Fricassée télévisuelle

Malgré son succès critique et ses bonnes cotes... (PHOTO MONIC RICHARD FOURNIE PAR TÉLÉ-QUÉBEC)

Agrandir

Malgré son succès critique et ses bonnes cotes d'écoute, l'émission jeunesse Les Argonautes sera retirée de la grille de Télé-Québec.

PHOTO MONIC RICHARD FOURNIE PAR TÉLÉ-QUÉBEC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Encore quelques nouvelles qui font du bruit dans les coulisses du petit écran québécois. Mais rassurez-vous. C'est tout à fait normal que ça bardasse autant, car nous traversons présentement la période cruciale où les décisions qui régleront nos enregistreurs numériques en septembre tombent les unes après les autres.

Commençons avec le positif. C'est l'entreprise de Louis Morissette (KOTV) qui manufacturera la nouvelle comédie de fiction appelée à combler le départ d'Une histoire vraie à Télé-Québec.

Cette série tournera autour d'un adolescent de 13 ans qui portera un regard humoristique sur une famille élargie. Ses parents, ses grands-parents, ses frères et ses soeurs habiteront tous dans le même immeuble, à des étages différents. Il ne s'agira toutefois pas d'une sitcom avec rires en canne, me dit-on.

Benoît Pelletier (scénariste des films De père en flic et Le sens de l'humour) et Marie-Hélène Lebeau-Taschereau (Québec western) superviseront l'écriture des textes.

Toujours à Télé-Québec, il y a peut-être espoir de sauver Les Argonautes, qui, comme Subito texto, a été retirée du calendrier 2016-2017 de la chaîne publique.

Le producteur et président de Pixcom, Nicola Merola, planche sur la résurrection de ses Argonautes sous la forme de courts webisodes, confectionnés uniquement pour le site internet de Télé-Québec. 

«C'est une marque très forte, Les Argonautes. Les jeunes y sont très attachés.»

La décision de tirer la plogue sur Les Argonautes, malgré la flopée de trophées que l'émission a remportés en quatre ans, s'explique difficilement.

D'abord, ses chiffres d'écoute sont très bons. Cet hiver, une moyenne de 103 000 aventuriers de l'espace ont monté à bord de l'Argo du lundi au jeudi à 18 h. En ajoutant la reprise du matin (7 h), l'audience totale des Argonautes grimpe à 188 000 fans. Et selon Pixcom, Les Argonautes a généré 700 000 visionnements sur illico, uniquement en 2015.

Ensuite, cette populaire série a permis au comédien Éric Paulhus, l'interprète de Ro-Main, de rafler trois Gémeaux d'interprétation. Les Argonautes a également été sacrée meilleure émission jeunesse en 2014 et 2015. Pourquoi alors lui couper les moteurs? Pour se diriger ailleurs, semble-t-il.

Évidemment, Télé-Québec époussette sa grille et remplacera les émissions torpillées par de nouveaux morceaux.

Reste que le coup de plumeau a été particulièrement vigoureux ces dernières semaines. Même Marilyn (Louisette Dussault) n'a jamais été aussi vaillante dans son ménage chez Monsieur Henri (Michel Dumont).

Bon dimanche

Tout le monde en parle a été fort intéressante dimanche soir. Sujets variés, invités allumés, on ne s'est pas ennuyé, particulièrement à la toute fin de l'émission avec la douce et contagieuse folie des trois idoles des années 60. Patsy Gallant a, une fois de plus, volé la vedette en grimpant sur la table pour son tour de chant. Étrangement, Michèle Richard a été moins flamboyante qu'à son habitude. La reine des boîtes à gogo se serait-elle assagie?

En début d'émission, le fantaisiste Marc Labrèche a, lui aussi, été plus effacé, plus tranquille. On l'a déjà connu plus exubérant, mettons. Ce segment réunissant le collègue Yves Boisvert et l'auteure Rafaële Germain a d'ailleurs pris fin d'une façon très abrupte. Bizarre.

Selon des espions actifs dans le showbiz, Marc Labrèche n'aurait pas sauté de joie quand on lui a annoncé que sa nouvelle émission Info, sexe et mensonges passerait en premier sur ARTV avant d'être rediffusée sur Radio-Canada. On peut aisément le comprendre. Le bassin de téléspectateurs potentiels sur ARTV est pas mal plus restreint que sur l'antenne principale. C'est comme être rétrogradé dans la Ligue américaine quand on a toujours évolué dans la LNH. Allô, Brandon Prust.

De l'autre côté, on peut comprendre la stratégie «multiécran» de Radio-Canada, qui espère gonfler les abonnements à sa chaîne culturelle en y logeant une importante tête d'affiche.

De retour au programme principal, heureusement qu'Yves Boisvert était là pour confronter le biographe de Claude Jutra, Yves Lever, qui a «fait les choses à moitié» à propos de la pédophilie du cinéaste. Heureusement qu'il existe des journalistes pour fouiller.

Commentaire tout à fait gratuit, ici: l'ancienne collaboratrice de Claude Jutra, Louise Rinfret, aurait pu porter autre chose qu'un t-shirt pour son passage sur le plateau de Guy A. Lepage. Fin des méchancetés vestimentaires.

Aux audimètres, Tout le monde en parle a intéressé 1 042 000 téléspectateurs. La voix reste, de très loin, au premier rang avec 2 502 000 adeptes. Les émissions de TVA Vlog (1 100 000), LOL (1 445 000) et Accès illimité (1 125 000) ont toutes été millionnaires.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer