Les héroïnes branchées sont divorcées

Sarah Jessica Parker dans la série Divorce... (Photo fournie par HBO)

Agrandir

Sarah Jessica Parker dans la série Divorce

Photo fournie par HBO

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La femme célibataire, fin vingtaine, début trentaine, a inspiré et inspire encore plusieurs auteurs du petit écran.

Ce personnage féminin, presque devenu cliché, fournit une matière à touiller abondante : la pression sociale de fonder une famille, la recherche de M. Parfait, le désir de réussir sa carrière, la fin de l'adulescence et les responsabilités qui en découlent, etc. Sex and the City a cristallisé ce mouvement télévisuel, qui s'est ensuite décliné sous forme de C.A., Broad City, Like-moi!, Mon ex à moi, Les Simone ou Girls.

Depuis peu, la femme célibataire a été détrônée par une autre héroïne encore plus inspirante pour les scénaristes: la femme divorcée. La femme mature, fin quarantaine, début cinquantaine, qui a une carrière, de grands enfants, un bagage de vie, et qui se reconstruit après une séparation douloureuse, tout en cherchant (de nouveau) le prince charmant.

Le personnage de Danielle (Macha Limonchik), la meilleure amie de la journaliste Nathalie Lapointe (Macha Grenon) dans Nouvelle adresse, incarnait parfaitement cette tendance. Dans Au secours de Béatrice, l'instable Isabelle (Marie-France Lambert), qui a quitté Christophe (Robert Lalonde), représente bien ce type de protagoniste. Dans ces deux cas, il ne s'agissait que de rôles d'appui.

Aux États-Unis, on construit depuis quelques saisons des séries dramatiques ou comiques autour de ces divorcées, qui décompressent autour d'un verre - ou trois - de chardonnay bien frais.

La série Younger, imaginée par le créateur de Sex and the City, Darren Star, emprunte le chemin de la comédie pour raconter la vie de la banlieusarde Liza (Sutton Foster), 40 ans, qui tente un retour dans le monde de l'édition après une absence de 15 ans, où elle a élevé sa fille Caitlin.

Mais personne ne désire embaucher une travailleuse de 40 ans dans un poste d'assistante junior. Solution? Liza ment sur son âge et se fait passer pour une diplômée de Dartmouth de 26 ans. Et elle obtient le poste, avec une kyrielle de situations cocasses et conflits de générations en prime. C'est quoi, Tinder et Snapchat, déjà? Sacrés milléniaux, toujours les yeux rivés sur leurs cellulaires!

Younger est une émission super sympathique et charmante. Vous pouvez l'attraper sur la chaîne anglophone E!.

Du côté de Netflix, impossible de passer à côté de Grace & Frankie, offert en anglais et en français, qui exploite ce thème, mais chez une tranche d'âge plus vieille, celle des retraités de 70 ans. L'histoire démarre quand Grace (Jane Fonda) et Frankie (Lily Tomlin) apprennent que leurs maris, deux amis de longue date associés dans le même cabinet d'avocats, s'apprêtent à se marier. Bam!

La glaciale Grace, fondatrice d'un empire de cosmétiques, et la délurée Frankie, prof d'art hippie, n'avaient pas prévu finir leurs vieux jours seules, larguées par leurs ex-maris gais. Ces deux femmes ne s'apprécient pas beaucoup, mais s'apprivoiseront dans une superbe maison sur la plage, où elles cuveront leur peine.

Puis, il y a bien sûr la comédie douce-amère Divorce sur HBO, qui boucle la boucle avec Sarah Jessica Parker dans le rôle de Frances, une élégante chasseuse de têtes qui entame un looong processus de rupture avec le père de ses deux ados, joué par Thomas Haden Church.

Non, ce n'est pas la pétillante Carrie Bradshaw qui atterrit dans la coquette banlieue de Westchester. Le personnage de Frances est beaucoup moins aimable et optimiste que la chroniqueuse Carrie. Après trois épisodes, je mentirais en trompettant que Divorce est, oh mon Dieu, la meilleure série en ondes présentement. Ça grince souvent, ça manque un peu d'assouplisseur (comprendre: c'est raide), mais ça me ramène toujours au poste les dimanches à 22 h sur HBO Canada.

Blue Moon en feu

En cinq jours seulement, la deuxième saison de Blue Moon a généré 500 000 visionnements sur le Club illico. Des statistiques impressionnantes. De plus, la majorité des clients du service de Vidéotron ont dévoré les 10 épisodes en moins de trois jours. La consommation en rafale plaît toujours autant.

Toujours dans les chiffres, l'écart entre les séries Feux (704 000) de Radio-Canada et L'imposteur (798 000) à TVA s'est encore rétréci lundi soir. Claudine Grenier (Maude Guérin) finira-t-elle la saison devant Philippe/Youri (Marc-André Grondin)? Il ne reste que trois épisodes à chacune de ces productions haut de gamme.

À 20 h, L'auberge du chien noir (597 000) souffre de l'arrivée de L'échappée (1 035 000). District 31 (874 000) a fourni à la SRC ses meilleures cotes d'écoute de toute la soirée. À TVA, Boomerang (1 038 000) a été l'émission la plus populaire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer