La « culture du viol », vraiment ?

Des marcheurs ont défilé mercredi soir, place Émilie-Gamelin... (PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE)

Agrandir

Des marcheurs ont défilé mercredi soir, place Émilie-Gamelin à Montréal, pour les victimes d'agressions sexuelles.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ainsi donc, nous baignerions dans « la culture du viol » ? Autrement dit, dans une société qui cultive et encourage la violence sexuelle ?

Attention aux mots, ils peuvent pervertir les meilleures intentions du monde. Ce n'est pas parce que l'on doit combattre la violence sexuelle que l'on peut dire n'importe quoi.

La soi-disant « culture du viol » qui imprégnerait nos villes et nos campagnes est une construction idéologique, née dans les départements de « women studies » nord-américains qui s'inscrivent dans le courant le plus radical du féminisme. Les médias ont ensuite repris l'expression comme si elle allait de soi.

Retombons sur terre. Jamais, à aucun moment de l'histoire de l'humanité, les femmes - du moins celles qui ont le privilège de vivre dans des pays démocratiques - n'ont été plus protégées, plus respectées et plus encouragées à s'affirmer qu'à notre époque.

Jamais la violence sexuelle n'a été plus jugulée et réprouvée qu'aujourd'hui.

Oui, il y a encore des femmes battues ou violées. Mais justement, ces cas font la manchette parce qu'ils sont rares, beaucoup plus rares qu'à l'époque d'avant la révolution féministe.

Si n'importe quelle allégation d'« agression sexuelle », même la moins documentée, cause autant de remous, c'est justement parce que la violence sexuelle est devenue le tabou ultime des démocraties modernes.

Des preuves ? En voici quelques-unes...

Ce sont ses propos sexistes qui ont causé la perte (peut-être définitive) de Donald Trump, plus encore que ses attaques contre les Mexicains et les immigrants, qui étaient objectivement beaucoup plus graves que ses vantardises ridicules de vieux macho.

Les femmes peuvent se permettre de mépriser ouvertement les hommes, mais l'inverse est impossible. Si un homme public avait dit à propos des femmes la moitié de ce qu'a dit à Tout le monde en parle la fameuse Anne-France Goldwater, il aurait été lynché sur le champ.

Imaginez qu'il ait démontré, claquement de langue et clin d'oeil à l'appui, que « les belles filles » sont des « p'tits morceaux » qu'on appelle comme un animal. Imaginez qu'il ait dit : « Les femmes sont utiles, mais pas pour grand-chose ». Mais c'étaient les hommes qui étaient ici dénigrés, alors tout le monde a trouvé ça très drôle.

En fait, l'influence du féminisme a été telle que nos sociétés adoptent de plus en plus des valeurs et même des comportements traditionnellement féminins, comme la notion de « care » (prendre soin d'autrui). Quand on voit le monde scolaire stigmatiser les comportements spontanés des petits garçons, ou le chef de la GRC fondre en larmes en demandant pardon pour la discrimination passée, c'est tout de même le signe que quelque chose a changé !

En fait, les Québécoises vivent dans un tel cocon, à comparer avec ce qui se passe dans le reste du monde, qu'elles risquent de se mettre en danger quand elles vont à l'étranger.

« Elles croient qu'elles auront droit à la même sécurité qu'au Québec et que rien de fâcheux ne leur arrivera », raconte un diplomate qui a oeuvré dans des plusieurs pays « difficiles ».

Oui, mais les statistiques ? Une femme sur trois, au Québec, aurait été « agressée sexuellement » après l'âge de 16 ans.

C'est beaucoup, mais tout dépend de ce qu'on entend par cette expression. La langue populaire, suivant en cela l'évolution du Code criminel, a effacé la distinction cruciale entre le viol véritable - la pénétration effectuée sous la contrainte - et toutes sortes de comportements (attouchements, embrassades, commentaires sexistes, etc) qui, aussi désagréables soient-ils quand ils ne sont pas désirés, ne sont pas de nature à traumatiser une femme le moindrement raisonnable et équilibrée.

Mais tout cela entre pêle-mêle dans le grand sac de l'« agression sexuelle », ce qui fausse complètement le tableau - à moins que l'on considère comme de la violence un commentaire déplacé ou un effleurement sur la main !

Preuve ultime de l'intériorisation d'un certain discours féministe par l'ensemble de la société, n'importe quelle allégation de violence sexuelle suffit aujourd'hui à jeter par-dessus bord le principe de la présomption d'innocence.

C'est le seul domaine où l'opinion publique semble prête à croire sur parole une présumée victime. « On vous croit ! » est d'ailleurs le nouveau slogan des manifs contre la violence sexuelle. Depuis deux ans, trois députés ont été crucifiés sans preuve et sans procès pour « agression sexuelle », et l'on n'a pas entendu beaucoup de protestations contre ces dénis de justice.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer