Deux filles le soir

La tenue de Safia Nolin lors du Gala... (Photo Martin Chamberland, La Presse)

Agrandir

La tenue de Safia Nolin lors du Gala de l'ADISQ, dimanche, a déclenché la polémique, certains reprochant violemment à l'auteure-compositrice-interprète un manque de décorum.

Photo Martin Chamberland, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'avez-vous remarqué? Au cours des trois dernières semaines, deux jeunes filles au début de la vingtaine sont devenues du jour au lendemain des stars médiatiques et le sujet de toutes les conversations.

La première, souvenez-vous, c'était Alice Paquet qui a déclenché une vaste dénonciation de la culture du viol après avoir accusé publiquement le député libéral Gerry Sklavounos de l'avoir agressée sexuellement.

Oui, je sais, on a le sentiment que cette affaire s'est déroulée au siècle passé. Pourtant, il y a à peine deux semaines que l'affaire a éclaté au grand jour. Deux semaines seulement: preuve qu'à l'heure des nouvelles en continu, on ne cesse de s'étourdir et de passer à un autre appel en s'empressant d'oublier aujourd'hui ce qui, hier encore, nous galvanisait.

Aussi, alors que l'affaire Alice Paquet s'essoufflait et menaçait de laisser un vide médiatique, l'affaire Safia Nolin a pris le relais. Dans le temps de le dire, l'auteure-compositrice-interprète a remplacé Alice dans les manchettes et déclenché un tsunami de réactions violentes, après avoir porté la mauvaise tenue au Gala de l'ADISQ et émaillé ses remerciements pour le Félix de la révélation de l'année de «fuck».

En apparence, il n'y a aucun rapport entre ces deux jeunes femmes, hormis qu'elles viennent toutes les deux de Québec. En réalité, tout les unit et les place du même côté d'une même médaille. Leur âge y est pour beaucoup. Elles appartiennent à la génération des milléniaux dont elles ont plusieurs attributs, les premiers étant de ne pas manquer de cran dans leur façon d'affronter les tempêtes, d'être animées par une belle indépendance d'esprit et un moins beau sens du droit inhérent à leur personne. J'y reviendrai.

Avec Alice, on était dans la culture du viol. Avec Safia, dans le body shaming, l'humiliation publique et physique, même si le débat sur sa personne a essentiellement porté sur sa tenue - t-shirt de Gerry Boulet et mom jeans - jugée déplacée par les dames chics d'Outremont, mais défendue par les hipsters du Mile-End et du Plateau pour son authenticité.

Alors que les dames chics traînaient Safia dans la boue de la vulgarité, ses défenseurs évoquaient le spectre de l'intimidation et en faisaient une pauvre et valeureuse victime au coeur pur.

En réfléchissant à la question, je suis tombée sur une photo peu flatteuse parue dans le magazine français Les Inrocks où l'on voit Safia assise à l'indienne, jambes nues, les cheveux ramassés en toque et le doigt dans le nez. Interrogée à ce sujet à Tout le monde en parle l'année dernière, Safia avait répondu qu'elle trouvait cette photo bien plus intéressante et moins clichée qu'une photo d'elle se promenant dans le bois avec sa «guit'».

Bref, Safia avait compris instinctivement que la photo du doigt dans le nez attirerait l'attention, ferait parler d'elle et serait plus payante pour sa carrière qu'une photo à l'esthétique fabriquée.

Permettez-moi de croire que Safia a eu le même réflexe en se préparant pour le Gala de l'ADISQ. Plutôt que de se déguiser en poupoune - ce qu'elle n'est pas -, elle a choisi la voie radicale de l'anti-esthétisme, très en vogue chez les milléniaux, et s'est servie de son t-shirt Gerry et de ses mom jeans pour se distinguer et sortir du lot. Mais aussi, elle l'a fait pour envoyer un immense «fuck you» à l'industrie et lui signaler qu'elle était libre et que personne n'allait lui dicter quoi faire, quoi chanter ni quoi porter.

Ce fut un coup audacieux qui a porté ses fruits. Le lendemain, tout le monde ne parlait que d'elle. Sur iTunes Canada, son album Limoilou (magnifique, en passant) délogeait Lady Gaga pour se retrouver en première position des ventes.

Un coup de maître pas entièrement calculé, mais bien maîtrisé par une fille qui, après avoir provoqué le tsunami, a joué la carte de la victime, ce qui fut, à mon avis, sa seule erreur. 

Car bien franchement, Safia savait ce qu'elle faisait en se présentant ainsi au gala. Elle savait qu'elle faisait un geste de provocation et de dissidence et qu'une déferlante l'attendrait nécessairement au détour. Mais elle voulait à la fois la provocation et la sympathie, le beurre et l'argent du beurre parce que, dans son esprit, elle avait tous les droits et aucune obligation envers quiconque.

Et c'est là qu'elle rejoint Alice Paquet: Alice qui nous a tous profondément touchés par le récit douloureux de son agression sexuelle, Alice que nous avons crue sur parole malgré ses changements narratifs au gré des jours. Alice qui, après avoir affirmé dans les médias qu'elle avait dû subir des points de suture tant son agression avait été violente, a changé sa version des faits, écrivant avec une sidérante légèreté sur sa page Facebook: «Pour ce qui est des points de suture, je suis revenue sur mes paroles, oui. C'est dans mon droit de nier ou d'acquiescer.»

Même si je suis toujours convaincue qu'Alice n'a pas inventé son agression sexuelle, ces trois mots - «dans mon droit» - ont fait ressortir l'aspect égocentrique d'une jeune femme qui croit qu'elle peut dire une chose et son contraire sans que cela pose problème ni ne porte à conséquence tout simplement parce qu'elle en a décidé ainsi.

Autant je trouve Alice et Safia brillantes et inspirantes dans leur cran, leur courage, leur combativité et leur liberté d'esprit, autant leur propension à se comporter comme si elles avaient tous les droits et ne devaient rien à personne me désole.

Heureusement, elles sont encore jeunes. Et malheureusement, la vie se chargera bien assez vite de leur rappeler qu'elle ne leur doit rien.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer