Soigne ta chute

Selon le palmarès compilé par Influence Communication, Xavier... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Selon le palmarès compilé par Influence Communication, Xavier Dolan est la personnalité culturelle la plus médiatisée de 2014 au Québec.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

D'abord, la bonne nouvelle: Xavier Dolan est le champion du monde culturel pour 2014. Ce n'est pas moi qui le dis, c'est le bilan annuel d'Influence Communication, une firme qui compile et analyse à longueur d'année le poids médiatique des humains et des événements, chez nous et ailleurs.

Non seulement Xavier est la personnalité culturelle la plus médiatisée de 2014 chez nous, mais il est le premier Québécois à détrôner Céline Dion. Et ça, mes amis, c'est tout un exploit! Car, depuis une décennie, les rares fois où Céline s'est retrouvée en deuxième position du palmarès, c'était à cause de Madonna ou de Lady Gaga. Pour une fois, c'est un jeune Québécois qui la dépasse. Na na na na! Même Céline doit en être ravie.

La mauvaise nouvelle, maintenant: malgré le succès fulgurant de Xavier Dolan et de son film Mommy, le poids médiatique de la culture au Québec est en chute. En grosse chute libre. Ce n'est pas un phénomène nouveau, mais c'est une tendance qui se confirme et qui s'accélère d'année en année.

Selon Jean-François Dumas, d'Influence Communication, l'intérêt pour les arts et la culture a chuté de 30% au cours des 10 dernières années.

C'est pourquoi, même si Xavier Dolan trône au sommet de la pyramide culturelle, il n'occupe que le 22e rang dans le top 50 des personnalités, tous domaines confondus.

Premier en culture peut-être, mais la culture compte pour si peu que, mêlé au reste de la société, Xavier dégringole en 22e position, coincé entre le maire Régis Labeaume (21e) et le joueur de tennis Milos Raonic (23e). Plus navrant encore, quand on parcourt les 20 premiers noms de cette liste des personnalités les plus médiatisées de l'année, on retrouve pas moins de dix joueurs de hockey. Dix! Qu'ont-ils fait au juste pour mériter une si importante médiatisation? À part, bien entendu, jouer au hockey? Poser la question, c'est y répondre.

Qu'on le veuille ou non, le sport a encore tenu le haut du pavé médiatique au Québec en 2014, demeurant le sujet le plus traité, couvert et médiatisé. À lui seul, le sport a occupé 15,57% de l'espace médiatique au Québec. Il a été talonné par la politique (13,66%). La cuisine a continué son ascension médiatique et la culture, ce parent pauvre en voie d'être dépassé par la techno, l'automobile et pourquoi pas le tricot, n'a généré que 3,94% de la couverture médiatique. Désolant!

La chute s'est poursuivie à l'international alors que les produits culturels et les attraits touristiques québécois ont perdu 49% de leur pouvoir d'attraction dans les médias étrangers, supplantés par un bouquet de faits divers allant des manifs étudiantes jusqu'à la corruption en passant par les évasions de prison en hélico, la voleuse sexy et Luka Rocco Magnotta. Bravo!

Autre chiffre inquiétant (en fait, un chiffre tellement absurde que j'ai peine à y croire): selon les données d'Influence Communication, 97% de l'intérêt médiatique porté à l'industrie du livre sont consacrés aux livres... de cuisine. 97%!

Pour arriver à ce chiffre un brin hallucinant, la firme a compilé toutes les mentions, de la plus petite à la plus élaborée, dans tous les médias, y compris sur l'internet. Ainsi, 97% des livres qui ont été mentionnés par quelqu'un quelque part en 2014 étaient des livres de cuisine. C'est le volume des mentions qui veut ça. Pas leur qualité ou leur pertinence. Leur volume.

Idem pour le FFM, qui affirme être le festival montréalais qui médiatiquement rayonne le plus à l'international. En réalité, l'étude comparative commandée par le FFM portait sur le FFM, Juste pour rire et le Festival de jazz.

Or, la nature même du FFM - un festival où de nombreux pays sont en compétition - force quasiment les pays invités à faire mention du FFM dans leurs médias respectifs. Quant à la taille de la mention, elle est relative et peut aller de l'article-fleuve à l'entrefilet. Parions que l'entrefilet domine.

Dernier palmarès: celui des personnalités disparues en 2014. Personne ne sera surpris d'apprendre que Jean Béliveau est en première position et que Gilles Latulippe le suit de peu. Ma grande déception, c'est que Paul Buissonneau soit à l'avant-dernier rang du palmarès des 10 personnalités disparues les plus citées alors que ce diable d'homme a tant fait pour le théâtre et pour la culture québécoise avec sa Roulotte, son Picolo, son Quat'Sous, son Osstidcho et que sais-je encore. Il méritait mieux. Tellement mieux.

La culture en général aussi mérite mieux que cet espace riquiqui qui n'en finit plus de rétrécir au lavage. Un de mes voeux les plus chers pour 2015, c'est justement que la culture remonte la pente médiatique et reprenne ses droits dans la cité. En attendant, pour paraphraser Flora Balzano, qu'elle soigne sa chute.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer