Couillard et les valeurs libérales

Le premier ministre Philippe Couillard est mal à... (Archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Le premier ministre Philippe Couillard est mal à l'aise face aux politiques identitaires. Comme l'était René Lévesque...

Archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Après des mois de tergiversations, le premier ministre Couillard semble avoir enfin trouvé sa voie: dans une énième volte-face, il affirme que son gouvernement combattra non pas l'intégrisme, comme il l'avait annoncé, mais la radicalisation et la menace terroriste.

On a le droit d'être intégriste, dit-il. «Cela fait partie des choix personnels de chacun.»

Ce virage ne passera pas facilement dans une société où beaucoup de gens s'imaginent que les dévots font le lit du terrorisme, et où 64% des francophones (selon SOM) souhaitent ressusciter une «charte des valeurs» de style péquiste.

C'est pourtant Philippe Couillard qui a raison dans ce débat qui, hélas, recommence... Enfin, voici un chef libéral qui promeut des valeurs libérales (au sens non partisan du mot).

Effectivement, à moins que l'on ne veuille vivre dans «le meilleur des mondes», un monde où l'État totalitaire s'immisce dans les consciences et régit tous les rapports personnels, il faut accepter que l'on a le droit d'être intégriste, même si cela déplaît (avec raison) à la majorité. On a le droit d'être Témoin de Jéhova, d'être hassidique, de porter la barbe et de se voiler les cheveux pour des raisons religieuses, d'être un catholique antiavortement ou un évangéliste créationniste...

On a le droit de transmettre ses propres valeurs à ses enfants, à condition que l'école confessionnelle suive le programme scolaire commun. On a même le droit d'être contre le principe d'égalité entre l'homme et la femme, à condition que cette mentalité ne débouche pas sur des violences qui, de toute façon, sont punissables par la loi.

À la veille des élections, sous la pression de l'ex-députée Fatima Houda-Pepin (devenue la grande gourou des péquistes en matière de «valeurs»), les libéraux avaient adopté, dans un fouillis intellectuel indescriptible, une politique fourre-tout: interdiction du niqab (et du tchador iranien!) dans les services publics, observatoire de l'intégrisme, balises pour accommodements raisonnables...

Espérons que, cette fois, M. Couillard s'en tiendra à ses convictions au lieu de se laisser intimider par ceux qui exploitent sans vergogne les attentats de Paris pour prôner la laïcité à la française - le pire des modèles, la preuve ayant malheureusement été faite que la laïcité érigée en dogme ne protège aucunement du terrorisme. La France est à la fois le pays le plus «laïque» en Occident... et celui qui a vu le plus grand nombre d'attaques terroristes et de vagues djihadistes dues à des islamistes nés et éduqués sur son sol.

À la laïcité, M. Couillard préfère «la neutralité de l'État», ce qui correspond au régime qui existe sur notre continent. Il veut axer son action sur la prévention du terrorisme plutôt que sur la pénalisation des coutumes intégristes. Bravo.

À défaut de voir sa popularité s'accroître, il aura au moins la bénédiction des auteurs du rapport Bouchard-Taylor qui considèrent, comme lui, que ce n'est pas le moment, si tôt après les attentats, de ramener sur le tapis la question explosive des rapports entre la minorité musulmane et le Québec. Ils ont raison de mettre la population en garde contre l'islamophobie, à laquelle les récents attentats, de même que le retour en force des «chartistes» poussés par l'opposition péquiste et caquiste, ont donné un nouveau souffle.

M. Couillard est mal à l'aise face aux politiques identitaires? Oui, mais ce n'est pas parce qu'il a travaillé en Arabie saoudite, comme l'ont insinué avec une bassesse incroyable les Bédard, Drainville et Cloutier. Ce n'est pas parce qu'il aurait besoin d'un psy, comme l'a affirmé François Legault dans une sortie aussi déshonorante que ridicule. C'est parce qu'à l'instar de René Lévesque, que ces questions mettaient fort mal à l'aise, M. Couillard croit aux valeurs libérales et aux libertés civiles. C'est tout à son honneur.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer