La montagne cul-de-sac

Le jeune cycliste Clément Ouimet est mort après... (PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le jeune cycliste Clément Ouimet est mort après avoir été happé par une voiture sur la voie Camillien-Houde, qui traverse le mont Royal, le 4 octobre dernier.

PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE

« C'est vrai, admet Luc Ferrandez, que c'est réellement une pause fortuite, presque un moment de grâce... »

J'ai Luc Ferrandez au bout du fil et on parle de la traversée en voiture de ce mont Royal qu'il veut transformer en impasse.

Il reconnaît que c'est un plaisir de prendre la montagne pour traverser la cité, surtout au coucher du soleil ou quand la ville stresse et que ses arbres relaxent, mais le maire du Plateau et maintenant responsable des parcs à la Ville ne bronche pas.

Il veut en faire un cul-de-sac.

Un cul-de-sac à autos, un chemin sans issue, une voie sans compromis. On discute et on a justement l'impression d'être au bout d'une route qui ne veut pas aller plus loin.

Son idée est faite : même s'il est d'accord que grimper et descendre tranquillement la montagne en voiture pour passer de l'est à l'ouest de la ville est un moment de bonheur, il faut y mettre fin. « Faites le deuil de votre parkway », m'a-t-il dit hier en entrevue. La discussion est terminée.

M. Ferrandez est convaincu que dresser un mur entre l'Est et l'Ouest est la solution aux tragédies routières.

Dites-lui que ce chemin fait partie de nos quotidiens, de nos plaisirs à vivre en ville, qu'il relie deux versants de la ville géographiquement et culturellement, qu'il est au coeur de nos paysages urbains, ceux qu'on veut voir tous les jours, pas juste les week-ends, qu'il fait partie des lieux spectaculaires qu'on montre aux touristes, bref de notre ADN, et il évoquera la mort du jeune cycliste l'automne dernier. 

C'est vrai que c'est un argument efficace. Personne ne veut être contre la vertu et avoir l'air d'un gros cave insensible.

Pas facile, donc, de dire haut et fort qu'on est contre ce projet-pilote devant entrer en vigueur au printemps.

J'ai d'ailleurs tout entendu depuis que j'ai commencé à dire que je n'étais pas d'accord avec cette idée de nous obliger à faire un virage en U une fois rendu en haut du mont Royal. De revenir sur nos pas.

« T'aimes pas le vélo ? » « T'es pro-auto ? » « Et la mort du jeune cycliste ? »

Soupir.

Évidemment, j'adore le vélo, je ne suis pas exactement une conductrice de VUS fanatique de la pollution et de la congestion et oui, j'ai été profondément touchée par la mort du jeune Clément Ouimet. Et je demeure follement inquiète pour les autres cyclistes qui s'éclatent sur le chemin Camillien-Houde comme il le faisait, à des vitesses de folie, comme l'a décrit sa mère dans l'entrevue accordée à La Presse.

Je suis même très sensible à la nécessité d'apporter d'importants correctifs à la situation actuelle pour chasser les cow-boys du volant.

Mais est-ce que je trouve qu'il faut empêcher totalement les Montréalais de traverser la montagne ? Non.

***

Je déclare mes intérêts : j'utilise ce chemin. Pourquoi ? Parce que c'est une route magnifique. Ce n'est pas une façon de gagner du temps. À moins de bouchons majeurs liés à la construction sur Côte-Sainte-Catherine, Édouard-Montpetit, l'avenue des Pins ou Docteur-Penfield, il ne fait pas gagner de temps.

Prendre ce chemin, c'est plutôt juste, pour moi, une façon de plonger dans le parc et vivre autrement la ville. Et je me dis « wow » chaque fois.

Prendre ce chemin apporte la Montagne dans ma vie d'une autre façon que la course sur le chemin Olmsted ou le patin au lac aux Castors.

Je prends ce chemin de la même façon que, lorsque j'habitais Ottawa, je prenais la promenade du Colonel By pour longer le canal Rideau et traverser la capitale du nord au sud. Ce n'est généralement pas plus rapide, juste tellement plus zen et joli. C'est une façon différente de se déplacer. C'est ce que les concepteurs de ces parcs voulaient en faire.

***

Dans son entrevue au micro de Paul Arcand il y a quelques jours, comme avec moi hier, Luc Ferrandez a en outre été très clair : le but de la conversion des chemins du mont Royal en culs-de-sac n'est pas uniquement une question de sécurité. Le but, c'est aussi de déplacer la circulation ailleurs. 

Et si cela crée d'autres bouchons, tant pis. L'administration veut convaincre les Montréalais de ne plus prendre leur voiture.

Mais est-ce une bonne façon de changer les habitudes ?

N'y a-t-il pas moyen, plutôt, de chercher des compromis ?

Et veut-on vraiment augmenter la circulation sur les deux axes évidents de contournement de la montagne - Édouard-Montpetit et Des Pins - qui tous deux transpercent les campus de deux universités et sont fréquentés chaque jour par des milliers d'étudiants ? Quand il y aura un accident en face de l'Université de Montréal ou de McGill, un jeune fauché par un chauffard fâché, bloquera-t-on ces artères aussi ?

***

Le problème que l'on veut diminuer, c'est la vitesse et le nombre de voitures.

OK.

Et on veut protéger les cyclistes ?

OK.

Pourquoi pas plus de feux, de stops, de dos d'âne, de limites de vitesse plus strictes, une voie plus étroite, une piste cyclable aménagée de façon sécuritaire ?

Pourquoi ne pas limiter la circulation sur des périodes précises ? Le week-end, comme on fait à Central Park ? Ou limiter le transit durant les heures de pointe, comme on le fait pour limiter l'achalandage utilitaire de certains secteurs dans toutes sortes de villes européennes ?

Les solutions possibles sont multiples.

Et que va-t-on faire exactement avec les cyclistes qui descendent la côte à 80 km/h, circulation bloquée en cul-de-sac ou pas ? On les protège comment, exactement, d'une chute ou d'un accident ?

Et on fait quoi des visiteurs arrivant de l'est qui voudront accéder au secteur ouest, là où on patine et on fait des barbecues ? Devront-ils faire le tour de la montagne pour arriver du bon côté ? Même chose pour ceux qui arrivent de l'ouest et veulent juste aller au belvédère et dont les voitures seront bloquées presque à mi-chemin de leur périple ?

La liste des aberrations est interminable.

Mais la principale absurdité, c'est cette idée que bloquer une voie, couper une ville en deux, isoler un parc, est une solution pour avancer, s'unir et se développer.




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer