Paul Rose et la question qui tue

Partager

C'est une chronique sur Paul Rose, l'assassin felquiste de Pierre Laporte, qui vient de mourir à 69 ans. Mais avant, permettez un détour par Israël et la Palestine.

À l'affiche ces jours-ci, le documentaire The Gatekeepers présente un point de vue unique sur le conflit entre Israéliens et Palestiniens. Il donne la parole à six des anciens chefs du Shin Beth, le service de sécurité intérieure: ces six hommes ont ordonné, de façon routinière, l'assassinat de Palestiniens soupçonnés de tremper dans des attaques anti-Israël.

De ces six hommes-là, on s'attendrait à une vision manichéenne du bras de fer israélo-palestinien. Une vision du genre «Nous: les bons, qui ont raison»; «Eux: des sous-hommes, qu'il faut exterminer.»

Et pourtant, non. Ces six hommes ont des réflexions très nuancées sur la mécanique de l'affrontement entre Israël et la Palestine.

En pensant à la mort de Paul Rose, hier, une phrase-choc du documentaire The Gatekeepers m'est revenue à l'esprit. C'est celle de Yuval Diskin, chef du Shin Beth de 2005 à 2011: «Celui qui est un terroriste pour quelqu'un est le combattant de la liberté, pour quelqu'un d'autre.»

Ce qui nous ramène la question qui tue.

Paul Rose, terroriste ou combattant de la liberté?

***

Le 5 octobre 1970, la cellule Libération du Front de libération du Québec (FLQ) kidnappait le diplomate britannique James Cross. Cinq jours plus tard, la cellule Chénier enlevait le vice-premier ministre et ministre du Travail du Québec, Pierre Laporte. Le 16 octobre, Ottawa imposait la Loi sur les mesures de guerre et l'armée canadienne est débarquée au Québec.

Le 17 octobre, après des négociations infructueuses entre le pouvoir et le FLQ, Pierre Laporte est exécuté par strangulation. Plus tard, Paul Rose sera accusé de ce meurtre, avec deux autres membres de la cellule Chénier, son frère Jacques et Francis Simard.

Jusqu'ici, je n'ai pas écrit les mots «le terroriste Paul Rose». Je lis la dépêche de Radio-Canada et Paul Rose est «un des principaux acteurs de la crise d'Octobre», il est décrit comme un «militant, politologue et syndicaliste». La Presse Canadienne parle d'une «figure marquante de l'histoire du Québec contemporain».

Le mot "terroriste" n'est jamais utilisé.

Pourtant, le FLQ se livrait à du terrorisme. Les attentats à la bombe, les enlèvements: ce sont les outils classiques de la terreur. Le Québec, à la fin des années 60, au début de 70, se frottait au terrorisme de souverainistes exaltés opérant en marge du mouvement souverainiste incarné par René Lévesque. Un homme est kidnappé, le pouvoir refuse de se rendre aux conditions de ses ravisseurs: il est étranglé. Si on parlait de barbus salafistes, si on parlait d'exaltés du Sentier lumineux, si on parlait de salopards de Fraction Armée Rouge, nos médias n'hésiteraient pas. On désignerait ces assassins comme des terroristes.

Je ne sais pas à quoi tient cette pudeur. Ça tient à la distance, peut-être. Un imam iranien qui pourfendrait les luttes des femmes pour le droit à l'avortement et qui dirait que le mariage gai participe d'une «culture de mort» serait désigné comme un extrémiste.

Le cardinal Marc Ouellet pense très exactement cela, et presque personne au Québec n'ose le désigner comme un extrémiste. Il n'y a pas de distance: Marc Ouellet est un des nôtres; le catholicisme est «notre» religion.

Même chose avec Paul Rose et ses camarades du FLQ: il n'y a pas de distance. On tourne autour de l'étiquette. On sort les euphémismes. Ils sont rarement désignés comme des terroristes ici, au Québec. Alors Rose était "politologue", il était "militant", il était "syndicaliste"...

La proximité nous rend pudiques. Et peut-être que la réalité nous rend prudents: les moyens du FLQ étaient détestables, mais le FLQ n'était pas dans le champ: les Québécois de 1970 n'étaient pas maîtres chez eux.

Les Anglais n'ont pas cette proximité avec le FLQ. Ils ont la distance de leur bord. Premier paragraphe de la Canadian Press sur la mort de Rose: «Paul Rose, the convicted terrorist...»

Terroriste ou combattant de la liberté, Paul Rose?

Je vais oser une réponse, une réponse québécoise...

Les deux?

Mais peut-être que les étiquettes sont réductrices. Peut-être que c'est René Lévesque qui avait raison, sur Rose et ses congénères, au lendemain de la mort du ministre Pierre Laporte:

«Ceux qui, froidement et délibérément, ont exécuté M. Laporte, après l'avoir vu vivre et espérer pendant tant de jours, sont des êtres inhumains. Ils ont importé ici, dans une société qui ne le justifie absolument pas, un fanatisme glacial et des méthodes de chantage à l'assassinat qui sont celles d'une jungle sans issue.[...] S'ils ont vraiment cru avoir une cause, ils l'ont tuée en même temps que Pierre Laporte , et en se déshonorant ainsi, ils nous ont tous plus ou moins éclaboussés.»

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box
la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer