Une bataille nauséabonde

Par sa passivité, le gouvernement Marois a donné... (Photo Ivanoh Demers, La Presse)

Agrandir

Par sa passivité, le gouvernement Marois a donné de la crédibilité à la campagne de salissage montée par un franc-tireur sans scrupules. Sur la photo, le député de la Coalition avenir Québec, Jacques Duchesneau.

Photo Ivanoh Demers, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dans la bataille nauséabonde qui oppose Jacques Duchesneau et la CAQ à André Boisclair, comment expliquer que le gouvernement Marois ait réagi aussi mollement? Pourquoi ne pas avoir défendu bec et ongles un haut fonctionnaire qui, jusqu'à preuve du contraire, n'a commis aucune faute?

Par sa passivité, le gouvernement a donné de la crédibilité à une campagne de salissage montée par un franc-tireur sans scrupules et entérinée par la CAQ pour de basses raisons partisanes.

On comprend qu'André Boisclair, assommé par ce coup porté à sa réputation, ait instinctivement voulu retourner à l'anonymat en demandant d'être suspendu de ses fonctions. On comprend que la colère l'ait impulsivement poussé à intenter des poursuites judiciaires. Mais un gouvernement doit faire preuve de sang-froid. Un patron doit protéger ses employés. Le gouvernement, son patron en l'occurrence, aurait dû calmer M. Boisclair, le persuader de rester dans ses fonctions et tenter de le dissuader de se lancer dans une aventure judiciaire aléatoire, qui risque de lui faire plus de mal que de bien.

Ce dernier aurait dû se contenter d'expliquer la chronologie des événements concernant cette subvention à l'église St-James, comme il l'a très bien fait dans son point de presse de dimanche, puis retourner à son boulot avec l'appui plein et entier de ses patrons. Mme Marois aurait dû proclamer haut et fort que rien, dans la façon dont la subvention a été accordée, ne justifiait une mise à l'écart. 

Car enfin, ou M. Duchesneau détient un dossier incriminant, et alors il devait en saisir la police. Ou alors, M. Duchesneau n'a pas de preuve et il a lâchement calculé que M. Boisclair n'oserait pas le poursuivre, pour éviter le risque de devoir déballer en cour toutes sortes d'informations sur ses anciennes habitudes. 

La seule réponse digne, face à la calomnie, est de ne pas s'abaisser à y répondre. Voilà qui aurait établi clairement qu'au Québec, on ne se laisse pas impressionner par des insinuations de bas étage sur un individu, fût-il un ancien chef de parti. 

Il n'y avait donc qu'à tourner la page calmement, en laissant la CAQ mariner dans son jus malodorant. Cette affaire de coke datant de 1997 a été réglée. M. Boisclair l'a payé cher quand elle est remontée à la surface en 2003, et les Québécois ont autre chose à faire que de s'intéresser aux péchés de jeunesse de leurs compatriotes.

Il est vrai que Mme Marois n'a pas de raison de porter M. Boisclair dans son coeur, lui qui lui a ravi, en 2003, le leadership qu'elle estimait être son dû. Mais l'explication la plus vraisemblable est que la première ministre s'est affolée à l'idée que son gouvernement soit associé à une personnalité sur laquelle pèsent des soupçons de corruption, aussi gratuits soient-ils, tant il est vrai que dans ce Québec de 2013 soumis corps et âme à l'action délétère de la commission Charbonneau, la présomption d'innocence n'existe plus, et qu'il suffit d'avoir vu l'homme qui a vu l'ours pour être rejeté dans le camp des pestiférés.

L'opposition, dans ce dossier, n'a rien fait pour relever le débat, au contraire. François Legault, désespéré à l'idée que des élections signeraient l'arrêt de mort de son parti, a montré qu'il était prêt à n'importe quoi pour nuire au PQ. Amir Khadir en a rajouté en accusant «les vieux partis» de corruption, et le député libéral Robert Poëti a reproché à Mme Marois de ne pas avoir sévi envers M. Boisclair. Heureusement, Sam Hamad a fait entendre un autre son de cloche, mais où est le renouveau politique promis par Philippe Couillard?

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box
la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer