19 enfants et combien de victimes?

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Cela fait, quoi, 10 saisons que l'on suit «religieusement» la famille Duggar sur les ondes de la chaîne TLC? Les parents Michelle et Jim Bob Duggar y ont eu 19 enfants, dont les prénoms commencent tous par la lettre J: Joshua, Jedidiah, Jeremiah, Joy-Anna, Josiah, Jinger, mais pas de petit Jésus Duggar, Dieu merci.

Dans l'immense maison qu'ils ont eux-mêmes bâtie au fin fond de l'Arkansas, les Duggar ont montré aux millions de téléspectateurs de leur téléréalité 19 Kids and Counting le visage ultraconservateur de l'Amérique. Toujours avec un éclatant sourire étampé au visage. Toujours avec une belle parole de la Bible en guise de morale réconfortante.

On se branchait principalement sur l'émission de TLC pour voir comment une famille aussi imposante s'organisait pour les repas, les devoirs, le lavage, l'heure des bains et tout le reste du quotidien. C'était, en toute honnêteté, extrêmement fascinant. Leur garde-manger ressemblait à un Costco miniature. Leur salle à manger grouillait comme une cafétéria d'école primaire. Et en guise de voiture familiale, le clan Duggar se déplaçait... en petit autobus.

Imaginez. Entre 1988 et 2009, Michelle Duggar, aujourd'hui âgée de 48 ans, a accouché à 17 reprises, dont deux fois de jumeaux. Pendant cette période, cette dame à la coiffure soleil des années 80 a donné naissance tous les 15 mois. À la caméra, elle répétait de sa petite voix angélique que si Dieu lui «envoyait» d'autres enfants, qui était-elle pour contredire son Grand Plan?

Car c'était aussi ça, les Duggar: la religion, qui dictait toutes leurs actions. Élevées dans la foi baptiste extrêmement stricte, les filles Duggar ne coupaient que très rarement leur chevelure et portaient de longues jupes qui balayaient le plancher. Lors des premiers rendez-vous galants de Jessa ou de Jill Duggar, qui s'inscrivaient dans un rituel de courtisanerie très élaboré, un chaperon (souvent deux) ne les lâchait pas d'une semelle.

Seules les accolades de côté étaient permises. Jamais de front, car les seins des jeunes femmes auraient - scandale! - effleuré la poitrine de leurs soupirants. Et les baisers? Pfft. Oubliez ça. Les époux devaient d'abord être mariés, voyons donc.

Internet filtré, accès aux médias limité et école à la maison pour tout le monde, les Duggar vivaient dans un monde quasi parfait, la fameuse «Bible Belt» américaine, à l'abri du style de vie décadent des citoyens ne partageant pas leurs principes plus que traditionnels.

C'était ça, les Duggar, mais c'était de la duperie et du mensonge. Leur image de pureté a éclaté quand un tabloïd a révélé, la semaine dernière, que l'aîné des Duggar, Josh, avait agressé sexuellement cinq fillettes en 2002 et en 2003. Parmi ses victimes figuraient quatre de ses propres soeurs. Quelle histoire horrible.

Josh Duggar, maintenant papa de trois enfants, avait 14 ans quand il a commis ses premières agressions. C'était bien avant que les caméras ne s'incrustent dans le quotidien des Duggar. L'ado s'est confessé à son père Jim Bob qui, plutôt que d'alerter la police, l'a envoyé dans un camp chrétien de soi-disant réhabilitation. Jamais Josh n'a été accusé de quoi que ce soit.

Jeudi dernier, Josh Duggar s'est excusé publiquement pour «le mal qu'il a causé» et a démissionné de son poste de directeur au sein du Family Research Council, un lobby supraconservateur qui s'oppose à l'avortement, au mariage gai et qui considère l'homosexualité comme «nuisible pour ceux qui s'y adonnent». Dites-moi, qu'est-ce qui est le plus néfaste pour la société: deux personnes de même sexe qui s'aiment, ou un grand frère qui tripote ses petites soeurs?

Toute l'histoire des Duggar baigne dans une hypocrisie pas très jolie. Les parents Jim Bob et Michelle ont qualifié «d'erreurs» les actes répréhensibles commis par leur fils aîné, en ajoutant que ces événements terribles avaient rapproché davantage de Dieu chacun des membres de leur famille. Et leurs quatre filles qui ont subi ces agressions? Aucun mot bienveillant pour elles, ni pour la cinquième victime, d'ailleurs. Comme si les remords exprimés par Josh Duggar effaçaient automatiquement le traumatisme qu'elles ont vécu.

TLC a retiré de sa grille toutes les rediffusions de 19 Kids and Counting. Malheureusement, TLC ne peut enlever de nos têtes toute cette mascarade laide et tordue qu'ont orchestrée les parents Duggar pour véhiculer leurs «belles valeurs» chrétiennes.

Les deux Véro

Je vous parlais hier du nouveau personnage de détenue que campera Élise Guilbault dans la prochaine saison d'Unité 9 à Radio-Canada. Il s'agira d'une ex-criminaliste très en moyens nommée Véronique Côté. Or, comme l'ont dénoté plusieurs lecteurs bien perspicaces, la procureure de la Couronne que campait Julie Le Breton dans Toute la vérité s'appelait aussi Véronique Côté. Oups. Que faire, alors? Très simple. Comme Élise Guilbault n'a pas encore entamé ses tournages dans la populaire série de la SRC, l'auteure Danielle Trottier modifiera tout simplement son nom. Dossier classé!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:2525685:box

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer