Le vilain sapin de Montréal

Mario Girard... (PHOTO LA PRESSE)

Agrandir

Mario Girard

PHOTO LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mario Girard
La Presse

J'étais à une dizaine de mètres de lui quand j'ai entendu une femme dire à son mari : « Ouain, on peut pas dire qu'ils se sont forcés ben ben fort ! » Comme des milliers de Montréalais, cette femme donnait son opinion sur le sapin, prétendument le plus haut du pays, installé depuis mercredi en plein coeur de la place des Festivals.

Le sapin installé à l'entrée du Grand Marché de... (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE) - image 1.0

Agrandir

Le sapin installé à l'entrée du Grand Marché de Noël, à l'angle des rues Jeanne-Mance et Sainte-Catherine, est un baumier du Québec entièrement naturel.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Une laideur ! Une honte ! Un chicot ! Le sapin de 88 pieds a droit aux pires insultes sur les réseaux sociaux. Philippe Pelletier, l'un des propriétaires de Sapin MTL, l'entreprise qui a déniché et installé ce sapin, est très déçu de la réaction du public. « Les gens sont tellement méchants. Nous, on a juste voulu bien faire et offrir un cadeau à la Ville de Montréal », m'a-t-il dit hier.

L'an dernier, Philippe Pelletier a voulu réaliser un coup publicitaire en organisant une compétition de lancer du sapin lors de l'Igloofest. Cette année, il est allé chercher une petite subvention de 2500 $ et un commanditaire afin de pouvoir offrir à Montréal le sapin le plus haut du monde.

Philippe Pelletier voulait un sapin plus grand que celui qui trône chaque année, depuis 1931, devant le Rockefeller Center à New York. Manque de pot, les New-Yorkais ont décidé de battre leur propre record. Celui qui a été inauguré mercredi soir fait 93 pieds. Non seulement notre sapin est le plus laid, mais il n'est pas le plus grand. Quel déshonneur ! Rendu là, allons tous nous cacher dans des grottes pour le temps des Fêtes !

C'est sûr que lorsqu'on tombe sur le fameux sapin, situé à l'entrée du Grand Marché de Noël, à l'angle des rues Jeanne-Mance et Sainte-Catherine, on a un choc. Mais une fois la surprise passée, on lui trouve plein de qualités. 

Ce sapin est un peu comme un petit chien bâtard dont personne ne veut et qui nous séduit avec ses grands yeux tristes. Je l'avoue, au bout de deux minutes, j'ai craqué pour ce sapin imparfait. J'ai voulu l'adopter. Je me contenterai de le défendre dans cette chronique.

D'abord, si on avait voulu un beau sapin comme à New York, il aurait fallu faire comme les New-Yorkais. Philippe Pelletier m'a expliqué qu'une équipe américaine travaille pendant un mois à préparer l'arbre afin qu'il ait une forme conique impeccable. Cette équipe fait exactement ce que ma mère faisait : elle demandait à mon père de couper des branches dans le bas du sapin, de percer des trous avec sa Black & Decker et d'ajouter des branches partout où il y avait des espaces vides. Maniaque, ma mère ? Pas à peu près.

Le sapin de New York qui a été inauguré jeudi, une épinette de Norvège, est composé d'un arbre repéré grâce à une recherche en hélicoptère. Il a ensuite été transporté à New York et « enrichi » de plusieurs autres sapins, il est décoré de 45 000 ampoules DEL et son sommet est orné d'une étoile composée de 25 000 cristaux créés par la maison Swarovski. On évalue les coûts de cette opération à environ 100 000 $.

Notre sapin est un baumier du Québec entièrement naturel qui a coûté nettement moins cher (son prix n'a pas été dévoilé). Les coûts de son achat et des lumières ont été couverts par Canadian Tire qui s'offre du coup une commandite très visible (les ornements publicitaires en guise de décoration sont un peu trop criards à mon goût, surtout le jour).

Je ne suis pas le seul à aimer le vilain sapin de Montréal. Mathieu, Alex, Adèle et Alexandra, tous étudiants dans la vingtaine, regardaient l'arbre d'un air attendri hier lorsque je les ai accostés. « On le trouve funky, cet arbre », a dit Alex. « On va faire partie des 50 % des gens qui aiment ce sapin », a ajouté Mathieu.

Au pied du sapin, Henri Lamarre tient un petit kiosque de jouets. « J'entends plein de commentaires négatifs, mais je le trouve cool, cet arbre. » Non loin de nous, Cecilia tentait de se prendre en égoportrait devant le sapin. La femme s'était déplacée spécialement pour voir l'arbre. « Il n'est pas beau, mais, je ne sais pas pourquoi, je l'aime quand même. »

Ce débat autour de l'apparence de ce sapin en dit long sur notre rapport à l'apparence esthétique. Dans un monde qui n'aime que le côté lisse et reluisant des choses, un sapin entièrement naturel, avec ses défauts, sa forme imparfaite, ses branches inégales et son sommet trapu, nous apparaît comme quelque chose de grotesque, de répulsif. Pire, il inspire la défaite et un certain côté « loser ». 

Alors, on fait avec ce sapin comme on fait avec tous les marginaux qui vivent dans nos sociétés, on le rejette, on rit de lui, on le méprise.

Si on veut un beau sapin « botoxé » et « lifté », qu'on fasse comme les New-Yorkais : inventons-en un qui n'existe que dans nos fantasmes et les décors de Casse-Noisette. Demandons à Birks de fournir les décorations, aux étalagistes de Holt Renfrew de le parer et à Michèle Richard de venir chanter Petit papa Noël lors de la soirée d'inauguration. Je comprends ce désir de vivre à tout prix la fameuse « magie de Noël », mais je trouve que notre obsession de la perfection et de la beauté nous fait parfois perdre le contrôle.

Lors de ma conversation avec les quatre étudiants, Mathieu a dit quelque chose d'important. Il a dit que ce sapin était à l'image des Montréalais, car il symbolise la diversité. Il a totalement raison, je trouve. Ce sapin nous représente parfaitement bien. Il est un amalgame de plein de choses. Il est imposant, majestueux, mais il est aussi un peu déglingué (n'ayons pas peur des mots), rebelle et échevelé. Il est surtout unique et authentique.

Peut-être que ce vilain sapin est en train de fournir aux Montréalais un symbole. Et si, chaque année, au lieu de se créer un arbre de catalogue Sears, on s'évertuait à trouver celui qui est le plus vrai, le plus naturel, le plus authentique ? Ça nous rapprocherait de la sincérité. Une denrée rare de nos jours.

Et en plus, ça nous ferait un bon sujet de discussion le 24 au soir autour de la dinde.

« Non mais y est-tu assez laitte le sapin cette année !

- Oui, ils l'ont vraiment bien choisi ! »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer