Héros et zéros de l'improvisation

Dans la nuit de mardi à mercredi, les... (Photo Patrick Sanfaçon, archives La Presse)

Agrandir

Dans la nuit de mardi à mercredi, les pompiers ont décidé de « s'imposer » pour venir en aide aux automobilistes coincés sur l'autoroute 13.

Photo Patrick Sanfaçon, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mario Girard
La Presse

Le méga embouteillage survenu sur l'autoroute 13 dans la nuit de mardi à mercredi lors de la tempête qui a frappé (le mot est faible) la métropole a été le lieu de rendez-vous de l'incompétence, de l'inaction et de la mauvaise foi (C'est pas ma faute, c'est la sienne !). Ce fut aussi un chef-d'oeuvre d'improvisation.

À travers le froid, la faim et l'inquiétude,... (PHOTO PATRICK SANFAÇON LA PRESSE) - image 1.0

Agrandir

À travers le froid, la faim et l'inquiétude, des policiers ainsi que de bons Samaritains ont soutenu les plus découragés.

PHOTO PATRICK SANFAÇON LA PRESSE

Mercredi, le ministre Laurent Lessard a soutenu que... (Photo Ivanoh Demers, archives La Presse) - image 1.1

Agrandir

Mercredi, le ministre Laurent Lessard a soutenu que des problèmes de communication et de coordination avait causé le cafouillage vis-à-vis de l'embouteillage monstre sur l'autoroute 13.

Photo Ivanoh Demers, archives La Presse

Nous qui vivons dans une ville nordique qui, depuis des décennies, suscite l'admiration à l'étranger pour son sens de l'organisation et la qualité de son équipement en cas de tempête de neige, avons fait preuve d'un véritable amateurisme.

L'hiver, c'est nous, il nous appartient, il nous symbolise. Nous savons comment composer avec lui et comment lutter contre les épreuves qu'il dresse devant nous depuis quatre siècles. Ce qui s'est passé mercredi est inexcusable. Inacceptable.

À la manière de la Ligue nationale d'improvisation, voici une distribution de pénalités et d'étoiles aux mauvais et bons joueurs de cet épisode-catastrophe qui a maintenu près de 300 véhicules prisonniers pendant une douzaine d'heures.

LES PÉNALITÉS

  • Pénalité pour incompétence et rudesse au ministre Laurent Lessard: Le grand fautif dans cette affaire est le ministre des Transports, Laurent Lessard. C'est son ministère qui aurait dû prendre les devants dans cette vaste opération. Les 100 appels faits durant cette nuit infernale par la SQ auprès du MTQ et dévoilés par La Presse jeudi sont aussi déplorables que scandaleux. Et qu'a trouvé le ministre pour réagir à l'inaction de ses équipes ? Il a offert son air le plus bête aux journalistes qui le sommaient de s'expliquer. Les journalistes étaient agressifs, car ils connaissaient, à ce moment-là, les ratés de cette tempête. Est-ce que Laurent Lessard était vraiment conscient du mauvais travail accompli par son équipe au même moment ?

  • Pénalité pour hésitation et manque de leadership à la SQ: La SQ est responsable de l'autoroute 13. Le ministère dont elle relève, celui de la Sécurité publique, est le cousin du MTQ. La SQ était la seule autorité qui avait des représentants sur les lieux de l'embouteillage. En fait, les policiers de la SQ présents sur place étaient prisonniers de la situation, tout comme les automobilistes. Et la SQ n'a pas su alerter les têtes compétentes de la gravité de la situation. La SQ attendait l'aide du MTQ qui attendait l'aide du sous-traitant chargé du déneigement, Roxboro Excavation. À un moment donné, il faut cesser d'attendre et prendre le contrôle des opérations, ce que n'a pas fait la SQ.

  • Pénalités pour obstruction et entêtement aux camionneurs: On le sait maintenant, les camionneurs à l'origine du blocage sur la 13 ont refusé d'être remorqués. Ma collègue Gabrielle Duchaine s'est entretenue avec un porte-parole de Burstall, l'entreprise qui a l'exclusivité du remorquage sur cette autoroute. Celle-ci a proposé une intervention de dépannage à au moins quatre reprises aux camionneurs au cours de la soirée et de la nuit. Ces derniers ont refusé afin d'éviter des frais de plusieurs centaines de dollars. Pas fort messieurs, vraiment pas fort !

  • Pénalité pour confusion aux auteurs des plans d'intervention du MTQ: Les événements connus plus tôt cette semaine nous ont permis de découvrir que le MTQ dispose d'un plan d'intervention archi complexe (un processus de 94 étapes) en cas de situation d'urgence. Si on avait demandé aux auteurs de ce plan de produire quelque chose d'indéchiffrable, ils n'auraient pas pu faire mieux. Comprendre et décoder les organigrammes de ce plan prend environ une douzaine d'heures, soit le temps que les automobilistes ont passé dans leur voiture dans la nuit de mardi à mercredi. Je blague. Mais à peine.

LES ÉTOILES

  • Les pompiers de la Ville de Montréal: la SQ a pris contact avec le Service de sécurité incendie de Montréal (SIM) au milieu de la nuit en disant qu'ils allaient les rappeler advenant qu'une aide s'avérait essentielle. Deux heures et demie plus tard, le SIM a pris la décision, envers et contre tous, d'envoyer des équipes d'urgence sur place. La présence des pompiers sur l'autoroute 13 a largement contribué à dénouer cette impasse kafkaïenne. Bravo à ceux qui ont pris cette décision et bravo aux pompiers qui sont intervenus !

  • Le maire Denis Coderre: l'enquête externe qui sera menée nous dira exactement ce qui n'a pas fonctionné dans cette opération. Soulignons toutefois la transparence dont a fait preuve l'équipe de Denis Coderre en rendant public très rapidement le récit des événements. C'est ainsi que nous avons appris que deux réunions (la première vers minuit et une seconde deux heures plus tard) ont été tenues par les responsables de la sécurité civile dans la nuit de mardi à mercredi. Malheureusement, personne du MTQ (présent à la première réunion et absent à la deuxième) n'a dit à cette équipe que des centaines d'automobilistes étaient coincés sur l'autoroute 13. Une information capitale qui aurait contribué à mettre en place plus rapidement une opération de secours.

  • Les bons Samaritains: les automobilistes qui sont restés coincés sur la 13 dans la nuit de mardi à mercredi ont vécu un traumatisme. Ils ont connu l'inquiétude. Ils ont eu froid et faim. Ils ont été gagnés par la rage. Ils se sont sentis seuls et abandonnés. Et à travers tout cela, il y a eu de bons Samaritains qui ont soutenu les plus découragés, qui ont accepté de partager la chaleur de leur voiture, qui ont prêté leur téléphone cellulaire qui avait encore du jus, qui ont pelleté autour de certaines voitures, qui ont poussé des véhicules embourbés, qui ont survolté des batteries ou qui ont pris à leur bord des gens pour les amener dans un endroit chaud et accueillant. À tous ces gens, nous disons un grand merci. Sachez que vous êtes des héros.

  • Mention spéciale aux excuses de Philippe Couillard: Oui, il a trop facilement exonéré son ministre des Transports et son ministre de la Sécurité publique, mais soulignons quand même l'aplomb des excuses du premier ministre Philipe Couillard. Faut d'ailleurs voir la grimace qu'esquisse Laurent Lessard, présent lors de cet instant, quand Philippe Couillard déclare que « la réponse à cette situation exceptionnelle n'a pas été proportionnelle à son importance ».




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer