La chair à canon

Les candidats de La voix ont commencé à... (PHOTO FOURNIE PAR OSA IMAGES ET TVA)

Agrandir

Les candidats de La voix ont commencé à s'affronter hier, lors des premiers chants de bataille.

PHOTO FOURNIE PAR OSA IMAGES ET TVA

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

C'est assurément la portion la moins frémissante de La voix, l'étape où les quatre coachs réduisent de moitié la taille de leurs équipes en opposant un candidat super fort à un autre, moins doué.

Dans nos salons, l'issue de ces duels se devine 90 % du temps avant même d'avoir entendu une seule note sur le ring. Très prévisible, cette stratégie de chair à canon. Et seulement huit combats vocaux en plus de deux heures, c'est chiche de la part de TVA. Il y a des limites à étirer du contenu.

L'affrontement le plus dur à trancher a opposé hier soir les deux adolescents de la formation d'Ariane Moffatt. Anthony Séguin, 16 ans, et Soran Dussaigne, 17 ans, ont croisé le fer sur une version reggae de Paradis City de Jean Leloup.

Déjà, le choix des arrangements favorisait clairement Soran, plus solide et moins nerveux que son adversaire. Soran avait aussi le look de hipster parfait pour accéder aux chants de bataille, ce qui a été confirmé.

L'émission de La voix d'hier a démarré sur un festival du criage mettant en vedette les deux rockeurs aux cheveux longs parrainés par Marc Dupré. Avant même que la chanson Are You Gonna Go My Way de Lenny Kravitz ne démarre, on se doutait fortement que Jonny Arsenault, 24 ans, de Carleton, enverrait au tapis son rival Jesse Racicot, 28 ans.

Parce qu'il est plus jeune, parce que son potentiel commercial surpasse celui de Jesse et parce qu'il ne ressemble pas à un chanteur de groupe hommage à Marillion. Aucune surprise, donc, quand Marc Dupré a révélé que c'est Jonny qui passerait go. Go, Jonny, go.

Numéro très tranquille, et un brin ennuyeux, sur J'ai demandé à la lune d'Indochine. Encore ici, c'était indéniable que la talentueuse Marielle Varin, 16 ans, allait triompher. Niveau de suspense: autour de zéro. Dommage que Simon Patenaude, sosie de Louis-Jean Cormier, n'ait pas été repêché par les trois autres.

Éric Lapointe a jumelé les deux membres du groupe The Rainbows pour sa première bagarre. David Latulippe, 25 ans, et sa première prof de chant, Geneviève Paré, 30 ans, ont explosé sur I Wish de Stevie Wonder. Et l'élève a dépassé la maîtresse.

Par contre, il est étourdissant à regarder, ce David, tellement il gigote et ondule partout sur la scène. On a tous failli faire une crise d'épilepsie pendant sa performance. Pierre Lapointe lui a même fait remarquer qu'il bougeait «comme un dauphin debout». Faudra mieux canaliser cette énergie avant que ça ne devienne agressant.

Consolation pour Geneviève Paré: elle a été volée par Marc Dupré. Elle décroche ainsi une ultime chance de progresser dans la compétition.

Sur Prière païenne, une chanson moins connue de Céline Dion qui mériterait certainement une deuxième vie, Geneviève Leclerc, 32 ans, n'a fait qu'une bouchée de la jeune Rebecca Fiset-Côté, 17 ans. Le naturel, l'aplomb et l'expérience de Geneviève ont été récompensés. Et Éric Lapointe a pris Rebecca sous son aile. Tout le monde est content.

La joute entre les musiciens folk barbus de la formation de Pierre Lapointe, disputée sur Like a Rolling Stone de Bob Dylan, n'a pas provoqué d'étincelles en studio. Grand favori, Ryan Kennedy, 28 ans, l'a emporté sur David Rozon, 37 ans, mais sa prononciation a été catastrophique. On décodait à peine une parole sur deux. À retravailler. Parfois, il sonne comme Barry Gibb des Bee Gees, notre Ryan Kennedy.

Très jolie prestation d'Anick Gagnon, 36 ans, et Lou-Adriane Cassidy, 18 ans, sur la pièce Mappemonde des soeurs Boulay. C'était doux et touchant. La décision n'a pas dû être déchirante pour Éric Lapointe. Elle est hallucinante, cette Lou-Adriane. Tellement mature et pleine d'assurance pour son âge.

Puis, Noémie Lorzema, 17 ans, et Marie-Pierre Leduc, 38 ans, ont mêlé leurs voix sur I Want to Know What Love Is de Foreigner. Noémie était plus soul et Marie-Pierre, plus rauque. Ariane Moffatt a, bien sûr, flanché pour la soul de Noémie.

Autre constat: les mentors (Alex Nevsky, Marie-Pierre Arthur, Michel Rivard et Diane Tell) n'ont pas servi à grand-chose hier. Les verra-t-on plus dans les prochains épisodes?

Car l'élagage des troupes se poursuivra pendant deux autres dimanches. Pour vos prédictions, c'est simple. Optez pour les concurrents plus jeunes, les plus jolis et ceux qui ont fait pivoter au moins trois fauteuils pendant les auditions à l'aveugle et vous ne vous tromperez pratiquement pas, foi de Nostradumas.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer