L'amour n'est pas dans le pré

Malgré les apparences, la distance a éteint les... (PHOTO TIRÉE DE FACEBOOK)

Agrandir

Malgré les apparences, la distance a éteint les étincelles entre Alexandre P. et Liliane dans L'amour est dans le pré.

PHOTO TIRÉE DE FACEBOOK

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

«Oh, oh, yeah, yeah! On dit que l'amour est difficile à trouver!» Pour la première fois en quatre saisons à l'antenne de V, les paroles de la chanson de L'amour est dans le pré, interprétées par l'animatrice Marie-Ève Janvier, ont été prémonitoires. Les cinq couples formés au champ cette année ont fait patate. Pas un seul n'a survécu à la réalité du quotidien une fois que les caméras de la téléréalité agricole ont été éteintes.

Lors de la finale relayée par V jeudi soir, c'était fort décevant, il faut l'admettre, de voir toutes ces unions s'effriter les unes après les autres au retour des pauses publicitaires. Car s'il y a un endroit où Cupidon frappe à tout coup, c'est bien à L'amour est dans le pré, où les trois premières éditions ont réuni neuf vrais couples, qui ont eu neuf bébés, en plus de deux autres à naître prochainement.

Chose certaine, la saison 4 ne battra aucun record de fécondité. La distance a éteint les étincelles entre le tricheur Alexandre P. et la technicienne administrative Liliane. Le travail et les imprévus ont éloigné le sympathique Jean-Baptiste et Sandrine la criminologue.

Aucun potentiel amoureux n'a été détecté entre le musclé Alexandre C. et la gestionnaire en cosmétiques Marianne. Olivier «le vieux garçon» et Sabrina la comptable n'ont jamais développé de véritable connexion. Quant à Nicolas l'introverti et la technicienne en production laitière Audrey, l'absence de communication leur a été fatale.

Bref, ce sera une année de jachère sentimentale à L'amour est dans le pré. «C'est la première fois que cela se produit. C'est certain qu'on aurait aimé qu'il y ait un couple, on ne se le cachera pas. On a été transparents. On n'a rien arrangé. Les filles et les gars ont tous été sincères là-dedans», explique le producteur de L'amour est dans le pré, Martin Métivier, d'Attraction Images.

Malgré la dissolution de tous les ménages en fin de parcours, et l'absence d'un concurrent coloré comme Luc Deschênes, ce quatrième chapitre de L'amour est dans le pré a été le plus suivi avec sa moyenne de 710 000 fidèles. Personne ne tombera en bas de sa botte de foin si V reconduit son émission vedette pour une cinquième année.

La trentaine!

Radio-Canada rajeunit son offre télé et ça fait franchement du bien. Il y aura cet automne Les Simone, une comédie de Kim Lizotte à propos d'un trio d'amies de la génération Y. Il y aura aussi Trop, une série comique imaginée par une auteure prometteuse, Marie-Andrée Labbé, 33 ans, qui a notamment pondu des textes pour l'humoriste Valérie Blais.

Trop rassemble beaucoup de talent au pixel: Evelyne Brochu, Virginie Fortin, Pierre-Yves Cardinal, Éric Bruneau, Anne-Marie Cadieux et Mehdi Bousaidan. Louise Archambault (La galère, Nouvelle adresse) et Chloé Robichaud (Féminin/féminin, Sarah préfère la course) se partageront la réalisation des 13 demi-heures de Trop, produites par Sphère Média.

L'histoire de Trop tourne autour d'Isabelle (Evelyne Brochu), coordonnatrice dans une salle de spectacle multidisciplinaire qui est trop gentille, trop accommodante. Le quotidien tranquille d'Isabelle basculera quand sa soeur bipolaire Anaïs (Virginie Fortin), un personnage trop intense, déposera ses valises chez elle. Le voisin Romain (Pierre-Yves Cardinal) en pincera pour Anaïs. Éric Bruneau campera l'ex-petit ami d'Isabelle, tandis qu'Anne-Marie Cadieux hérite du rôle de la vilaine patronne.

La SRC parle de Trop comme «de la série d'une génération». Le responsable des émissions dramatiques de la tour, André Béraud, compare même l'esprit de Trop à celui de La vie la vie.

Comédie lumineuse, écriture dynamique et vivacité dans le ton, ce projet suscite énormément de curiosité.

Quand verrons-nous ça? Bonne question. Comme le thriller Fatale-Station de Stéphane Bourguignon, Trop atterrira d'abord - en un seul bloc - sur l'Extra d'ICI Tou.tv, dont l'abonnement coûte 7 $ par mois. Aucune date de mise à feu n'a cependant été communiquée. Y aura-t-il une diffusion sur les ondes dites régulières? Impossible de le déterminer encore.

Comme l'a fait l'excellente télésérie Transparent, Marie-Andrée Labbé souhaite aborder dans Trop un sujet sérieux (la maladie mentale) avec humour et humanité. L'auteure adore la différence, les failles, l'originalité, les excès, les moments d'égarement et les gens qui sortent de la norme.

Et que répond la SRC à ses clients qui rouspètent contre les frais d'accès à l'Extra? «On ne pourrait pas tout donner gratuitement», rappelle la directrice générale de la télé de Radio-Canada, Dominique Chaloult.

La voix au top

La voix de TVA a terminé son quatrième cycle au sommet avec une cote d'écoute estimée à 2 719 000 accros, ce qui a fait mal à Tout le monde en parle, vue par 850 000 personnes. TVA a catapulté deux autres émissions au-dessus du million, soit LOL (1 484 000) et Accès limité (1 225 000).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer