Gérald Tremblay, la victime

  • «Après 25 ans au service de la collectivité, je quitte la vie publique», a déclaré M. Tremblay. (Photo CHRISTINNE MUSCHI, Reuters)

    Plein écran

    «Après 25 ans au service de la collectivité, je quitte la vie publique», a déclaré M. Tremblay.

    Photo CHRISTINNE MUSCHI, Reuters

  • 1 / 9
  • Gérald Tremblay estime qu'on a trahi sa confiance, mais assure avoir agi chaque fois qu'il a été informé d'irrégularités. (Photo Graham Hughes, La Presse Canadienne)

    Plein écran

    Gérald Tremblay estime qu'on a trahi sa confiance, mais assure avoir agi chaque fois qu'il a été informé d'irrégularités.

    Photo Graham Hughes, La Presse Canadienne

  • 2 / 9
  • Le maire lors de son arrivée à l'hôtel de ville, lundi après-midi. (PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE)

    Plein écran

    Le maire lors de son arrivée à l'hôtel de ville, lundi après-midi.

    PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

  • 3 / 9
  • Pour son dernier discours, Gérald Tremblay a tenu à nier deux allégations. (PHOTO OLIVIER JEAN, COLLABORATION SPECIALE)

    Plein écran

    Pour son dernier discours, Gérald Tremblay a tenu à nier deux allégations.

    PHOTO OLIVIER JEAN, COLLABORATION SPECIALE

  • 4 / 9
  • Sa démission, il la présente comme« l'ultime sacrifice» (PHOTO OLIVIER JEAN, COLLABORATION SPECIALE)

    Plein écran

    Sa démission, il la présente comme« l'ultime sacrifice»

    PHOTO OLIVIER JEAN, COLLABORATION SPECIALE

  • 5 / 9
  • Louise Harel, chef de l'opposition a donné un point de presse lundi après-midi, puis s'est adressée aux médias après le discours du maire. (PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE)

    Plein écran

    Louise Harel, chef de l'opposition a donné un point de presse lundi après-midi, puis s'est adressée aux médias après le discours du maire.

    PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

  • 6 / 9
  • Richard Bergeron réagit après le départ du maire. (PHOTO OLIVIER JEAN, COLLABORATION SPECIALE)

    Plein écran

    Richard Bergeron réagit après le départ du maire.

    PHOTO OLIVIER JEAN, COLLABORATION SPECIALE

  • 7 / 9
  • Gérald Tremblay est réellement dans l'oeil de la tempête depuis le 1er octobre dernier. (PHOTO OLIVIER JEAN, COLLABORATION SPECIALE)

    Plein écran

    Gérald Tremblay est réellement dans l'oeil de la tempête depuis le 1er octobre dernier.

    PHOTO OLIVIER JEAN, COLLABORATION SPECIALE

  • 8 / 9
  • Avec ce départ, Gérald Tremblay laisse derrière lui de grands défis montréalais. (Phtoo Graham Hughes, La Presse Canadienne)

    Plein écran

    Avec ce départ, Gérald Tremblay laisse derrière lui de grands défis montréalais.

    Phtoo Graham Hughes, La Presse Canadienne

  • 9 / 9

Partager

Lundi soir, j'écoutais Gérald Tremblay annoncer sa démission et je n'en revenais pas. Une victime. «Pourquoi je n'ai pas été informé?» «Pourquoi les autorités en place n'ont rien fait?» «On a trahi ma confiance.»

Et lui? Rien. Une pauvre victime trahie par ses proches et abandonnée par Québec. C'est la faute des autres, pas la mienne, a-t-il dit en substance.

Il avait le même réflexe quand les journalistes déterraient un scandale. Il poussait les hauts cris, jurait qu'il ne savait pas et accusait les médias de vouloir sa tête. Là encore, ce n'était pas de sa faute.

Jusqu'à la toute fin, il persiste et signe: ce n'est pas moi, je le jure, on m'a joué dans le dos.

Est-ce vrai qu'il ne savait rien? Était-il vraiment naïf, incompétent ou Ponce Pilate? On ne le saura peut-être jamais, l'énigme reste entière.

Seul Martin Dumont, témoin peu fiable à la commission Charbonneau, relie directement Gérald Tremblay à des pratiques douteuses. Son parti, Union Montréal, aurait tenu une double comptabilité, une pour l'argent recueilli légalement, une autre pour l'argent sale, a affirmé Dumont. En voyant les deux comptabilités, le maire aurait dit: «Moi, je n'ai pas à savoir ça.»

Sauf que le témoignage de Dumont est faible. Il n'était qu'un petit organisateur politique. Il a gonflé son importance et il est le seul à mouiller le maire. Et il se fie à une phrase, une seule, qu'il a peut-être mal interprétée.

Mais vrai ou faux, le mal était fait, et Gérald Tremblay, qui n'avait plus une once d'autorité morale, a fini par démissionner. Il n'avait pas le choix, il devait partir. Ça, il le savait.

C'est bien la première fois qu'il savait quelque chose.

Gérald Tremblay a dit qu'il avait vécu un «calvaire qu'il ne souhaite à personne». C'est vrai que ses trois mandats ont été parsemés d'embûches. Et embûches est un mot faible.

Au début, Gérald Tremblay était un bon maire. Oui, oui, un bon maire. Il a hérité d'une nouvelle ville née dans la controverse et l'hostilité. Il n'a pas eu peur de nommer des têtes fortes dans son comité exécutif, des ex-maires de banlieue qui avaient férocement milité contre «une île, une ville», comme Peter Yeomans, Robert Libman, Georges Bossé. Ils étaient habitués de régner en roi et maître dans leur petite banlieue, mais Tremblay a réussi à les rassembler pour bâtir la nouvelle ville. J'avais écrit un éditorial pour parler du leadership tranquille de Gérald Tremblay. Eh oui, autre temps, autres écrits.

En 2004, le gouvernement libéral a cassé l'élan en lançant l'aberrant mouvement de défusions. Charest a mis un couteau sur la gorge de Tremblay. Montréal risquait l'éclatement. Tremblay a fait son gros possible, comme on dit, pour essayer de convaincre les anciennes banlieues de rester à Montréal. Il leur a donné trop de pouvoirs pour les garder dans son giron: droit d'emprunter, droit d'embaucher, droit d'imposer des taxes, droit de s'appeler maire et non président.

Résultat: Montréal s'est affaibli, il a été morcelé et est devenu ingouvernable. Mais ce n'est pas la faute de Tremblay.

Et cette fois, c'est vrai.

Qu'est-ce que l'histoire va retenir de Gérald Tremblay? Des choses bien peu flatteuses, j'en ai peur. C'est la première fois qu'un maire part en cours de mandat depuis Camilien Houde, en 1936.

L'heure devait être grave, très grave, pour que Gérald Tremblay prenne une telle décision. Ras-le-bol? Trop de pression? Son âge? Il a eu 70 ans en septembre. La santé fragile de sa femme qui a subi une opération l'été dernier? L'épais nuage de corruption qui plane obstinément au-dessus de l'hôtel de ville? Les points de presse qui se transformaient en pugilat avec les journalistes qui le bombardaient de questions sur la commission Charbonneau? Son message ne passait plus. Et sa hausse d'impôt foncier de 3,3% non plus.

L'histoire va probablement se rappeler sa sidérante incompétence. Il s'est entouré d'hommes qui l'ont trahi - c'est lui qui l'a dit - et les membres de sa garde rapprochée sont accusés de fraude, complot et abus de confiance.

Deux ex-fonctionnaires, Gilles Surprenant et Luc Leclerc, ont vidé leur sac devant la commission Charbonneau. Tout y est passé: pots-de-vin, voyages sur le bras, copinage avec les entrepreneurs, parties de golf avec le chef de la mafia, Vito Rizzuto. La corruption? Surprenant et Leclerc ont dit que tout le monde le savait, même les commis et les secrétaires. C'était un secret de polichinelle. Et Gérald Tremblay ne savait rien? Vraiment rien? Ou il a eu vent de rumeurs qu'il a vite balayées sous le tapis?

Oui, Gérald Tremblay a été un bon maire dans les deux ou trois premières années, et oui, il a réparé les tuyaux de Montréal, comme il aime le répéter.

Il a été un intendant, mais un bon maire? Non. Et c'est ça que l'histoire va retenir: le désastre des dernières années.

Pour joindre notre chroniqueuse: mouimet@lapresse.ca

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box
la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer