Le Village nouveau

Isabelle Corriveau, copropriétaire du Renard, avec deux employés... (PHOTO ÉDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE)

Agrandir

Isabelle Corriveau, copropriétaire du Renard, avec deux employés du nouveau bar du Village gai, Daniel D'Amours et Penelope P.

PHOTO ÉDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mario Girard
La Presse

Le Village gai a traversé une longue période noire et creuse. Il avait besoin d'un électrochoc. Celui-ci est en train de se faire. Il se fait lentement, mais il se fait. De nombreux signes annoncent un renouveau pour ce quartier de la communauté LGBT créé il y a 35 ans.

En novembre dernier, un nouveau bar a fait son apparition dans le Village, rue Sainte-Catherine. Il s'appelle Renard et symbolise, à mon avis, la renaissance de cette artère montréalaise, sans doute la plus grouillante quand vient l'été.

Lancé par Isabelle Corriveau et Marc-Antoine Coulombe, ce bar remporte un énorme succès. Les vendredis, il faut arriver tôt si on veut avoir une place pour le fameux 5 à 7. Fréquenté par une clientèle hétéroclite, pas nécessairement gaie et fortement composée de jeunes professionnels, le bar Renard atteint exactement les objectifs de ses deux jeunes propriétaires.

«On voulait un endroit où tout le monde pouvait se retrouver, sans discrimination. C'est pour cela qu'on a disposé de longues tables. Ça force les gens à se mélanger et à établir des contacts entre eux», dit Isabelle Corriveau.

Denis Brossard, président de la Société de développement commercial du Village, se réjouit de l'arrivée de ce bar qui donne un coup de jeune au quartier. «Il ne fait pas concurrence aux autres bars du Village, il fait concurrence à tous les bars de Montréal. C'est ça qui est merveilleux.»

Si le Village gai, créé à l'aube des années 80, a procuré longtemps un sentiment d'appartenance et de reconnaissance aux membres de la communauté LGBT, il est devenu aujourd'hui un lieu de rassemblement pour tous ceux qui ont envie de faire la fête, pour autant qu'ils mettent de côté leurs préjugés.

Confrontés à la présence des réseaux sociaux qui permettent la drague facile et rapide, de même qu'à une génération de jeunes gais qui sortent de plus en plus dans les «bars straight» avec leurs amis ou dans des soirées gaies hors Village (soirées Mec Plus Ultra ou Lez Spread the Word), les propriétaires de bars et de restaurants du Village n'avaient pas d'autre choix que de donner une orientation plus actuelle à leur quartier.

«Pendant longtemps, ça faisait chic de cracher sur le Village et de le dénigrer, surtout si tu étais gai. Mais cette époque est révolue», dit Denis Brossard.

En effet, grâce à son statut de rue piétonnière durant les quatre mois de l'été (un privilège sans doute très envié par plusieurs propriétaires de bars installés dans d'autres secteurs de la ville), à sa légendaire installation de boules (aux couleurs de l'arc-en-ciel cette année) de Claude Cormier et à la place qu'il offre à l'art public (on peut voir en ce moment une galerie à ciel ouvert présentant des photographies contemporaines), le Village attire aujourd'hui une faune bigarrée.

En quelques mois, outre le bar Renard, on a vu apparaître des enseignes qui viennent dynamiser le quartier. Parmi les nouveautés, notons le café La graine brûlée, le marché Rachelle-Béry et le bar District, le nouveau-né du Village.

«C'est un vidéo-lounge où, grâce à une application, tu peux faire des demandes spéciales», explique Danny Jobin, propriétaire de ce bar. 

«On ne cible pas juste les gais, mais aussi les jeunes professionnels qui ont envie de se détendre après le boulot.»

Les «institutions» du Village que sont Le Stud, l'Aigle, le Date Karaoke, le Cocktail, le Saloon, le Unity et l'incontournable cabaret Chez Mado continuent d'attirer leurs fidèles. Après une période difficile, le Sky a effectué d'importantes rénovations qui ont fait de son rez-de-chaussée un resto-bar.

Malgré ces améliorations, il reste encore quelques vestiges abandonnés (les anciens Bourbon et Drugstore) et des locaux qui, pour des raisons mystérieuses, demeurent éternellement vacants. Comment expliquer que l'édifice situé au coin de Sainte-Catherine et Amherst affiche dans ses vitrines des rouleaux de tissu depuis de très nombreuses années?

«Malheureusement, nous n'avons pas le contrôle là-dessus, dit Denis Brossard. La Ville de Montréal ne dispose pas de règlements suffisamment forts pour obliger les propriétaires à louer.»

Plutôt que de faire face à des taxes foncières importantes, certains propriétaires préfèrent ne pas louer et déclarer des dépenses qui leur procureront des réductions fiscales en attendant que la valeur de leur propriété augmente avec le temps.

Dans le Village, où 85% de ceux qui dirigent un bar ou un restaurant sont locataires, certains propriétaires exigent des sommes faramineuses pour la location de leur local. Les loyers peuvent varier de 5000 à 7000 $ par mois. «C'est sûr que ça décourage les investisseurs et particulièrement les jeunes qui ont de bonnes idées», dit Denis Brossard.

Selon un sondage réalisé il y a quelques jours par la Fondation Jasmin Roy, 38% des membres de la communauté LGBT aiment à sortir «régulièrement» ou «occasionnellement» dans des lieux où «des gens de la même orientation sexuelle» qu'eux ont l'habitude de se retrouver.

Cela vient détruire le mythe des «gais dans les bars tous les soirs». Cette proportion atteint toutefois 40% chez les 25-34 ans. Rajeunir et diversifier le Village? La clé se trouve sans doute là.

«Oui, les gais ont besoin d'un endroit pour se retrouver ensemble, ils ont besoin d'une reconnaissance, m'a dit Daniel, serveur au Renard. Mais en même temps, il y a quelque chose d'extraordinaire à voir dans le Village des clients que tu pourrais voir dans le Mile End.»

Et si, au bout de 35 ans, le Village devenait le symbole de l'ouverture et de la diversité sous toutes ses formes? Et s'il devenait le point de rencontre de tous ceux qui ne mettent pas de barrières au contact humain? En 2017, je crois que son rôle est là. Exactement là.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer