se demandait notamment ceci: «Quelle est la somme de mal (evil) requise pour faire le bien?»

Il y aura d'autres arnaques américaines, il y aura d'autres Irak.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box
la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer