Sang, sexe et merde

Lors de sa visite, notre chroniqueuse a pu... (Photo tirée de la page facebook de Malefycia)

Agrandir

Lors de sa visite, notre chroniqueuse a pu constater que la majorité des saynètes de Malefycia tournaient autour de la merde, du sang et du sexe.

Photo tirée de la page facebook de Malefycia

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une pièce sombre et petite qui vibre au son d'une musique assourdissante. Au milieu, un homme en string, les fesses nues, un pénis en caoutchouc attaché autour de la taille. Dans un coin, un écran de télévision où se déroule une scène pornographique.

C'est une des 11 pièces de la maison hantée Malefycia située au bassin Peel. La visite dure une vingtaine de minutes. Prix : 20 $.

Avant d'entrer, le visiteur, âgé de 18 ans et plus, doit signer une feuille qui « dégage Malefycia de toute poursuite ». « Je comprends qu'il y a des scènes explicite [sic] comme des scènes sexuels [sic] et que c'est une maison de l'horreur pour un public averti », peut-on lire.

Les spectateurs traversent des pièces où se déroulent les saynètes. Au menu : peur, phobies, sang, sexe et merde. La visite se déroule en petits groupes. J'étais avec deux couples*. Quand je suis entrée dans la pièce où se tenait l'homme en string et au pénis en caoutchouc, j'ai hésité entre le fou rire et l'appréhension.

L'homme, qui joue le rôle d'un obsédé sexuel, m'a poussée sur le divan. Il s'est assis sur moi et il a donné des coups de bassin en hurlant. Il a fait semblant de jouir. Un jet de faux sperme, mélange d'eau et de farine, nous a aspergés. On portait des combinaisons offertes par Malefycia pour protéger nos vêtements.

L'obsédé mimait presque une agression. Le tout se voulait ludique, c'est vrai, mais en cette ère d'extrême sensibilité où on ne badine pas avec la violence sexuelle, la scène était incongrue, vulgaire, déplacée.

La majorité des saynètes tournaient autour de la merde, du sang et du sexe. Dans une pièce minuscule qui sentait la merde à plein nez, un homme en couche jouait avec son caca qui était, en fait, du chocolat aspergé de liquide puant.

Plus loin, une femme enceinte, étendue sur un lit, poussait des hurlements. Elle a accouché d'un enfant (une poupée) mort-né avec le cordon autour du cou. Un homme l'aidait. Il a demandé aux visiteurs de partir, car il voulait la baiser. Pendant qu'on sortait, il lui a sauté dessus (toujours sur le mode ludique) en donnant des coups de reins.

Patrimoine Canada, le ministère de Mélanie Joly, a versé 45 700 $ à Malefycia. L'arrondissement du Sud-Ouest a apporté un soutien logistique à l'événement. Le député fédéral Marc Miller et la directrice générale de la Société de développement Quartier du Canal Lynda Brault ont écrit une lettre d'appui, sans oublier les sociétés privées qui l'ont commandité. Quant à Parcs Canada, il a loué le bassin Peel aux organisateurs.

Le nom de la ministre de l'Économie, Dominique Anglade, apparaît dans la demande de subvention de Malefycia auprès de Patrimoine Canada. Elle aurait écrit une lettre d'appui. C'est faux, elle a refusé d'endosser les créateurs.

« Leur projet était axé sur la famille, a expliqué l'attachée de presse, Cynthia Saint-Hilaire. La ministre n'était pas à l'aise avec l'idée d'associer enfants et horreur. »

Dans sa demande de subvention, Malefycia met l'accent sur la famille, « une fête foraine » à laquelle « les plus jeunes » peuvent participer. Le volet horreur, lui, est décrit sobrement, comme s'il avait été passé à l'eau de Javel.

Voici la description (je n'ai pas corrigé les fautes d'orthographe). « La maison de l'horreur [...] sera faite de pièce réaliste faisant vivres les plus grande peur. Pièce se rapetissant, histoire lugubre et pièce immersives seront mises en scène et animées pas des comédiens dans le but de faire vivre les plus grandes émotions aux festivaliers. »

Pas un mot sur la scatologie et la fausse couche. Rien non plus sur l'obsédé qui se jette sur les visiteurs. Même dans un contexte ludique, une telle scène banalise la violence sexuelle, surtout si elle reçoit la bénédiction de l'État à travers des subventions et des lettres d'appui.

Patrimoine Canada fait le même constat. « Les activités décrites dans la demande d'aide financière diffèrent grandement de celles finalement réalisées par l'organisme », a écrit le porte-parole dans un courriel, hier.

N'empêche, qu'est-ce que les pouvoirs publics viennent faire dans cette galère ? Est-ce que Patrimoine Canada a effectué les vérifications nécessaires avant de verser 45 700 $ à Malefycia ? Et est-ce que les députés signent des lettres d'appui à l'aveuglette sans connaître le contenu ?

***

Ils sont trois fondateurs, Caroline Allen, Mathieu Surprenant et Maxime Martin. Ils ont mis leurs économies en commun, 130 000 $, dans Malefycia. Le budget total est de 175 000 $.

Ils en sont à leur deuxième année. L'an passé, Malefycia était plus modeste, le spectacle ne durait que neuf minutes. Aujourd'hui, l'entreprise emploie 15 acteurs.

Mathieu Surprenant est le directeur artistique de Malefycia. C'est lui qui a imaginé les scènes. « J'ai misé sur le malaise, c'est là que l'horreur commence. »

Maxime Martin a dû le censurer. « Il voulait choquer », a-t-il dit.

- La scène sexuelle ne va-t-elle pas trop loin ?, ai-je demandé à Maxime.

- C'est vrai qu'il y a eu beaucoup de controverses autour de la sexualité. C'est peut-être pas le bon timing, mais tout est écrit depuis plusieurs mois. »

Mathieu et Maxime ont précisé que le maire du Sud-Ouest, Benoit Dorais, et deux fonctionnaires de Patrimoine Canada ont « adoré » le spectacle.

J'ai appelé Benoit Dorais. Il a visité les installations le soir de la première, mais il n'a pas été dans la maison hantée. Méchante nuance. Quant à Patrimoine Canada, « en aucun cas, les fonctionnaires ont indiqué qu'elles avaient "beaucoup aimé" l'activité ».

Patrimoine Canada ignorait que Malefycia présentait des scènes sexuelle et scatologique. « On est en train d'évaluer nos options, a précisé l'attaché de presse de la ministre Mélanie Joly, Pierre-Olivier Herbert. On a plusieurs recours. »

Le spectacle s'est terminé lundi, soir de l'Halloween. Il était à l'affiche depuis une dizaine de jours. Environ 5500 personnes ont défilé dans la maison de l'horreur... du sexe, du sang et de la merde.

* J'ai visité la maison hantée incognito, car je ne voulais pas une version édulcorée, expurgée des éléments les plus controversés. Je portais une caméra cachée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer