| Commenter Commentaires (8)

La guerre des sexes

On dira bien sûr que je suis prude. Que les démonstrations de post-féminisme... (Photo: AFP)

Agrandir

Photo: AFP

Partager

On dira bien sûr que je suis prude. Que les démonstrations de post-féminisme m'échappent. Que je ne sais pas apprécier le girl power lorsqu'il se présente en tenue légère, avec des ailes d'ange et un balconnet.

On dira que je sous-estime l'effet de catharsis que représente, pour l'ensemble des femmes, le privilège de voir défiler d'autres femmes, plus jeunes, plus minces, mais moins habillées, à la télévision.

Mardi soir était diffusé, sur la chaîne américaine CBS, le défilé annuel du détaillant de lingerie Victoria's Secret. Manifestation on ne peut plus édifiante du progrès de la condition féminine et preuve irréfutable qu'en 2012, comme dirait Carla Bruni, le féminisme n'a plus de raison d'être.

Il est rassurant de constater que la femme-objet ne sert plus seulement à meubler les concours de «Miss», mais à vendre des bobettes en latex pendant que Justin Bieber, chérubin à peine remis de la préadolescence, se prend pour Casanova.

On ne pourra reprocher à Victoria's Secret son manque de constance: depuis la première télédiffusion de son défilé, en 2001, l'entreprise n'a jamais dérogé à la règle du modèle corporel unique (sans indice de gras). On ne dira jamais assez de bien d'une infopub kitsch qui invite les hommes à se rincer l'oeil, tout en laissant aux femmes le loisir de se trouver grosses et indésirables.

Le jour même de la diffusion de cette pétarade de dessous affriolants, le Geena Davis Institute on Gender in Media (organisme fondé en 2004 par l'actrice de Thelma and Louise et Commander in Chief) dévoilait les résultats de la plus récente étude sur l'image de la femme à la télévision et au cinéma américains. Ironique, oui.

Si personne ne conteste qu'il y a eu une réelle évolution dans la représentation de la femme à l'écran, le grand comme le petit, depuis 30 ans, les dernières statistiques démontrent que la guerre pour l'égalité des sexes au cinéma et à la télévision est loin d'être gagnée. Les images stéréotypées de la femme sont toujours omniprésentes dans les oeuvres de fiction, notamment celles destinées aux enfants.

Réalisée par des chercheurs de la University of Southern California, l'étude du Geena Davis Institute s'est intéressée à 129 films pour la famille, ayant pris l'affiche entre 2006 et 2011, ainsi qu'à 275 émissions de télévision diffusées à heure de grande écoute en septembre 2012, sur dix grandes chaînes américaines.

Ses conclusions n'ont rien de réjouissant. «Les personnages féminins sont toujours marginalisés, stéréotypés et sexualisés dans les émissions de télé populaires et les films pour la famille, constatent les chercheurs. Non seulement les femmes sont sous-représentées à l'écran, mais elles travaillent moins, occupent des postes moins prestigieux que les hommes et semblent principalement servir d'élément de décor.»

Selon l'étude, dans les comédies diffusées à heure de grande écoute aux États-Unis, 68% des hommes ont des rôles «parlants» contre seulement 31% des femmes. Et il y a encore moins de personnages féminins ayant voix dans les films destinés à la famille (28%).

Des statistiques éloquentes illustrent à quel point les Américains restent loin de la parité dans l'attribution des rôles à la télé et au cinéma. Les chercheurs ont déterminé que seulement 22% des émissions diffusées en prime time pouvaient se targuer d'une distribution équitable entre comédiens et comédiennes. Alors que seulement 11% des films dits «pour la famille» offrent autant des rôles importants à des personnages masculins que féminins.

Au Québec, sauf erreur, aucune étude approfondie sur le sujet n'a encore été publiée. La sociologue et auteure Anna Lupien prépare, pour le regroupement Réalisatrices équitables, une étude sur la représentation des femmes au cinéma, qui devrait être rendue publique le printemps prochain.

«Nous espérons aller en profondeur dans la réflexion, m'a-t-elle dit hier. Afin de bien cerner les personnages, leurs quêtes, leurs métiers, leurs compétences, leur importance dans le récit, leurs rapports amoureux et sexuels, et faire état de la manière qu'ils sont représentés, de la façon la plus objective possible.»

Anna Lupien avait participé, l'an dernier, à une autre étude commandée par Réalisatrices équitables, sur la faible proportion de femmes cinéastes, qui avait démontré que dans les 31 longs métrages de fiction québécois ayant pris l'affiche en 2010, les réalisateurs avaient, dans 85% des cas, accordé les rôles principaux à des hommes.

À l'hiver 2011, à la télévision québécoise, le pourcentage de fictions dont l'action était centrée autour de personnages féminins était de 63%, contre 81% pour les personnages masculins (la plupart des séries et téléromans comptant à la fois des hommes et des femmes comme personnages principaux).

Il serait intéressant de constater, étude exhaustive à l'appui, comment la télévision québécoise se mesure à la télévision américaine dans sa représentation des personnages féminins. M'est avis qu'une série comme Unité 9 reste, encore aujourd'hui, l'exception qui confirme la règle.

Une règle qui, malheureusement, s'apparente encore trop souvent aux stéréotypes sexuels de téléréalités comme Occupation double, au machisme larvé de plusieurs scénarios de films et au cliché éculé de dizaines de jeunes femmes défilant en sous-vêtements, à talons hauts, des ailes d'ange dans le dos, sans que quiconque n'y trouve quoi que ce soit à redire.

Partager

publicité

Commentaires (8)
    • Merci Marc.
      J'espère qu'un jour les humains vont comprendre qu'il n'y a qu'une seule espèce d'humain, toutes races et tout genre confondus.

    • Il ne faut pas oublier dans cette retwittage de statistique que c'est la femme moderne qui est la principale consommatrice de toutes ces émissions. Même chose pour les magasines pour femme dans les pharmacies et supermarchés. Les hommes mi-trentaine comme moi sont bien loin de tous ce blabla. La télé québécoise est absente de mes divertissements et la télé américaine que je regarde est majoritairement des séries cablés avec justement des personnages qui sortent de ces cadres. Je dirais que derrière tout ça c'est justement les enjeux commerciaux qui eux ont grand besoin de ces images pour vendre tout leur tralala. Et ça semble marché car même marc cassivi écrit un article la dessus. Parlez en en bien ou en mal mais parlez en.

    • Qu'en est-il dans les pays scandinaves, ces pays réputés progressistes?

    • Il faudrait défénir ce qu'est le rôle de la femme (et de l'homme) en 2013.
      Ce n'est pas très clair en Amérique dans notre société de consomation.

    • Merci. La représentation des femmes dans les médias reste aujourd'hui bien problématique que ce soit en matière d'image corporelle ou d'image du rôle social que doit avoir une femme en 2012. J'ai bien aimé le passage de l'article sur la représentation des femmes dans les films pour la famille. Pour ne citer qu'exemple, Walt Disney ne produit presqu'exclusivement des films ayant pour héros un homme ou, lorsque c'est une femme, ayant pour héroïne une femme qui cherche l'amour d'un homme. Cette façon de présenter les femmes a certainement ces effets pervers qui poussent les femmes à limiter ce qu'elles valent à leur apparence ou à leur capacité de s'attirer l'amour d'un homme. Quoiqu'en dise Carla Bruni, la représentation des femmes dans les médias, compte tenu de l'importance que prennent les médias, est toujours un sujet d'actualité en 2012 (2013).

    • Question : Peut-on faire une corrélation entre d'une forte majorité représentant des hommes à la TV avec l'augmentation d'auditoire du genre féminin?

    • Je tiens a remercier M. Cassivi, pour la pertinence de son propos. Je vous témoigne mon plus grand respect. Je suis heureuse de constater qu'il y a des hommes qui pensent comme vous. Je trouve cependant cela déplorable de constater que des femmes encouragent la perpétuation de cette vitrine de femmes-marchandise aux proportions dénaturés soit en regardant le défilé annuel ou en achetant les produits de Victoria's Secret. J'aimerais qu'on soit plus solidaire entre femmes,mais je suis certainement utopiste. Je me dis qu'en achetant jamais de revues de filles, où l'on se plait a montrer a chaque deux pages des mannequins anorexiques, et en n'encourageant pas des marques qui utilisent les femmes comme de la chair fraîche je tente d'être un peu cohérente avec mes convictions personnelles. Il est triste de constater que nous semblons souvent être dépendant de se qui nous fait souffrir, tant de femmes qui achetent des magasines de modes pour ensuite passer des heures à se trouver laide devant le miroir. Pourquoi faisons nous cela, nous aimons souffrir... Je ne sais pas. Nous n'en avaons pas déjà assez de tous les panneaux publicitaires dans les lieux publics que nous avons en pleine face à chaque jours sans compter des publicités de mauvais goût à la télévision...au moins pour ca je peux encore zaper et avoir le contrôle sur ce que j'ai le goût de regarder. Je suis déçue et amère, de constater que les choses ne sont pas prête de changer et propablements qu'elles ne vont qu'empirer même. Amère, d'avoir constaté dans mon métier de travailleuse sociale, tant de souffrance, tant de troubles alimentaires, tant de mal de vivre. Les problèmes de santé mental tels les troubles alimentaires explosent...mais ca ne dois pas être trop important. J'imagine qu'on doit attendre un drame avant de pouvoir espérer que les choses changent...qui va se lever afin d'imposer des normes sur les publicités et tous ce qui est diffusé au grand public. Merci pour votre article.

    • Unité 9, la Galère, Mauvais Karma ... on peut au moins se réjouir d'avoir de belles grandes exceptions!

Commenter cet article

Les commentaires sont maintenant fermés sur cet article.

Nous vous invitons à commenter les articles suivants:

Veuilez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer