Un Wonder Years à la sauce québécoise

Catherine Proulx-Lemay, Antoine Marchand-Gagnon, Rose-Marie Perreault, Marilou Forgues,... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE)

Agrandir

Catherine Proulx-Lemay, Antoine Marchand-Gagnon, Rose-Marie Perreault, Marilou Forgues, Luka Limoges, Xavier Desrochers et Jean-Michel Anctil sont les vedettes de la nouvelles séries Mes petits malheurs.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La prémisse de la nouvelle comédie dramatique Mes petits malheurs de Radio-Canada s'apparente à celle de la délicieuse série américaine The Wonder Years (Les années coup de coeur, en français), où un adolescent devenu adulte revisitait, en notre compagnie, ses souvenirs de jeunesse sur fond de nostalgie des années 60 et 70.

Mautadit que c'était bon. Mes petits malheurs, une oeuvre de Jean-François Léger (Catherine, Les Parent), possède ce même potentiel «pur bonheur», l'expression française correcte pour désigner une émission dite feel good. Nous aurons tous appris quelque chose aujourd'hui.

Mes petits malheurs suivra les rites de passage obligés d'un préadolescent de presque 13 ans, Jeffy (Antoine Marchand-Gagnon), qui écoule toutes ses vacances d'été au chalet familial, au milieu des années 80. Le narrateur de la série sera le même Jeffy, mais en 2016, alors qu'il est lui-même papa. Louis Morissette, que l'on ne verra jamais à la caméra, prêtera sa voix au «grand» Jeffy.

Il s'agira donc d'une comédie d'époque, dont la réalisation a été confiée à Pierre Théorêt (Rumeurs). Couleurs fluo, walkman jaune et cube Rubik: cette glorieuse période si inspirante pour le cinéaste Ricardo Trogi (1981 et 1987) revivra donc dans nos téléviseurs. Radio-Canada n'a pas dévoilé de date de lancement de Mes petits malheurs, mais, entre vous et moi, ça semble tout désigné pour camper dans la case laissée vacante par Les Parent les lundis à 19 h 30.

Catherine Proulx-Lemay (Nicole) et Jean-Michel Anctil (Claude) incarneront les parents de Jeffy. Claude est un médecin autoritaire et submergé de travail, tandis que Nicole, une maman aimante, s'occupe de Jeffy, de son frère de 16 ans, Sylvain (Luka Limoges), ainsi que de l'aînée de 18 ans, la rebelle Myriam (Rose-Marie Perreault).

Lui-même papa de quatre enfants, l'auteur Jean-François Léger a puisé dans ses propres souvenirs au bord du lac pour pondre sa comédie, sur laquelle il planche depuis sept ans. «Je me suis retrouvé à redire à mes enfants ce que mes parents me disaient: vous ne vous rendez pas compte de votre chance», se souvient Jean-François Léger, qui espère accrocher un sourire au visage des futurs téléspectateurs de Mes petits malheurs.

L'idole de Jeffy? Son grand frère Sylvain, un maniaque de planche à voile. Leur soeur Myriam sera celle qui désobéit à tous les règlements. Plusieurs amis de Jeffy débarqueront au fil des 13 épisodes de 30 minutes de cette nouveauté.

Argent n'en faisait plus

La chaîne spécialisée Argent, en ondes depuis février 2005, est la première à tomber au combat. Le Groupe TVA a annoncé mardi matin qu'il éteindrait son canal financier le 30 avril, faute d'audience suffisante pour assurer sa rentabilité à long terme.

Argent a engrangé des profits entre 2008 et 2012. Depuis, les déficits s'accumulent. Selon les dernières données disponibles, Argent comptait 440 000 abonnés partout au Québec, alors qu'elle desservait près de 1 million de foyers en 2011.

D'autres chaînes spécialisées québécoises fermeront dans les prochains mois, c'est évident.

Les télédistributeurs offrent à leurs clients, depuis le 1er mars, des forfaits minceur qui excluent la plupart des antennes au contenu plus niché, autrefois incluses dans de gros bouquets. Résultat: des stations moins regardées, qu'il faut maintenant payer à la pièce, en arrachent dans leur chasse aux parts de marché.

Par exemple, dans la semaine du 4 au 10 avril dernier, Argent n'a pas attiré assez de téléspectateurs pour mériter un maigre 0,1 % de l'écoute totale au Québec. Pendant la même période, Unis (0,2 %), TVA Sports 2 (0,2 %), Zeste (0,3 %) et RDS Info (0,3 %) n'ont pas non plus caracolé en tête des sondages de la firme Numeris.

«Les télédistributeurs nous ont avertis qu'ils nous sortaient des forfaits de base pour ne nous offrir qu'à la carte. C'est clair, nos chiffres ont baissé», constate la vice-présidente aux communications du Groupe TVA, Véronique Mercier.

Neuf employés bossent à temps plein pour Argent. Ils seront réaffectés ailleurs dans l'entreprise. Le processus de supplantation par ancienneté débouchera sur la perte de neuf postes dans différentes divisions du Groupe TVA. La licence d'Argent a été révoquée mardi par le CRTC.

N'en ratant jamais une, les bonzes de TVA ont profité du débranchement d'Argent pour dénoncer «les centaines de millions» que le gouvernement fédéral envoie au diffuseur public.

Record pour Séquelles

Je n'ai pas trop embarqué dans la minisérie policière Séquelles de Séries +. Mais vous, vous semblez avoir beaucoup aimé cette adaptation du roman Le cri du cerf de Johanne Seymour avec Céline Bonnier comme tête d'affiche. Selon Séries +, les diffusions du premier épisode ont rejoint un total de 600 000 personnes, établissant un record pour une production originale à cette chaîne appartenant à Corus Média. Comme quoi, les critiques (salut!) n'ont pas toujours ce pouvoir de vie ou de mort sur une émission qu'ils n'apprécient pas. Mention spéciale au Ti-Mé Show ici.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer