Changements à C'est juste de la TV, retour de Virtuose et fin d'Un chef à l'oreille

Gregory Charles et ses jeunes virtuoses seront de retour... (PHOTO FOURNIE PAR ICI RADIO-CANADA TÉLÉ)

Agrandir

Gregory Charles et ses jeunes virtuoses seront de retour à ICI Radio-Canada Télé.

PHOTO FOURNIE PAR ICI RADIO-CANADA TÉLÉ

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les décisions tombent les unes après les autres alors que les grands réseaux apportent les touches finales à la construction de leur grille de programmation 2016-2017. En voici quelques-unes qui alimentent les conversations de corridors dans notre beau milieu de la télévision québécoise.

D'abord, Radio-Canada a récemment reconduit Virtuose de Gregory Charles pour une deuxième saison, mais pas la bataille culinaire Un chef à l'oreille de Ricardo Larrivée, qui a été débranchée, sans possibilité de réanimation.

Chez ARTV, le magazine C'est juste de la TV subira de gros changements en prévision de sa rentrée d'automne. Le format de l'émission reviendrait à 60 minutes, au lieu des 90 actuelles. Aussi: le producteur Philippe Lamarre songe à retrancher tous les chroniqueurs et reporters des deuxième et troisième couronnes, qui s'assoient peu souvent autour de la table de Marie-Soleil Michon, Anne-Marie Withenshaw et Dave Ouellet.

En fait, pour sa dixième saison en ondes, C'est juste de la TV reviendra à son essence, soit l'analyse et la dissection des émissions de la semaine. Fini, les incursions dans les coulisses, les quiz ou les rappels historiques des programmes du bon vieux temps. «Il y aura plus de critiques et plus de débats», confirme le producteur Philippe Lamarre.

C'est d'ailleurs ce qu'on aime à C'est juste de la TV: quand les commentateurs se mouillent, quand ils cognent leurs visions du petit écran ou quand ils s'obstinent. Ça, et les segments du «zapping», du «réparateur» et du «ça m'allume».

ARTV aurait demandé une baisse du budget d'exploitation de C'est juste de la TV, dont les cotes d'écoute tournent autour de 80 000 fidèles. «Le créneau du vendredi à 21 h est devenu très achalandé», remarque Philippe Lamarre.

ARTV souhaite poursuivre C'est juste de la TV en septembre dans une «formule revampée». Le dossier devrait se régler rapidement.

Du côté de Virtuose, cette compétition amicale a attiré 499 000 fans les vendredis à 19 h. Cette nouveauté s'inscrit parfaitement dans le mandat de la SRC: elle met en valeur la musique classique en heure de grande écoute dans une mouture accessible à toute la famille. Pas étonnant qu'elle ait obtenu un rappel.

Les chiffres d'Un chef à l'oreille ont été moins costauds: 358 000 téléspectateurs de moyenne. En format plus compact de 30 minutes, et avec un enjeu plus alléchant en fin de parcours, probablement qu'Un chef à l'oreille aurait survécu à la guillotine.

Wentworth sur l'Extra

Vous vous ennuyez de l'univers carcéral dépeint dans Unité 9? Vous pouvez maintenant vous rabattre sur l'excellente télésérie australienne Wentworth, qui nous transporte entre les quatre murs d'une prison pour femmes de la banlieue de Melbourne.

L'Extra de Tou.TV offre à ses abonnés - en version originale anglaise avec sous-titres en français - les trois saisons de cette série dure, violente et crue, qui se rapproche plus de l'ambiance glauque d'Oz que de celle, plus légère, d'Orange Is the New Black.

Trafic de drogue, luttes de pouvoir, émeutes, sexe clandestin, intimidation quotidienne et torture au fer à repasser: il n'y a rien de bien amusant à être incarcéré à Wentworth. Les clans qui contrôlent l'établissement s'affrontent dans une guerre sanglante qui, comme dans Game of Thrones, n'épargne personne. Pas même les personnages principaux.

Même les dirigeants de la prison se livrent à toutes sortes de manigances pas très nettes. Wentworth se consomme parfaitement en rafale. C'est rythmé, punché et diablement accrocheur. Gros coup de coeur pour moi.

Bouleversant Alexandre Taillefer

C'était la première fois dimanche, à Tout le monde en parle, qu'Alexandre Taillefer évoquait publiquement le suicide de son fils Thomas, 14 ans, survenu le 6 décembre dernier au domicile familial.

Comme parent, on ne doit jamais se remettre d'un événement aussi violent, impossible à comprendre. Encore très ébranlé par la mort de son Thomas, qui n'a laissé qu'un «bye» sur un Post-it en guise de lettre d'adieu, l'ancien dragon de Radio-Canada a raconté son drame avec sobriété, dignité et courage.

Nous étions des centaines de milliers à avoir le coeur écrabouillé devant ce récit d'une tristesse infinie. Accompagné de sa femme Debbie Zakaib, Alexandre Taillefer a de nouveau évoqué la mémoire de son enfant à Médium large, lundi matin, au 95,1 FM. Encore une fois, j'avais les yeux dans l'eau. Il s'agit d'un sujet difficile et délicat à aborder, mais ô combien nécessaire pour les familles touchées par le suicide.

Si quelqu'un dans votre entourage a des idées noires, n'hésitez jamais à demander de l'aide (1 866-APPELLE).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer