| Commenter Commentaires (88)

Le sens politique de Pierre Duchesne

Le ministre Pierre Duchesne.... (Photo: Clément Allard, La Presse Canadienne)

Agrandir

Le ministre Pierre Duchesne.

Photo: Clément Allard, La Presse Canadienne

Partager

Flash-back au début du mois de juillet 2012. Pierre Duchesne, jusqu'à tout récemment correspondant de Radio-Canada à l'Assemblée nationale, annonce qu'il tentera de se faire élire sous la bannière du Parti québécois (PQ). Grosse prise pour le PQ, selon tous les paramètres du recrutement politique. Une «vedette».

Et dans la catégorie-vedette, M. Duchesne était dans la catégorie AAA. Biographe de Jacques Parizeau, journaliste parlementaire: il était acquis que la politique n'avait pas de secrets pour lui.

Le (court) parcours politique du député de Borduas et ministre de l'Enseignement supérieur est en train de nous rappeler que le statut de recrue-vedette en politique est semblable à celui d'un jeune hockeyeur sélectionné au premier rang du repêchage de la LNH. Le choc avec le réel est souvent brutal.

D'abord, le ministre a commencé par concéder aux étudiants l'abolition libérale de la hausse des droits ET le maintien de la bonification libérale du régime des prêts et bourses (qui devait adoucir ladite hausse).

Comme si la contradiction n'était pas assez grosse, M. Duchesne a choisi de faire cela avant même la tenue de son fameux Sommet sur l'enseignement supérieur, qui se prépare ces jours-ci dans une atmosphère de franche loufoquerie rappelant une mauvaise pièce de théâtre d'été. Ce faisant, il s'est débarrassé d'une monnaie d'échange de grande valeur.

Puis, il a remis en doute le sous-financement des universités québécoises, demandant «à être convaincu». Apparemment, la comparaison avec le financement des universités canadiennes n'est pas «convaincante».

Ensuite, comme s'il avait été frappé d'amnésie, M. Duchesne s'est mis à raisonner avec les étudiants comme un ministre libéral. Des étudiants sont poivrés en manif, en marge d'une réunion pré-Sommet, par la police? M. Duchesne dit qu'on ne peut pas tolérer l'intimidation. Jean Charest, sors de ce corps!

J'oubliais: la rectrice de l'Université McGill, Heather Munroe-Blum, a qualifié cette semaine les préparatifs au Sommet de «farce», en soulignant qu'on a fait appel à un expert du système universitaire sénégalais pour éduquer les participants.

Loin de moi l'idée de rire des universités sénégalaises, mais...

Mais je ris quand même.

Et mercredi, au micro de Michel C. Auger, le recteur de l'Université de Montréal, Guy Breton, a révélé qu'on ne lui avait pas encore envoyé d'invitation, qu'il ne connaissait pas le format du sommet de la fin du mois. «C'est difficile pour moi de faire des commentaires sur quelque chose que je ne connais pas», a dit M. Breton.

M. Breton n'est que le recteur de la plus grande université francophone du Québec.

Je ne suis pas convaincu que le Québec ait les moyens - en ce 8 février 2013 - de décréter la gratuité universitaire. Mais en entendre parler m'intéresse diablement, par contre. On dit que le modèle français de gratuité est à la fois mirage et médiocre; on dit en revanche beaucoup de bien du modèle finlandais...

Comment ça marche, la gratuité?

Pourquoi et comment les Finlandais ont-ils favorisé cette formule?

Comment le Québec pourrait-il s'en inspirer (ou pas)?

Le sommet de Pierre Duchesne aurait été le forum parfait pour débattre de ces questions. Au lieu de cela, le ministre de l'Enseignement supérieur a décrété que la gratuité ne sera pas à l'ordre du jour du Sommet.

Il se prive ainsi de débats qui auraient pu - lui qui est contre la gratuité - lui fournir des arguments pour déboulonner très publiquement cette idée.

Et le ministre met le couvercle sur une idée qui rallie de grands pans du militantisme étudiant depuis l'agité printemps 2012, ce qui a de quoi conforter ceux qui croient que ce sommet est de la bullshit.

Mais j'exagère. Le ministre veut entendre parler de gratuité, d'une certaine façon. Il a invité les étudiants à en parler - roulement de tambour - sur... une page Facebook! Vive le XXIe siècle.

Bref, la gratuité sera au Sommet de l'enseignement supérieur ce que le «sport» du bridge fut aux Jeux olympiques: en démonstration, à l'écart du gros show, sur une tribune que personne ne fréquente et dont tout le monde se fiche.

M. Duchesne n'est pas divertissant uniquement parce que son passage dans les grandes ligues politiques commence à rappeler celui d'Alexandre Daigle dans la LNH, non. Très actif sur Twitter, il se livre parfois à des répliques fâchées-fâchées contre ses critiques, avec des commentaires qui ressemblent plus à ceux d'un chroniqueur d'humeur qu'à ceux d'un ministre important...

Il faudrait qu'un expert des universités sénégalaises nous éclaire sur ces drôles de coups de sang.

Ces montées de lait de Pierre Duchesne ne sont pas anodines. Depuis le printemps érable, les relations entre l'État et le milieu de l'éducation supérieure sont complexes et délicates. Peut-être qu'un homme caractériel, qui magasine au Costco du Trouble politique avec sa carte de membre Platine, n'avait pas le coffre pour être capitaine de ce paquebot-là.

Partager

publicité

Commentaires (88)
    • La société québécoise entre dans une ère de grande déception assurée. On a longtemps cru que tout nous était dû et que l'État pourvoirait à nos besoins depuis le berceau jusqu'au tombeau... Nos jeunes étudiants, pas encore payeurs de taxes, ont poussé cette illusion encore plus loin en prônant un désordre civil coordonné par la voie des réseaux sociaux. Une chose est sûre la société est endettée, les individus eux-mêmes sont endettés et une crise économique se pointe à l'horizon. Comment des élus peuvent-ils souscrire à la gratuité qui nous hypothéquerait pour des années à venir. Seule l'incompétence peut expliquer les agissements de ce gouvernement. Et dire qu'il nous propose de gouverner un pays...

    • La P.M. a payé cher les votes qui lui ont permis de devenir la chef, difficilement elle a casserollé avec les étudiants, a porté le carreau rouge, leur a fait des promesses pour s'assurer de leur fidélité, leur a donné que ce qu'il demandait, il lui appartient donc main-
      tenant de régler ce problème pas en ns faisant payer plus, mais en gelant les frais, je suis contre toute gratuité, que ces étudiants apprennent la valeur de l'effort et de l'argent, car tout ce qui est gratuit surtout en éducation a une valeur de rabais.. Il est grand temps que ce gouvernement miracle voit la vraie réalité et se gouverne en conséquence. Apprenons à vivre suivant nos moyens et non à même les cartes de crédit.

    • Je vous suggère de bien vous informer sur le fonctionnement des systèmes scolaires français et finlandais, ce n'est pas aussi simple que ce qu'on dit, même s'ils ont la gratuité. J'ai une nièce finlandaise, je suis quand même informée. J'en ai marre de lire que ces systèmes sont extraordinaires, que c'est un exemple à suivre, etc. Quand vous aurez toutes les vraies infos, vous reviendrez nous en parler, vous aurez peut-être des petites surprises.

    • Les dés sont déjà pipés ! Ce sera l'indexation, des coupures aux universités et dans la recherche! C'est pas un "sommet", c'est le fond du baril comme perspective du futur ! Non seulement dans les pays scandinaves, il y a une sélection très serrée, mais en plus le taux d'imposition est largement supérieur à celui du Québec. Y'a juste ici où on pense qu'on peut tout avoir gratuit et facilement. Et quand quelque chose fait pas notre affaire on accuse les autres de nos malheurs, comme le ministre Drainville qui reprend la vieille cassette du "complot fédéraliste"....PATHÉTIQUE ce cirque.

    • excellent commentaire, mais la réalité commence à nous ratrapper et malheureusement tous les élus au commande ne cherche qu'à l'éviter en tentant de plaire aux plus bruyant.
      cependant le payeux ordinaire commence à n'avoir personnellement plus les moyens de payer, quand tu commence à financer ton épicerie qu'à mi juillet, il y a un problême quelque part.

    • Ce qui me dérange le plus dans tout ce débat, c'est que l'on donne autant de poids aux représentants étudiants; comment peut-on prétendre quand on est dans la vingtaine, sans expérience professionnelle, qu'on va faire la leçon à la société dans son entier. Comment peut-on donner autant de poids aux étudiants sans avoir invité les représentants des organismes de recherche. L'université ne sert pas qu'à enseigner, si c'était le cas, cela deviendrait un gros CEGEP, l'université doit également servir à faire avancer le savoir. Cette dimension est toutefois parfaitement occultée dans ce débat!
      Le ministre Duchesne n'a vraiment pas l'air d'y connaître grand'chose et a plutôt l'air d'un PeeWee!

    • "Peut-être qu'un homme caractériel, qui magasine au Costco du Trouble politique avec sa carte de membre Platine, n'avait pas le coffre pour être capitaine de ce paquebot-là". La question mérite d'être posée.

    • Pas très fort Lagacé. Ça sens le gars qui réponds à une directive du chef de pupitre. Je te croyais plus nuancé. Je suppose que le Journal de Montréal te manque...

    • je crois que le consensus des décideurs au PQ est l'indexation.
      Tout ce qu'il y a autour c'est du faire semblant.
      Politiquement, madame Marois n'a pas le choix de faire semblant de vouloir examiner la possibilité du gel ou de la gratuité.
      Elle est tout simplement plus malhonnête que ce pauvre Duchesne qui n'a pas d'expérience politique et qui accumule gaffe sur gaffe.

    • Mr Lagace, hilarant mais je ne dois pas rire, car c'est triste!
      @JFrancois0002 4:32
      Merci!
      @apo
      Je suis d'accord pour une fois... LOL
      J'ai entendu P. Duchesne le soir de son election... Indigne!

    • Par contre, je suis assuré que Madame Marois (avec son équipe) saura faire preuve de leadership consensuel afin que les décisions à prendre le soient dans le respect des engagements promis. Je suis confiant dans son intelligence politique, et je lui suggère d'user plus efficacement de la passion raisonnée des gens qui appuient la cause de la souveraineté du Québec. Je suis d'autant plus confiant, qu'elle exprime clairement son ouverture à la discussion de la gratuité au prochain sommet. (http://www.lapresse.ca/actualites/quebec-canada/education/201302/08/01-4619864-on-discutera-de-la-gratuite-au-sommet-promet-marois.php?fb_action_ids=10151319503788198


    • Madame Marois, voulez-vous bien nous expliquer pourquoi Monsieur Duchesne a-t-il pris l'initiative de déclarer que la gratuité ne pouvait pas faire partie des options à retenir par le gouvernement lors du prochain sommet de l'enseignement supérieur? De quoi je me mêle? Et pourquoi n'avez ?vous pas comme chef rectifier le tir rapidement pour éviter tout quiproquo à ce sujet afin d'assurer le respect de votre position et de la position du PQ lors des dernières élections provinciales? L'art de se peinturer dans le coin comme l'a fait Monsieur Charest lors de l'affrontement avec les étudiantes et les étudiants en 2012. Respecter sa parole, il me semble que c'est un minimum requis pour assurer sa crédibilité face aux électrices et aux électeurs. Jamais on n'a cru que ce serait facile. On a cru par contre que vous étiez de bonne foi lorsque vous avez fait la proposition d'établir un sommet où tout serait sur la table. Personnellement, je ne crois pas sérieusement à cette fameuse gratuité. Mais est-il possible que de la discussion, l'on puisse me prouver le contraire? La gratuité ne pourrait-elle pas être assortie de conditions intéressantes et progressives? Tel qu'être conditionnelle à donner un minimum d'années de travail dans les régions par les élèves nouvellement diplômés, compléter les diplômes dans un délais plus restreints, faire payer une taxe à l'enseignement auprès de ceux et celles qui en profitent largement en commençant par les banques, les industries, les commerces, taxer les nouveaux diplômés sur le marché du travail, etc. Il sera toujours le temps de mettre la table à la suite d'un échange honnête et sérieux qui aura le mérite de mieux comprendre les tenants et aboutissants de la problématique. Du choc des idées, il ne peut sortir que du positif si l'ensemble des interlocuteurs concernés font preuves d'ouvertures et d'honnêteté intellectuelle.
      François Langlois

    • journaliste AAA, grande gueule, c'est plus facile de critiquer et de couvrir les autres de ridicule sous l'apparence d'objectivité dêtre un ministre .... et de retomber sous la critique supposée elle-aussi objective...

    • La question qui tue: Quelles sont les compétences de Duchesne et Marois en Éducation?

    • Le secret de la Finlande? Méritocratie!
      En Finlande, ou l'université est gratuite, c'est l'examen d'entrée qui est la pierre angulaire du système universitaire. Organisés deux fois par an les examens d'entrée sont extrêmement sélectifs. En 2009, 187 982 candidatures ont été déposées. Au total, 94 281 étudiants ont participé aux examens de sélection (soit un peu plus de la moitié) et seulement 32 229 d'entre eux (soit 34,2 %) ont été admis.
      Evidemment j'entend déjà les hauts-cris si on décidait d'opter pour la gratuité mais avec une plus forte sélectivité des examens d'admission en raison d'un contingentement plus strict qui conduirait à privilégier les étudiants les plus motivés et travailleurs.
      L'excellence est aussi un sujet bien absent du présent débat.

    • IL est plus que temps que l'éducation supérieure devienne une responsabilité fédérale.

    • Les carrés rouges: des jeunes à peine sortis des jupons de leurs mères dont la seule contribution à la société est de réclamer que les autres paient pour eux. La CSN: un syndicat communiste qui tente d'inculquer des mauvaises valeurs à la jeunesse. Le gouvernement Marois: de vraies marionnettes qui se font intimider par tous les groupes de pression et ne savent que taxer les travailleurs qui font marcher l'économie. Restons pragmatiques, c'est peut-être simplement le mauvais côté d'un système socialiste qu'on voit ces temps-ci?

    • Le Quebec recoit des milliards des provinces riches, mais j'ai l'impression que bientot cette manne va arrêter. On s'est payé le grand luxe avec l'argent des autres. Va venir l'austérité, ce ne sera pas drôle. L'université sera surement $8-9,000 par année, Je me demande quelle sorte de manifs les étudients nous reserveront pour s'opposer a cette hausse. Le futur du Québec ne sera pas drôle.

    • Je souviens avoir lorsqu'à l'annonce de sa candidature, M. Duchesne avait affirmé devoir faire de GROS SACRIFICES en se présentant. Voyons voir : une très généreuse pensions de plus de 30 années à la SRC et une indemnité de départ représentant plus de 30 semaines de travail. Ajoutez à cela un salaire de ministre et les indemnités qui s'y rattachent. Les travailleurs et chômeurs du Québec n'ont pas cette chance !
      Dites donc, au PQ, est-ce qu'il n'y a que des Breton, des Boisclair et des Duchesne ? Ça commence à faire pas mal de profiteurs...

    • Je ne comprends pas comment vous en arrivez à conclure qu'une abolition de la hausse libérale des frais de scolarité et le maintien de la bonification du régime des prêts et bourses sont contradictoires.
      Ce sont simplement deux mesures qui vont dans le même sens : aider les étudiants. Et c'est justement ce qu'il faudrait expliquer aux étudiants. Ça calmerait le jeu.
      J'en viens à penser que vous faites parfois de mauvaises analyses.
      Ou bien cherchez-vous à alimenter l'argumentation de l'opposition libérale et caquiste?


    • @GChampagne
      08 février 2013
      20h42
      Vous avez écrit:
      "...Je vais tenter une réponse: quand on doit investir plus dans ses études on s'investit plus dans ses études, c'est aussi simple que ça..."
      Vous avez parfaitement raison. Je vais même ajouter que votre raisonnement est vrai pour n'importe lequel service du gouvernement. C'est aussi vrai à l'inverse. Ex: Si vous payez un médecin pour vous faire une chirurgie, celui-ci va faire de son mieux pour garder votre clientèle. L'absence de responsabilisation est d'ailleurs le problème majeur des systèmes socialistes!

    • Le plus désolant de toute cette histoire, c'est que c'est le Québec en entier qui va payer. La facture pour leurs stupides manifestations est de 90 millions$ sans compter les pertes des commerçants et l'?il au beurre noir que la ville de Montréal a reçu.
      Cala va nous couter cher d'avoir mis cette gang d'incompétents au pouvoir (Breton, Duchesne, Lisée...). Parce qu'il faudra bien un jour les augmenter ces foutus frais de scolarité car nous vivons en Amérique du nord, figurez vous. En attendant, plus personne n'osera toucher à ce dossier et la situation économique des universités continuera à se détériorer. Tout cela parce qu'une femme qui n'en a pas les capacités a absolument voulu le pouvoir...Désolant!

    • je vous cite «D'abord, le ministre a commencé par concéder aux étudiants l'abolition libérale de la hausse des droits ET le maintien de la bonification libérale du régime des prêts et bourses (qui devait adoucir ladite hausse).»
      Vous devriez être plus précis et plus clair dans l'écriture de vos commentaires : «abolition libérale de la hausse ...» signifie que ce sont les libéraux qui ont aboli la hausse, ce qui n'est pas le cas. Il aurait fallu que vous écriviez «abolition de la hausse libérale ...»
      Vous voudriez que le Ministre fasse preuve de plus de rigueur, donnez l'exemple.

    • Je commence a m 'ennuyer de Charest......Marois a eu ce qu'elle mérite avec son carré rouge et ses casseroles.....hahaha

    • @pourvoyeur: Vous dites "Faudrait m'expliquer un truc: comment se fait-il que nous obtenions le plus bas taux de diplômés tout en ayant les plus bas frais. Comment se fait que les provinces où le taux de diplômés sont celles où les frais sont les plus élevés?".
      Je vais tenter une réponse: quand on doit investir plus dans ses études on s'investit plus dans ses études, c'est aussi simple que ça. Si vous achetez une voiture neuve à 30 000$ vous allez probablement en prendre plus soin qu'une voiture de seconde main à 5 000$.

    • Cette chronique est le parfait exemple d'un «règlement de compte »; c'est pas professionnel.

    • Ils veulent la gratuité et bien soit. On contingente tout les programme et on exige une panoplie de test d'admission dans les université avec des exigence que peu peuvent atteindre ainsi que des test de Q.I., test d 'aptitude a apprendre, etc. etc. afin que l'ont s'assurent que ceux a qui nous offrons la gratuité via la sueur de notre front soit parmi les plus doué et les plus méritant de la société.

    • J'ai hâte au printemps érable nouvelle mouture avec les libéraux dansants avec les carreaux rouges juste pour écoeurer les péquistes. Ce serait pissant.

    • Pour une fois que je suis d'accord avec toi ! Mai tu n'avais pas le choix, Lagacé.....Non ?

    • Franchement, j'ai peur de la qualité des conclusions qui seront tirées quand je vois toute l'improvisation qui règne dans l'organisation de ce débat. Je suis d'une génération à qui l'université devint accessible pour la première fois grâce au travail d'été et aux prêts étudiants. L'université était un lieu de haut savoir, reconnu, accessible à qui voulait y mettre les efforts nécessaires. Je n'en reviens pas de voir comment les media traite les recteurs (soupçon de suspicion de manque d'intégrité et d'intérêt coupable) et les leaders étudiants (angéliques experts des désirs des étudiants ...militants). Quelle sorte d'éducation universitaire et de haut niveau léguerons-nous à nos enfants et petits-enfants?


    • @CAD3
      08 février 2013
      13h22
      Vous avez écrit:
      "On dira ce qu'on voudra, mais Duchesne ne pourra jamais échouer son passage du journalisme à la vie politique autant que la pauvre incompétente Christine St-Pierre, qui cherche encore comment mettre un pied devant l'autre. Charest aurait du confier le dossier de la langue à une plante verte plutôt qu'à cette ridicule et risible veilleuse."
      Non mais faut tu être borné pour écrire de telles choses. Figurez vous donc que Christine St-Pierre n'est plus au pouvoir...C'est vos ti-péquissssse...

    • PASSETOUTGRAIN!!!!!!! Tu dois avoir les deux yeux et les deux oreilles bouchées pour
      penser comme tu fais.As-tu remarqué que tu es le seul a vanter les mérites de
      Duchesne!!!!! Erreur apres erreur et il ne lache pas. Soyons réaliste,il ne sait pas ou il
      s en va.Il est comme la plupart des députés péquisses,ils annoncent un projet une
      journée et le lendemain ils changent tout.

    • MON CLIN D'OEIL;
      M. Duchsene est un peintre... Bien oui il c'est peinturé dans un coin!!! ''BEDANG''
      Il est moins quart on ferme...les livres

    • Du "Péquisme" à son meilleur!! "IMPROVISATION, IMPROVISATION, IMPROVISATION". Dieu merci, je suis un athée politique. Eille, je serais-tu gêné, pis écoeuré d'avoir l'air fou présentement?? Mettons que de faire la girouette dans la prise de décision n'est pas mon sport favori...(il se situe à peu près dans les trois chiffres...). Résumons: La Marois ne sait pas trop où elle s'en va...elle nomme des ministres qui, pour au moins la moitié d'entre eux, ne savent pas où ils s'en vont...l'autre moitié se tait...pour finir, ils dansent tous le "moonwalk". (Danse qui s'exécute à reculons). Tout va bien, tout va très bien Mme la Marquise. Sacremouille, où s'en va-t-on?? Le PQ donne...enlève...redonne..promet...mais là ils ne savent plus trop se qu'ils ont donné...en tout cas, si on a dit ça, ca doit être ça...mais là pas trop vite...on as-tu dit ça...?...atapeu...on va faire un sommet comme vous le vouliez, mais même si vous venez, il n'y aura rien pour vous...!!!! (**Un instant, je demande des tylénol à mon épouse...) Je sais, les tylénol ne changerons rien, mais en tout cas, ca donne un petit "buzz" légal. Finalement, ça se peux-tu que les Péquistes n'étaient pas pret à avoir le pouvoir? Je vais m'endormir là-dessus. Mario, de Ville Saguenay.

    • Vous avez mentionné la gratuité en Finlande et je ne peux m'empêcher de faire ce commentaire : là-bas, seulement 26-30 % des étudiants sont acceptés lors des demandes d'admission à l'Université (source : Rapport d'information 2009-2010 du Sénat français).
      C'est énormément plus bas que notre taux, ici, de 69,5 % (CRÉPUQ). Le contingentement des notes est important dans une certaine mesure, mais il me semblerait abusif de n'admettre même pas le tiers des étudiants qui postulent, comme en Finlande... Surtout qu'on sait bien que le rendement scolaire reflète souvent (pas toujours, mais souvent) le milieu socioéconomique dont provient une personne.
      Si on veut la gratuité au nom de l'accessibilité, il faut penser à ce qu'on peut faire pour ne pas finir avec des taux d'admission aussi faibles et élitistes que la Finlande...

    • On passe de 10h07 à 8h27 avec tout ce qui a été écrit entre les deux!!!!! Serait-ce le jour de la marmotte en boucle ?

    • M. Lagacé,
      Je comprend votre commentaire à l'effet que M. Duchesne subit le choc de la réalité du monde politique qu'il ne connaissait que de l'extérieur. Mais son principal défaut, à en juger par ses actions et ses propos, est qu'il n'a pas les qualités requises pour le poste. Et vous avez raison de dire que d'enlever la gratuité du débat était une erreur. Il faut crever l'abcès et en parler franchement et directement. Et ceux qui n'y croient pas (à la gratuité) vont devoir la "déboulonner" comme vous dites avec des arguments meilleurs que la conjoncture budgétaire. Car à mon avis, le principal problème avec la gratuité c'est qu'elle dévalue l'éducation supérieure tout en créant un problème de financement donc, à terme, de qualité ce qui contribue à en dévaluer l'importance encore plus. Avec les frais de scolarité les plus bas au pays, nous devrions produire le plus de diplômés. Or, ce n'est pas le cas. Il y a des mentalités à changer, pas des frais de scolarité à baisser.

    • Au départ on donne pas un ministère à quelqu'un qui écrit des choses étranges comme ça sur Twitter....
      http://sphotos-g.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-ash3/582730_4237106773169_1967997316_n.jpg

    • J'ai rigolé et je rigole encore suite à la chronique de Lysiane Gagnon intitulée "La grande braderie" où le ministre a aussi pour tâche celle de "préposé au maternage des carrés rouges" et pour ma part il devrait oser utiliser la technique connue (!) des "deux mains sur le volant" s'il souhaite tenir la route.

    • Faites-nous part de votre opinion.

    • On dira ce qu'on voudra, mais Duchesne ne pourra jamais échouer son passage du journalisme à la vie politique autant que la pauvre incompétente Christine St-Pierre, qui cherche encore comment mettre un pied devant l'autre. Charest aurait du confier le dossier de la langue à une plante verte plutôt qu'à cette ridicule et risible veilleuse.

    • bien d'accord avec vous, tisafo 08 février 2013
      10h32
      ... et parlons-en de la piètre qualité des universités gratuites en France !!

    • Je n'avais de prime abord AUCUN préjugé défavorable contre l'individu; il était selon moi un assez bon journaliste, discret, efficace et somme toute très neutre. Du bon Radio-Canada. Mais ses interventions sur Twitter sont pour le moins étranges et je dirais même parfois inquiétantes. Monsieur le Ministre a un grand sens de l'Histoire, et il prend très au sérieux son rôle de 'serviteur' de l'exceptionnellement grande Nation québécoise. Je n'ai rien contre le patriotisme, mais je n'aime simplement pas ces gens qui fantasment sur un Empire québécois. Restons humbles, c'est ce qui fait notre charme.

    • Tout à fait d'accord avec vous. Je pense que ce sommet devrait être annulé et remis à plus tard quand le travail de préparation aura été fait convenablement.

    • Bien d'accord avec cotejacques 10h07
      Si le PQ n'avait pas cherché à acheter des votes auprès des "carrés rouges" et les syndicats au printemps dernier, si le PQ avait supporté le Gouvernement, on n'en serait pas là aujourd'hui :
      $$$ coût de la crise supportée par Mme Marois et ses petits amis du PQ et
      $$$ Coût d'un Pseudo-Sommet qui ne mènera nulle part mais nous coûtera encore beaucoup $$$.
      ... en plus du $$$coût du salaire d'un ministre incompétent.

    • Porteur d'eau, mon ami... allez chercher Jean Charest de ce pas et convainquez-le de venir nous concocter un nouveau printemps Érable à la sauce 2013 !!....
      Je sens que la Police va faire encore des millions en temps supplémentaire....

    • Moi j'ai hâte de revoir Pauline sortir dans la rue avec ses casseroles quand les étudiants vont manifester à nouveau...Si elle veut être logique avec elle-même, elle n'aura pas le choix...hehehe

    • Combien va nous coûter le Sommet de cet incompétent ministre Duchesne??
      Pourtant le PQ s'entendait bien, dans la rue, avec les Carrés rouges, au printemps dernier...

    • Cet homme est un énigme!. Il se met à dégober sur le gouvernement prédédent que cela avait couté $ 90 milions. Il aurait fait quoi lui ? il aurait capitulé devant une bande de ¨sans culottes et sans brassières ¨. Il va blamer qui maintenant qu'il a le pouvoir ? La morale de l'histoire est qu'il faut toujours se méfier des journalistes qui se recyclent en politiciens,

    • En réponse à Jaclay nous demande une suggestion. Moi je vous dit oui un peu d'intelligence suffira peut-être. Mais attention cela pourra modifier son appartenance au parti..

    • Peut-être que le ministre Pierre-le-grand remplaçant de l'autre Pierre Curzi aurait avantage d'aller faire ses classes de souveraineté au Sénégal. Ainsi il pourra s'instruire du bon fonctionnement des universités sénégalaise.

    • La gratuité. Faudrait m'expliquer un truc: comment se fait-il que nous obtenions le plus bas taux de diplômés tout en ayant les plus bas frais. Comment se fait que les provinces où le taux de diplômés sont celles où les frais sont les plus élevés?

    • "Des étudiants sont poivrés en manif, en marge d'une réunion pré-Sommet, par la police? M. Duchesne dit qu'on ne peut pas tolérer l'intimidation. Jean Charest, sors de ce corps!"
      Décrochez votre carré rouge, M. Lagacé! Et l'autre côté de l'équation -puisque vous faites allusion aux évènements du printemps dernier- vous ne le mentionnez pas? Je vais le faire :
      Les policiers ne faisaient souvent que se défendre contre les projectiles de tout genre qui leur étaient lancés (roches, boules de billard, morceaux de pavés, etc...). Devant la casse quasi quotidienne, les refus d'obtempérer à toute loi, les assauts ou l'intimidation envers ceux qui ne pensaient pas comme eux, c'était la seule chose à faire pour devant cette bande d'enragés qu'étaient devenus vos petits chéris, gonflés à bloc par les médias, RDI en tête, orchestrés et financés par les centrales syndicales.
      Comme Popo-l'oportuniste, et les autres go-gauchistes "palabreux", vous êtes restés silencieux devant cette violence; vous l'avez cautionnée: "qui ne dit mot consent" dit
      le dicton, n'est-ce pas?
      La majorité (silencieuse) pense même qu'on y est allé trop mollo, pour mâter cette minorité de petits totalitaristes. Montrez, svp, les deux côtés de la réalité, tant qu'à en parler.
      Encore paujourd'hui, il n'y a rien à faire devant les bornés endoctrinés de l'ASSE. Chose classée. Et pour les autres associations, ils nous ont également démontré qu'ils ne croyaient pas à la négociation, on en a tous été témoins, et du déni même de leurs signatures.
      Refuser une indexation au coût de la vie équivaut à demander une BAISSE des coûts, et ça on ne peut pas se le permettre. Il faut hausser les coûts de l'éducation supérieure. C'est l'assurance d'y assurer sa qualité et l'effort de la part des étudiants. Pour tout ce qui est gratuit, bah... on sait ce que ça donne.
      Entre la théorie et la réalité, il y a un monde. Et c'est probablement de cela dont la nouille à Duchesne se rend compte mainten

    • M. Duchesne est un journaliste de profession. Comme tous ses collègues durant le printemps - érable, il s'est senti autorisé à prêcher le compromis avec la Rue parce qu'il "connaissait la politique", connaissant beaucoup de politiciens. C'est comme ces rhodésiens de Montréal des années '60 qui disaient connaître les canadiens-français parce que certains faisaient partie du cercle de leurs amis. Ou comme biographes qui parce qu'ils ont côtoyé de grands hommes politiques (Parizeau en l'occurrence) se mettent à déclamer de beaux et grands principes à la nation.
      "Le journalisme mène à tout à condition d'en sortir" disait le vieux dicton. M. Duchesne n'est pas sorti du journalisme.

    • Et que dire de cette idée avancée par ce ministre qui propose d'établir comme un critère dans les modalités de financement celui "de l'étudiant de la première génération"! Totalement loufoque. Claude Poulin Québec

    • Un expert Sénégalais? Vous êtes sérieux M. Lagacé? Il va venir nous expliquer comment ca marche chez eux entre deux coups d'état? À moins que ce soit pour expliquer ce qu'il ne faut pas faire. Mme Munroe-Blum a raison de qualifier ce Sommet de farce. Et j'ai bien aimé les commentaires de la CSN prête à montée au barricade pour le el des frais. Puisqu'il représente la majorité des employés du secteur de l'éducation, les dirigeants de la CSN seraient-ils prêts à accepter le gel des salaires de ces employés afin de nous aider à maintenir le gel? Penses-pas!

    • Je ne vais pas faire le procès du ministre Duchesne ici. Il me semble que lorsque l'on paie pour quoique ce soit, il y a une motivation accrue de réussir. Le modèle français est un exemple à ne pas suivre. Nous québécois, tout ce que nous savons faire; tirer sur tout ce qui bouge et par la suite, nous sommes surpris quand plus rien ne bouge. Le problème est parti du gouvernement précédent, il ne faudrait pas l'oublier. Pendant la campagne, le PQ n'a jamais parlé de gratuité. Bien oui, ces 90 millions auraient pu servir à bon escient. En continuant de jeter votre fiel sur tout ce qui se dit, il y aura toujours des ''revendiqueux'' minoritaires pour faire tiquer les médias. Regarder donc ailleurs, en Ontario par exemple. Ils paient trois fois plus qu'ici leurs études, ils étudient, paient, réussissent, remboursent leurs prêts et savent se la fermer...

    • Vraiment surprenant de voir texte aussi caricatural et suggestif de ta part Pat. De la vrai propagande de danseuse a claquette du PLQ. Ca doit etre une commande du big boss...
      En tout cas, les libéraux peuvent bien faire de la diversion (encore) avec l'éducation universitaire pour nous faire oublier les révélations de la commission Charbonneau et les liens entre la mafia et le PLQ, il reste que la population réalise bien comment elle s'est fait voler par les amis du PLQ.
      Et puis, soyons honnêtes, entre Piere Duchesne et le démagogue frustré de Raymond Bachand (monsieur faisons payer la classe moyenne), je vais prendre Duchesne 100 mille fois.
      Le PQ est peut-etre pas parfais, mais jusqu'ici il est pas mal meilleur que le PLQ dans la gestion de l'état.
      Encore une fois, y juste les autruches (pis la mafia) pour s'ennuyer des libéraux.

    • Ouf, à lire la chronique et les commentaires, on se demande si les gens veulent vraiment faire de la politique autrement. Qu'un misnistre dise les choses comme elles sont "il n'a aucun sens politique", que les grèves étudiantes soient finies et que les étudiants aient repris leurs sessions, ce n'est rien, car M. Breton n'a pas encore reçu d'invitation. Vivement les politiciens d'antan qui manipulent la langue de bois, disent à tout le monde ce qu'ils veulent entendre, ne prennent pas position, tergiversent et négocient tout derrière des portes closes. Tous les débats devraient être réglés comme du papier à musique... Si on veut de la politique différente, il faut juger les actions des politiciens différemment.
      Le gouvernement, comme celui avant lui, veut atteindre le déficit zéro, il faut faire des sacrifices temporaires. Ce n'est pas plaisant, mais il vaut mieux prévenir que guérir (pensez à la Grèce).

    • @Offbeat - 08 février 2013 - 09h32
      ... Diantre, que l'on fait dur!
      LOL ... En effet!

    • C'est vrai que la Finlande arrive presque systématiquement dans le peloton de tête de toutes les études sur le sujet de la gratuité scolaire. Mais savez-vous que sur les demandes d'admission au premier cycle universitaire seulement 26-30 % sont acceptées. On applique un très fort contingentement dans toute les disciplines. Ça veut donc dire qu'on ne choisit uniquement les meilleures têtes...En comparaison, au Québec, c'est près de 70% des demandes sont acceptées....
      En partant donc, le coût publique de cette gratuité est sans doute beaucoup moins lourd là-bas vu le moins grand nombre d'étudiants reçus, mais il est discriminatoire.
      D'autre part, on évoque souvent également l'exemple de la France. En France, les universités publiques sont gratuites. Tout le monde ou presque peut y aller. Toutefois, en parallèle, on retrouve les grandes écoles (Polytech, HEC etc.) qui chargent des frais très élevés. Comme plus d'argent entre dans les coffres de ces établissements, elles ont les moyens de mieux payer leurs profs et attirent donc les meilleurs alors que les Universités publiques elles sont en décrépitude généralisée (locaux, matériels, profs) et donnent des diplômes moins "reconnus". Ça favorise de manière flagrante les plus riches qui peuvent se payer les grandes écoles à 10 000$ par année...
      Système d'éducation à deux vitesses.
      Je persiste à croire qu'au Québec, nous avons le meilleurs des deux : des Universités payantes et subventionnée qui peuvent accueillir presque tout ceux qui veulent y aller, un système de bourse généreux, de grandes écoles abordables.
      Et nos petits braillards de révolutionnaires n'ont de cesse de réclamer la gratuité scolaire...Soit. Si c'est ça que vous voulez. Mais il y aura des règles....à vous de choisir.

    • Caractériel, le ministre Duchesne ? Il doit y avoir erreur sur la personne: c'est le ministre qui subit les attaques personnelles de tout le monde sans trop broncher à l'Assemblée Nationale. Avec toute la malhonnêté intellectuelle qui sévit dans ce débat, je trouve étonnant qu'il ait conservé une attitude posée et réfléchie tout le long de l'exercice.
      Les choix du ministre sont critiquables, certes, mais ce n'est pas comme si les différents intervenants (lire: l'ASSÉ) se montraient très raisonnables. Chaque ''nanane'' est nécessaire pour les empêcher de claquer la porte.
      Vous êtes peut-être d'avis que le ministre a trop cédé, mais avouez que si la moitié des étudiants quittaient la table des pourparlers d'un coup, il serait difficile de parler d'un dialogue réussit. Surtout que du coté des étudiants, le ministre est l'antithèse de celui qui cède trop: le ministre est une personne fermée qui ne veut rien savoir de leurs solutions... Bonjour l'ambiance.
      Avec l'opposition qui attise la colère des convaincus de la gratuité (parce qu'ils n'ont aucun intérêt politique à voir le Parti Québécois réussir ce dialogue), chaque compromis est destiné à garder tout le monde assis à la même table, pas à obtenir le consensus qu'on souhaite.
      Ce que M. Lagacé ne dit pas dans sa chronique, c'est que le ministre les a déjà, les arguments pour déboulonner la gratuité scolaire. Les travaux de l'économiste Pierre Fortin (qui viennent justifier les différents scénarios envisagés par le gouvernement) indiquent le coût de la gratuité à près d'un milliard !
      Ce que M. Lagacé ne dit pas dans sa chronique, c'est que le ministre n'a pas grand chose à voir avec le fait que la stratégie péquiste ne livre pas la marchandise. Serait-il possible que le PQ ait perdu sa position de négociation avec les étudiants bien avant que le ministre n'entre en poste ? Pense que oui.

    • A qui servent les compétences acquises par l'éducation post-secondaire? A toutes les types d'entreprises dans quelques domaines que ce soit! Donc l'utilisateur devrait être le " payeur " . Au lieu de réduire les impôts des entreprises ( qui connaissent déjà tous les types d'évitement fiscaux par de nombreuses " passes " comptables ) , pourquoi pas une hausse de o.5% d'impôt sur leurs profits entièrement dédiée à l'éducation. Le problème serait réglé une fois pour toute!

    • Le Sommet des assises de consultations des états généraux de l'éducation.

    • 93% des finlandais obtiennent n diplôme d'études secondaires et, les plus doués peuvent aller à l'Université. Ne devient pas chirurgien cardiaque qui veut.
      Ce que retiennent les carrés rouges : c'est gratis là-bas, on veut la même chose ici ! Et comme au est au Québec, on veut bien sûr que ce soit gratuit pour tout le monde : alors, tu ne sais pas encore lire au CEGEP, pas grave : tu as le droit de t'inscrire gratuitement en médecine si tu le veux. Te refuser une place serait de la discrimination. Hon, quel vilain mot !

    • M. Duchesne et l'ensemble du gouvernement de Mme Marois nous font la démonstration sans équivoque de la sagesse des Québécois qui n'ont consenti qu'un gouvernement minoritaire au PQ, et ce même face à un gouvernement Charest usé à la corde. La population avait vu juste : le PQ, pas plus que la CAQ, ne représentait une alternative plausible.

    • La plus grosse farce, ce n\'est pas le sommet mais bien ce gouvernement péquiste qui nous démontre, semaines après semaines, depuis son élection, sa grande incompétence ! Pauline Marois s\'est entourée de * chaudrons et de casserolles * dans son cabinet de ministres, et sa gouvernance fuit comme une chaudière trouée !
      Et là, comme si ce n\'était pas suffisant, on apprend que l\'aile jeunesse du PQ va se mobiliser en faveur de la gratuité ! Bravo !
      Vraiment, il sera temps que les Québecois se réveillent aux prochaines élections pour se défaire de cette bande de Tartuffes mauvais improvisateurs !
      Pauvre Québec.......

    • Le ministre Duchesnes accuse les libéreaux pour le coût de la grève étudiantes de 90 millions, il devrait regarder dans sa cours alors que le PQ a encouragé les étudiants tout le long du conflit Érable

    • Re-salut
      Encore moi (désolé) mais je ne pouvais pas laisser passer celle-là:
      Les universités seraient surfinancées, clame Marois
      http://fr.canoe.ca/infos/quebeccanada/education/archives/2013/02/20130208-030109.html
      On aura tout entendu. J'commence à être un p'tit peu tanné moi là... :-S
      --
      C. LaFrenière

    • Pierre Duchesne est aussi un ministre des sciences qui n'a pas de formation scientifique et qui déteste la recherche scientifique

    • 93% des finlandais terminent leur formation équivalente au secondaire. De ce nombre, 43% ont déjà fait un choix de carrière.
      De plus, tous les enseignants finnois doivent détenir une maîtrise universitaire.
      À la base du modèle finnois, il y a des individus sérieux et responsables. D'où ma question: est-ce la gratuité qui produit ça?

    • Il avait un nom et un «rôle» actif dans le déroulement du conflit étudiant. Une retraite dorée de Radio-Can et un hobby était dans sa mire. Pourquoi pas ministre? Le voilà, dans toute sa splendeur, à nous démontrer son incompétence.

    • Salut
      Vous avez posé 3 bonnes questions:
      « Comment ça marche, la gratuité?
      Pourquoi et comment les Finlandais ont-ils favorisé cette formule?
      Comment le Québec pourrait-il s'en inspirer (ou pas)?»
      Mais j'en ai une autre pour laquelle je n'espère aucune réponse:
      Pourquoi faut-il que ces questions n'aient pas été posées par les politiciens (de n'importe quel bord) AVANT la déclenchement du carnaval des carrés rouges?
      Et j'en ai d'autres aussi: pourquoi nos politiciens sont aussi médiocres? Nous, les citoyens "nobodies", avons-nous une responsabilité là-dedans? Pourquoi le gouvernement PLQ ou PQ négocie avec des groupe qui ne représentent EN FAIT qu'une minorité d'étudiants? Etc.
      Il n'y a pas de mystère ou de scandale dans le patinage de fantaisie de Pierre Duchesne: les souverainistes" n'ont qu'UN SEUL objectif: la sécession du Québec nécessaire ou pas. Rien d'autre. Tout le reste est accessoire et devient un moyen qu'on peut utiliser ou jeter selon les besoins de l'idée fixe et folle des sécessionnistes.
      -
      [HS] Bravo pour la nouvelle émission. Une bonne idée de faire du neuf et de quitter la "zone de confort". Pas sûr que c'est mon genre de programme (trop vieux) mais je vais au moins en regarder 3 ou 4 avant de me faire une idée. On sait jamais: les vieux fous ont parfois de drôles de goûts... ;)
      --
      Claude LaFrenière

    • Le Sommet de l'hypocrisie!

    • http://radioego.com/ego/listen/12888

    • Diantre, que l'on fait dur!

    • L'éducation supérieure gratuite pour tous et on ne met pas un sous dans les universités.Voila comment pense le PQ. Pas fort!!!

    • Les Québécois ont ce qu'ils meritent et ce qu'ils ont élus. Point à la ligne!

    • Il faut bien que ses anciens confrères journalistes le critique pour montrer qu'ils ne sont pas partisans du P"Q pour garder leur job.
      TOUS les médias DOIVENT être CONTRE le P"Q.

    • Léo, ou es-tu?
      Passer des paroles biaisées de journalistes à la réalité et responsabilité d'un ministre doit être un choc.

    • Bon article. M. Duchesne ne fait que nous montrer chaque jour son incompétence. Inutile d'en dire plus, ça crève les yeux. Ce prochain Sommet ne pourra qu'accoucher de fadaises(niaiseies), c'est évident. Passons!

      Michel Lebel

    • Pour reprendre votre comparaison, Pierre Duchesne est au PQ ce qu'Alexandre Daigle fut aux Senators d'Ottawa, un joueur prometteur qui manquait de jugement et devint vite un flop et la risée de la ligue.

    • Je partage vos idées.
      Dans le fond, Pierre Duchesne et le PQ me font penser à quelqu'un qui s'est cloué un pied au plancher et qui s'essaie d'avancer.
      Ça n'avance pas très vite mais ça tourne en rond en sapristi.

    • Vous êtes un peu sévère avec m. Duchesne ... Il doit se dépêtrer avec les moyens qu'il a, ou plutôt qu'il n'a pas, dans une galère où les rameurs poussent dans tous les sens. Pas facile de garder le cap!
      Entre les recteurs à 500 000 dollars et les étudiants plus pauvres que riches, entre les patrons et les syndicats, ce ne doit pas être la joie comme dirait l'autre. À part l'utilisation du fouet, avez-vous une suggestion à lui faire?
      Et les attentes des citoyens ordinaires qui ne sont pas présents au forum mais qui vont devoir voter bientôt, doit-il essayer d'en tenir compte?
      Je comprends votre raillerie mais moi, j'ai plutôt tendance à le plaindre qu'à le tourner en dérision.

    • D'accord, qu'on offre la gratuité scolaire à l'université mais à la condition d'avoir des examens rigoureux, de cette façon les meilleurs candidats seront admis. C'est le cas dans plusieurs pays comme la Finlande. Mais regardez bien nos revendiqueux grimper dans les rideaux si ils n'obtiennent pas un système gratuit et ouvert pour tous, ce qui créera des étudiants professionnels qui ne travailleront jamais de leurs vies.

    • Jusqu'où pourra-t-on apporter nos universités vers la médiocrité?Voila la question que Pierre Duchesne se pose.
      Nous savons déjà que bon nombre d'étudiants seront satisfaits avec un diplôme à rabais.
      Nos universités luttent pour donner une qualité d'enseignement et le gouvernement n'arrive pas à comprendre pourquoi.
      Nous en sommes rendus là.
      roger sylvain

    • Excellente chronique M. Lagacé! En ce qui me concerne, M. Duchesne a fait la démonstration depuis un moment déjà qu'il n'avait pas la carrure pour être ministre de l'enseignement supérieur: il est tout simplement horrible! Encore hier, on l'entendais mettre tout le blâme du conflit (90 millions de dollars) sur le parti libéral. Lui et le PQ devraient se garder une petite gêne, le ridicule de ce conflit persiste et c'est maintenant eux qui sont au pouvoir.

    • Il semblerait que ce Sommet ne soit qu'une opportunité pour le gouvernement de légitimer la position de ses experts. À l'exception des «purs et durs» du Parti québécois, la grogne risque de toucher tous les intéressés de la question éducative.

Commenter cet article

Les commentaires sont maintenant fermés sur cet article.

Nous vous invitons à commenter les articles suivants:

Veuilez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box
la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer