Le nouveau son de Montréal

« Le nombre de Français à Montréal a atteint... (Photo Alain Roberge, archives La Presse)

Agrandir

« Le nombre de Français à Montréal a atteint le niveau de masse critique où leur présence se fait sentir quotidiennement partout », constate notre chroniqueuse.

Photo Alain Roberge, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dans un recueil d'essais intitulé La leçon de Jérusalem*, la romancière et essayiste Monique LaRue aborde avec éloquence et finesse un phénomène qui a déjà métamorphosé l'environnement sonore de Montréal : la grande vague d'immigration des Français de France.

« Partout, écrit-elle, l'oreille repère des pointes d'énergie langagière caractéristiques : précision et force de l'articulation, volubilité, intensité vocale, tonus. Une musique mozartienne, une autre façon de parler la langue française prend corps dans l'espace public. »

Monique LaRue se défend diplomatiquement de trouver la langue des Français supérieure à celle des Québécois ; mais, précise-t-elle - et personne ne la contredira là-dessus -, « cet apport est un renfort » pour la langue précaire qu'est la nôtre.

Effectivement, le nombre de Français à Montréal a atteint le niveau de masse critique où leur présence se fait sentir quotidiennement partout, dans le métro, les commerces, dans de grandes entreprises autant que dans les boulangeries ou les universités. Je m'en réjouis tout comme Monique LaRue, car ces nouveaux venus - certains repartiront, mais beaucoup resteront - nous apportent la promesse d'un fructueux métissage de toutes ces langues françaises.

L'auteure s'étend longuement sur les caractéristiques et l'histoire du français parlé au Québec, sur les rapports compliqués entre les Français et les Québécois. Elle note que nous avons été trop longtemps obsédés par la « quantité » - soit la place du français par rapport à l'anglais -, ignorant pour notre plus grand malheur l'aspect fondamental de la qualité, seule garante de l'avenir. Elle fustige la langue « racoleuse » des animateurs de radio et de télé, de même que les pratiques démagogiques qui ont cours dans l'enseignement (elle a longtemps enseigné le français au cégep).

Mais là ne s'arrêtent pas les réflexions de cette écrivaine perspicace, capable de remettre en question les idées reçues.

Tout attachée soit-elle à la loi 101, elle s'interroge sur l'unilinguisme entêté des francophones, sur la nouvelle réalité des enfants trilingues, issus de parents immigrés ou de ménages constitués d'un parent québécois et d'un parent étranger.

Dans le premier essai, qui donne son titre à ce recueil, Monique LaRue revient sur un épisode douloureux de son passé, alors qu'un texte où elle citait, sans les approuver, les propos d'un enseignant ultranationaliste irrité par la place que prenaient les écrivains d'origine étrangère, avait été méchamment (ou bêtement) interprété comme un texte raciste par Ghila Stroka, alors directrice de la Tribune Juive.

En voyant le film de Margarette von Trotta sur la philosophe Hannah Arendt, qui couvrit le procès d'Eichmann à Jérusalem et fut injustement accusée de sympathies nazies pour avoir développé sa thèse (fort contestable au demeurant) sur la « banalité du mal », Monique LaRue, bouleversée, revit l'atroce procès d'intention qui lui a été fait sous le regard indifférent ou réprobateur de plusieurs collègues. Elle nous entraîne dans les coulisses du petit milieu des écrivains-professeurs, et ce qu'elle décrit n'est pas beau.

Cet essai a une dimension qui va au-delà de l'anecdote personnelle, car il expose une réalité familière à tous ceux qui osent publier leurs opinions : la subjectivité du lecteur, qui interprète les textes à travers le prisme de ses propres préjugés ou de ses propres obsessions, ce qui ouvre la porte à toutes les calomnies.

D'autres essais portent sur la conciliation entre la vie de l'esprit et la maternité, sur la dichotomie entre le roman et l'autofiction, sur son expérience de doctorante à Paris et le parcours des intellectuels québécois de sa génération... Ce recueil se lit comme une suite de réflexions intelligentes et érudites, dans le style raffiné qui caractérise Monique LaRue.

* Boréal, 2015

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer