Comment combattre Netflix?

Guy Jodoin et Charles Lafortune incarneront deux perdants... (PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE)

Agrandir

Guy Jodoin et Charles Lafortune incarneront deux perdants sympathiques dans la nouvelle série Karl et Max.

PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE

Pour les patrons du Club illico de Vidéotron, de même que ceux de Tou.TV dans le camp radio-canadien, l'ennemi à abattre s'appelle Netflix. Voilà pourquoi ces deux grands groupes d'ici tentent de vous charmer avec leurs services mensuels d'appoint, qui coûtent entre 7$ et 10$ supplémentaires par mois.

Radio-Canada mousse fort l'Extra de Tou.TV en y déposant en primeur les épisodes de l'émission à sketchs Le nouveau show, qui met en vedette la troupe de (feu) SNL Québec. La deuxième saison de Série noire, prévue en janvier sur les ondes de la SRC, connaîtra une première vie sur l'Extra de Tou.TV à partir du mercredi 4 novembre. Faudra cependant payer pour la dévorer avant tout le monde.

Chez Club illico, on s'apprête à rendre disponibles aux 250 000 foyers abonnés deux grandes téléséries exclusives, soit Karl et Max avec Charles Lafortune et Guy Jodoin, de même que Blue Moon et sa star Karine Vanasse. Cette opération vise notamment à séduire les boulimiques télévisuels, qui engouffrent leurs téléséries préférées en un week-end (bien garni, il va sans dire).

Cette clientèle affamée s'élargit de mois en mois. Et les enjeux économiques qui en découlent gonflent tout autant. Chaque dollar que les consommateurs québécois versent à Netflix sort complètement du système de radiodiffusion et ne sert plus à financer nos émissions, a plaidé hier la vice-présidente principale de Québecor Contenu, France Lauzière.

«Nous avons une responsabilité collective de vanter nos bons coups. De 35 à 40% du budget des téléséries provient du Fonds des médias», a ajouté la grande patronne de télévision.

Au Québec, le taux de pénétration de Netflix tourne autour de 20% et se concentre beaucoup dans la grande région de Montréal. Là où Club illico se démarque du géant américain, c'est par son offre francophone abondante et ses productions québécoises, comme Mensonges.

Les premières images de Blue Moon et de Karl et Max qui nous ont été montrées mercredi donnent le goût d'en voir davantage. Karl et Max, en ligne sur le Club illico dès le 1er décembre, m'a fait penser à Série noire. On y suit deux amis très ordinaires et sans histoire, Karl (Charles Lafortune) et Max (Guy Jodoin), qui atterrissent dans un monde bourré de criminels après avoir découvert un cadavre et un butin de 2,6 millions.

Un tueur à gages au grand coeur (Benoît Gouin) pistera nos deux «losers sympathiques», dixit Charles Lafortune. Et la vie des deux protagonistes, qui ont choisi de garder la cagnotte, deviendra totalement loufoque et irréelle.

Patrice Sauvé (La vie, la vie, Vertige) réalise les 10 épisodes d'une heure de Karl et Max, qui réunissent aussi Julien Poulin, Patrick Hivon et Hélène Florent. Ça promet.

Blue Moon, écrite par Luc Dionne (Omertà), débarquera sur le Club illico en février 2016. Karine Vanasse y campe Justine Laurier, une jeune militaire qui hérite des parts de son père dans la société paramilitaire privée Blue Moon. «C'est une série de testostérone», blague Karine Vanasse, qui a exécuté plusieurs de ses propres cascades.

Et que fabrique la firme Blue Moon exactement? Des trucs secrets pas toujours légaux comme du contre-espionnage et des extractions risquées. Luc Picard joue le codirecteur de Blue Moon et Isabelle Blais incarne la soeur de la forte Justine Laurier. Éric Bruneau, Caroline Dhavernas et Patrice Godin font également partie de la distribution étoilée, tout comme le rappeur Samian, le nouvel amoureux de Karine Vanasse.

Les fans des Beaux malaises pourront attaquer les trois premiers épisodes de la troisième saison à partir du 13 novembre, toujours en se branchant sur le Club illico. Pour les autres, la comédie de Martin Matte reprendra sa case à TVA à l'hiver. Même situation pour la deuxième saison de Complexe G: Club illico l'offrira en premier à ses abonnés le 18 décembre. TVA la relaiera en 2016.

Du côté américain, Club illico propose les versions françaises de Suits, Mad Men, Homeland, American Horror Story (Histoire d'horreur), Sons of Anarchy, Under the Dome (Le dôme), The Americans (Les Américains) et Heroes Reborn, entre autres. Une bonne façon de se remettre à jour dans ces produits de qualité, dont certains roulent depuis plusieurs saisons déjà.




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer